Michelle Obama se livre dans "Devenir"

©AFP

Michelle Obama lance ce mardi à Chicago la tournée promotionnelle de ses mémoires "Devenir". Le livre de 426 pages est d’ores et déjà assuré de faire un carton.

Les mémoires tant attendues de Michelle Obama sortent ce mardi aux éditions Penguin Randhom House. Et l’ex-première dame des Etats-Unis a vu grand pour sa tournée de promotion. C’est dans des stades qu’elle ira présenter "Devenir". Première étape: le stade United Center de Chicago, sa ville natale, où elle s’exprimera devant salle comble ce soir. Les tickets, dont les prix allaient d’une trentaine de dollars à plusieurs milliers de dollars, se sont vendus comme des petits pains. Dix pourcent de la recette ira à des œuvres de charité locales.

Que ceux qui attendent avec impatience les mémoires de son mari ne désespèrent pas. Barack Obama y travaille d’arrache-pied. Le couple a d’ailleurs décroché un contrat de 65 millions de dollars auprès de la maison d’édition. La somme peut sembler faramineuse. Elle dépasse en tout cas ce qu’avaient touché Bill et Hillary Clinton pour leurs mémoires.

©Crown

Mais Barack et Michelle Obama se sont engagés à reverser une "partie significative" de cet argent à des œuvres de charité et à la Fondation Obama.

"Devenir" se décline en trois périodes: la jeunesse de Michelle Obama à Chicago, les premières années de sa vie avec Barack Obama et, enfin, les années aux devants de la scène politique. Si elle livre pas mal de détails intimes, comme ses problèmes de fertilité et le fait qu’elle et Barack aient suivi une thérapie de couple, elle n’en ménage pas moins sa vie privée, écrit le Washington Post qui avait pu se procurer à l’avance une copie de l’ouvrage. Elle n’évoque par exemple que de manière évasive l’éducation de ses filles et le rôle joué par sa mère qui était venue s’installer avec eux à la Maison-Blanche.

Impardonnable

Elle ne ménage pas le président Trump à qui elle reproche notamment d’avoir mis sa famille en danger en affirmant, à tort, que Barack Obama était né au Kenya et ne pouvait donc pas être Président des Etats-Unis. "Et si quelqu’un d’instable avait chargé un pistolet et était venu à Washington? Et si cette personne s’en était prise à nos filles?, écrit-elle. Donald Trump, avec ses insinuations bruyantes et irresponsables, a mis en danger ma famille. Et ça, je ne lui pardonnerai jamais."

"Donald Trump, avec ses insinuations bruyantes et irresponsables, a mis en danger ma famille."
Michelle Obama
ex-première dame des états-unis

Sur la vie à la Maison-Blanche et son rôle de première dame, on apprend que le président Obama ne l’a convoquée qu’une seule fois dans le bureau ovale. C’était après la tuerie dans une école primaire de Newtown. Michelle Obama évoque également les difficultés qu’elle a eues à imposer certains de ses projets auprès de l’équipe du Président, comme lorsqu’elle avait voulu organiser une fête d’Halloween à la Maison-Blanche.

L’ex-première dame écrit également au sujet du racisme dont elle a fait l’objet, notamment lorsqu’elle était présentée comme une femme noire en colère, pendant la première campagne présidentielle de son mari. "J’ai fini par commencer à me sentir un peu fâchée, ce qui m’a fait me sentir plus mal encore", explique-t-elle, ajoutant qu’elle avait peur que cela ne finisse par porter préjudice à son mari. Enfin, elle balaye les rumeurs qui lui prêteraient des ambitions présidentielles en rappelant qu’elle n’a "jamais été une fan de politique".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés