Thorgal, l'Ulysse du nord, brimé par les Dieux

©doc

Thorgal, le viking pacifique, retrouve enfin sa famille, tel Ulysse, et aspire au bonheur. Mais c’est sans compter sur ses nouveaux auteurs… Après Jean Van Hamme, Grzegorz Rosinski passe la main.

Thorgal, c’est l’homme de trop sur terre, estime Grzegorz Rosinski. L’enfant des étoiles, recueilli par les Vikings, perturbe le dessein des dieux qui vont donc lui compliquer la vie. Pourtant Thorgal Aegirsson n’avait d’autre prétention que de vivre heureux avec Aaricia, son aimée depuis son arrivée sur terre, et leurs enfants. Ténébreux, un peu ours, le héros créé par Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski est le jouet des dieux, des éléments, des mauvais de tout poil. Mais il résiste avec opiniâtreté, courage et une bonne dose de naïveté aussi. "C’est un rebelle involontaire. Mais il ne cherche pas le pouvoir; il veut juste pouvoir décider de son propre avenir, pour lui et pour les siens. Mais ça, ça ne fera pas de lui un héros romanesque…", commente Rosinski.

BD

"Aniel", Thorgal, tome 36

Yann et Rosinski

Le Lombard, 46 p., 12,45 EUR

Note: 3/5

Romanesque, Thorgal l’est dès sa naissance, fruit de la rencontre, presque fortuite, entre le scénariste encore débutant à l’époque Jean Van Hamme et l’illustrateur polonais Grzegorz Rosinski. À la fin des années 70, il ne fallait pas froisser la censure communiste. Pas de récit localisable, ni politique, ni historique. Thorgal sera donc un héros évoluant aux confins des mondes, sur les mers gelées, aux pays des dieux, dans un univers mêlant fantastique, mythologie et aventures.

"La base de toute histoire, c’est le conte: un magma qui permet tout mais qui respecte certaines normes comme la quête contrariée. Ce sont les misères qui arrivent au héros et la manière dont il s’en sort qui déterminent son caractère et qui font l’histoire", analyse Van Hamme. Et question misères, Thorgal n’est pas épargné par ses auteurs, qui n’ont de cesse, tels les dieux, de lui mettre des bâtons dans les roues.

Baladé par un destin qu’il ne maîtrise pas tout au long des 36 tomes de ses aventures, voilà notre Thorgal contraint d’affronter milles dangers comme un Ulysse du Nord. "Son désir de retrouver son foyer, la saga familiale, c’est ce qui le rend universel. Mais c’est un Ulysse qui n’aurait pas le caractère guerrier du héros grec", fait remarquer Yann, qui reprend l’écriture de la série principale après Van Hamme, Yves Sente et Xavier Dorison.

Choix cornéliens

"C’est un homme droit et juste dans un monde qui n’est ni droit ni juste", précise Xavier Dorison, scénariste d’un tome de Thorgal et de 2 volumes de la série parallèle "Kris de Valnor". "Notre grand plaisir en tant qu’auteur, c’est de le confronter à des choix cornéliens dont toutes les solutions sont mauvaises ou sauver l’un c’est tuer l’autre…" Le parallèle avec l’Odyssée est évident, mais cet Ulysse revisité n’a pas les excès de son modèle. "Thorgal n’éprouve aucune méchanceté, il subit celle des autres et tente de s’en défaire. C’est l’axe positif qui tente de remettre de l’ordre dans le monde."

Brimé, que ce soit par les dieux, les méchants (et il y en a de beaux dans son univers, comme la terrible et envoûtante Kriss de Valnor) ou les éléments, Thorgal n’est pourtant jamais mû par un désir de vengeance. Il n’a pas d’ambition si ce n’est celle de revenir auprès des siens. "À chaque fois, il finit par gagner et surmonter l’adversité. Il prend des coups, cela le rend plus sombre encore; mais jamais il ne cherche à aller plus loin que ses victoires et à profiter du pouvoir qu’elles lui confèrent", analyse Yann.

"Ce sont les misères qui arrivent au héros et la manière dont il s’en sort qui déterminent son caractère."
Jean Van Hamme
Scénariste

Idéaliste dans le sens le plus pur, Thorgal est aussi un individualiste. "Il se distingue des autres héros romanesques parce qu’il ne va pas intervenir à tout bout de champ pour sauver la veuve et l’orphelin", note encore Yann. "Si cela ne sert pas ses intérêts et sa propre quête, il les laissera se démerder seuls…"

Choisi pour succéder à Rosinski au dessin de la série principale, Fred Vignaux a pu se couler dans le même style, très pictural et coloré, que son maître. "Ce qui m’avait fasciné dans le dessin de Grzegorz, c’est l’absence totale d’influence et de référence à la BD franco-belge de l’époque", se souvient Jean Van Hamme. Depuis, Rosinski a fait école et Vignaux marche sur ses traces en apportant sa propre personnalité au dessin. "Il est ténébreux, il a le regard perçant. Il faut transmettre sa douleur intérieure dans le dessin, par l’encrage, les lumières et les tonalités. Les intempéries qu’il affronte souvent traduisent son côté torturé", poursuit le dessinateur.

Au terme de ce 36e tome de la série principale, Thorgal accoste enfin au rivage de son foyer et retrouve Aaricia, Jolan et Louve, sa famille. Pourra-t-il enfin prétendre au bonheur qu’il recherche depuis plus de 40 ans? Ce n’est probablement pas l’avis de Yann, son scénariste. "Quand on a eu un parcours comme le sien, forcément, on laisse des aigreurs, des frustrations ou des désirs de vengeance parmi ses adversaires. Certains risquent donc de se rappeler à son bon souvenir", reconnaît le scénariste. Et comme, en plus, Jean Van Hamme s’est amusé à laisser une foule de portes entrouvertes tout au long de la série, il y a de la matière. "Et moi cela m’amuse de retrouver ces pistes, ces signes, ces portes que Jean a laissés et de les décoder, forcément…"

UN UNIVERS, 15 MILLIONS D’ALBUMS

"Aniel", est le 36e tome de la série principale de Thorgal. Ce sera aussi le dernier dessiné par Gzregorz Rosinski, qui, à 77 ans, estime qu’il est temps de passer la main. "D’ailleurs, je n’ai plus l’âge de lire Tintin", fait-il remarquer de son accent rocailleux. Thorgal, c’est donc 36 tomes  en 40 ans, vendus à plus de  15 millions d’exemplaires, traduit en 18 langues.

Créé par Rosinski et Van Hamme, Thorgal a connu trois autres scénaristes: Yves Sente pour 5 albums, Xavier Dorison (1) et enfin Yann (1) qui assurera la suite de la série principale, avec Fred Vignaux au dessin. Mais depuis sa création, et surtout depuis le retrait de Jean Van Hamme, l’univers de Thorgal s’est développé.

En marge de la série mère,  trois branches ont vu le jour:

  1. "Kris de Valnor" (8 tomes) conte les aventures de la plus belle des ennemis de Thorgal qui le déteste d’autant plus qu’elle l’aime. Dessinée par Giulio De Vita sur un scénario d’Yves Sente, la série passera ensuite dans les mains de Surzhenko, puis de Fred Vignaux avec Dorison et Mathieu Mariole au scénario.
  2. "Louve" (7 tomes): Yann développe et fait grandir la fille de Thorgal sous le crayon de Roman Surzhenko.
  3. "La jeunesse de Thorgal": les mêmes auteurs reviennent sur la jeunesse de l’enfant des étoiles pour expliquerune bonne part de ses traumatismes et de sa personnalité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content