Portrait croisé à l'ombre du FN

©BELGAIMAGE

Au début de mon engagement au FN, la question de l’islam n’était pas importante. Le problème était migratoire, on parlait d’immigration en général, et de l’Arabe d’Afrique du Nord en particulier. On ne stigmatisait pas la religion autant que maintenant.

Comment Omar et Greg, deux enfants des banlieues françaises que tout oppose, en sont-ils arrivés à devenir amis malgré leurs profondes divergences idéologiques et politiques? Telle est la question que s’est posée François Beaune lorsqu’il rencontre ces deux hommes à Marseille, par pur hasard ou pur destin. Le premier est un Beur rebelle, originaire de Reims, ancien chasseur de skinheads, le second, un natif de Vaulx-en-Velin (Lyon) devenu militant du FN.

"Omar et Greg" de François Beaune

Le Nouvel Attila, 160 p., 17 euros.

Note : 4/5

En leur donnant la parole, Beaune esquisse un double portrait documentaire qui s’inscrit parfaitement dans sa démarche d’auteur d’un genre particulier, baptisée "l’Entresort": une galerie de personnages attachants capables d’incarner le monde actuel, depuis "Un homme louche" jusqu’à "La Lune dans le puits", en passant par "Un ange noir" et "Une vie de Gérard en Occident". Un "entresort", explique l’auteur, c’est une baraque foraine où l’on passe un moment dans l’intimité d’une femme à barbe, d’un nain ou d’un avaleur de sabre, avant d’en ressortir par la porte opposée à l’entrée.

Chez François Beaune, la piste est plongée dans le noir: on ne voit rien des personnages, mais on s’engouffre dans leur histoire grâce à la voix, à la parole donnée puis recréée le plus fidèlement possible"Mon artisanat, c’est le portrait. J’écoute les gens, je me mets à leur place, et j’essaie de restituer leur voix, au plus près de ce qu’ils peuvent dire sur le monde à partir de l’endroit où le hasard les a placés (...) Moi, ce ne sont pas les idées qui m’intéressent, mais les types qui les portent, et comment ils vivent avec." 

Le récit vrai d’une amitié impossible entre deux  militants du Front National.

©rv

 Voici comment Beaune a procédé pour façonner ce portrait croisé de deux citoyens, deux incarnations du destin français. Quand ils se rencontrent dans l’antichambre de Jean-Marie Le Pen, ils sympathisent immédiatement: Greg, c’est l’aile gauche du FN, Omar, le représentant des musulmans patriotes. Une ambivalence que le livre de Beaune rend subtilement, entraînant les lecteurs dans le récit haut en couleur de deux enfances cabossées, deux scolarités compliquées, deux trajectoires saccadées qui mènent vers l’antiracisme et la résilience, bien loin des étiquettes et des préjugés.

Comment trouver sa place dans la société? Voilà la question que pose ce livre, sans recourir aux artifices de la fiction, en se contentant de suivre avec talent les multiples surprises qu’offre la réalité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content