On vit une époque vraiment déprimante mais, à part ça, nous sommes presque heureux

Poétesse, performeuse et animatrice d’ateliers d’écriture, Véronique Pittolo se joue des genres et des styles dans un roman à l’humour cinglant, "À la piscine avec Norbert" (Seuil).

Voici une «réponse féministe aux Houellebecq de tous bords» ainsi que l’annonce l’éditeur: de quels stratagèmes user pour résister à l’invisibilité quand on est une femme dans la cinquantaine, noyée dans la cohue parisienne? À cette question, l’autrice de ce livre répond avec humour et intelligence. Sa narratrice passe le plus clair de son temps à la piscine, dans le couloir «nageurs moyens», avec ou sans Norbert, son fuck buddy rencontré sur Meetic.

Roman

«À la piscine avec Norbert»
Véronique Pittolo

Éditions du Seuil, 176p., 17 euros.

Note de L'Echo: 4/5

Au fil d’un récit qui oscille entre journal de bord et métaphysique de métro, elle déroule le fil de ses pensées en même temps que ses longueurs de dos crawlé. Il est question de sexe, du travail au noir, des petites et grandes compromissions de chacun, des migrants, de #MeToo, du calcul de la retraite, de l’évasion fiscale galopante et de la décrépitude de la gauche.

Avec Norbert, entre deux séances de baise ou de brasse, on discute de tout, jusqu’à se lancer dans une étude sur le port de la barbe chez les bobos. En fine observatrice du quotidien et de ses contemporains, Véronique Pittolo décrit sans compromis la drague en ligne et les plans d’un soir: «Les normes hétéros sont en train de devenir les mêmes que les codes homos: rapidité de décision, prise de rendez-vous dans la foulée, rapidité de baise, changement de partenaire à volonté. (…) Les couples hétéros non encore divorcés deviennent des cas sociaux

Dissocier amitié et sexualité

Opérant à la limite du cynisme, sa langue claque pour décrire les corps et les culs, explorant les nouveaux modes relationnels en jeu: «Avec Yolande je me sentais mou, flasque, ordinaire, mais avec toi, ça dure. (Tu vois la différence?) On est des hybrides modernes, des amis mais quand même sexuels. Il suffit de dissocier la sexualité de l’amour», déclare un Norbert parfaitement satisfait. Une analyse dénuée de jugement, portée par des dialogues inoubliables et un grand sens du détail qui fait mouche.

L'été culturel en Île de France avec Véronique Pittolo à Gagny (école Lavoisier)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés