Trois lecteurs de L'Echo pourront participer au jury du Prix Filigranes

Marc Filipson, l'homme qui valait 180.000 livres. ©Filigranes

Durement frappée, comme tout le secteur du livre, la librairie bruxelloise compte, pour se relancer, sur la 5e édition de son Prix Filigranes, désormais doté de 15.000 euros. Une belle opération anti-morosité, en partenariat avec L'Echo.

Il n’arrête jamais. À peine est-il arrivé en vacances qu’on le voit, arborant son t-shirt "Lisez, Nom de Dieu!", la mer en arrière-plan, annoncer sur Facebook que 2,4 millions de livres sont désormais disponibles sur filigranes.be, le site de sa libraire.

"On a profité du confinement pour lancer un site qui va concurrencer Amazon", nous avait déclaré tout de go Marc Filipson quelques jours plus tôt. "Un vrai site avec des ‘filinews’, plein d’infos et ces quasi 3 millions de références, dont 180.000 en magasin, la possibilité de les commander et surtout – et c’est là une façon d’aider les libraires – de commander les nouveautés en préparution. Autant les acheter chez son libraire que sur un autre site de vente en ligne ou au supermarché."

Derrière son inoxydable énergie, on sent chez lui une certaine fébrilité depuis que son enseigne principale, située avenue des Arts, à Bruxelles, est devenue difficilement accessible en voiture – priorité à la mobilité douce oblige. Et le confinement, on s’en doute, n’a pas aidé.

"Du jour où nous avons dû fermer, je me suis institué librairie de garde, ce qui a bien fonctionné. On a pratiqué le ‘take-away’ avec une grande prudence, mais deux semaines après avoir débuté, sept policiers sont venus nous faire baisser le volet sous peine d’astreintes. Énorme! Or, on a travaillé vraiment à perte avec, au début, 1.000 euros par jour de chiffre d’affaires pour une douzaine de travailleurs."

"J’ai beaucoup lu pendant le Covid et je suis tombé sur le livre qui aura le Prix 2020! Je ne vais évidemment pas le citer."
Marc Filipson
Patron de la librairie Filigranes

"Le seuil de rentabilité n’a pas été atteint", lâche le patron qui affichait, en 2016, 14 millions d’euros de chiffre d’affaires. Qu’à cela ne tienne, profitant du déconfinement, il a planté deux chalets à l’entrée de son magasin, qui encadrent une grande terrasse improvisée. Il compte y faire couler la bière à flot et brasser du public cet été, dans ses "Filapéros" du jeudi, en lui confiant la playlist de l’ambiance sonore.

Prix Filigranes, 5e édition

"J’ai toujours voulu innover", dit-il en annonçant la 5e édition du Prix Filigranes – dont L’Echo est partenaire pour la 3e année consécutive (voir l’encadré ci-dessous). "Au départ, l’idée, c’était carrément de ne pas le faire puisqu’avec la distanciation physique, on ne pouvait pas organiser de réunions. Or, le plaisir du Prix Filigranes, et notre raison d’être, c’est le partage et la convivialité. Mais j’ai beaucoup lu pendant le Covid et je suis tombé sur le livre qui aura le Prix 2020! Je ne vais évidemment pas le citer. Je l’ai fait lire à sept personnes, quatre me sont tombées dans les bras mais trois m’ont dit… ‘Oh, non!’ Il y aura donc du débat, mais je jure que je n’y interviendrai pas!"

Les sept livres ci-dessous, sélectionnés par Marc Filipson, sont donc en lice et laissés à l’appréciation d’un jury d’une cinquantaine de lecteurs – des clients et des employés de la librairie, et des lecteurs assidus parmi les partenaires du prix.

"Nous avons de nouveaux partenaires ce qui nous permet de faire passer la dotation de 12.500 à 15.000 euros. C’est le prix le mieux doté de la Communauté française et peut-être même de France, tandis que les livres des lauréats des quatre années précédentes, Adélaïde de Clermont-Tonnerre (2016), Thomas Gunzig (2017), Adeline Dieudonné (2018) et Philippe Hayat (2019), sont toujours bien en évidence dans nos librairies", conclut-il en annonçant qu’il couronnera de toute façon son coup de cœur d’un Prix d’honneur de 2.500 euros puisés dans sa cassette personnelle. "C’est mon plaisir!"

Participez au jury et recevez les 7 livres en lice

Partenaire du prix Filigranes, L’Echo propose à trois de ses lecteurs d’intégrer le jury du Prix Filigranes 2020 présidé par Philippe Hayat, lauréat 2019 avec "Où va le cœur du monde" (Calmann-Lévy).

Soyez l’un des trois premiers à compléter le formulaire en ligne – lecho.be/filigranes et vous pourrez emporter les 7 livres en lice (voir ci-dessous) de cette 5e édition au guichet "take away" de la librairie Filigranes, au 42 de l’avenue des Arts, à 1040 Bruxelles.
 
Le jury du prix est composé d’une cinquantaine de lecteurs: 30 habitués et libraires de Filigranes, et un ensemble de lecteurs assidus parmi les sponsors de l’événement. Valeur du prix: 15.000 euros, assorti du Prix d’honneur de Marc Filipson, d’une valeur de 2.500 euros.
 
Première réunion du jury: le 25 août, à 19h, chez Filigranes, suivie d’un vote électronique. Remise du prix le 21 septembre, à 19 heures, et, le 22, rencontre festive, au Métropole, avec les auteurs, les lecteurs et les partenaires du prix. Infos: www.filigranes.be

La sélection du Prix Filigranes 2020 !

La sélection 2020

"Sexy Summer"
de Mathilde Alet

Éditions Flammarion
192 pages
17 euros

Juliette souffre de la "maladie des ondes". Raison de son déménagement au cœur d’une zone blanche de Belgique. Fille de la ville, que va-t-il lui arriver dans ces paysages plats et mornes où la violence couve autant que l’humanité? Alors que ses parents pensent l’avoir protégée du plus grave, Juliette se cherche et grandit dans son monde, flottant, entre ombre et lumière, auprès de Tom, le garçon à la peau de litchi, et au gré des joies et
des embûches de la vie.

"Mémoire de soie"
d’Adrien Borne

Éditions JC Lattès
250 pages
19 euros

Ce 9 juin 1936, Émile a vingt ans et il part pour son service militaire. Pourtant, rien ne vient bousculer les habitudes de ses parents à La Cordot. Peu importe qu’il les quitte pour deux ans, pas de fierté ni d’inquiétude. Avec ses personnages âpres, ce premier roman nous plonge au cœur d’un monde où le silence est règle et la douceur un luxe. Il explore les tragédies intimes et la guerre, celle qui tord le cou au merveilleux, qui dessine des géographies familiales à angle droit.

"La demoiselle à cœur ouvert"
de Lise Charles

Éditions P.O.L.
352 pages
21 euros

"Horreur! Erreur! N’ouvrez surtout pas le message précédent! J’ai fait une fausse manœuvre, il ne vous est pas destiné. Mais je sais que je peux compter sur votre discrétion." L’écrivain Octave Milton, 44 ans, pensionnaire à la Villa Médicis, use de sa notoriété pour entrer dans l’intimité de ses correspondantes afin de recycler leurs confidences dans ses livres. Un roman épistolaire inspiré par le propre séjour de l’auteure à la Villa Médicis, en 2018.

Mathilde Alet - Sexy Summer

"À vendre ou à louer"
de Valentine de le Court

Éditions Mols
320 pages
20,90 euros

Qui n’a pas rêvé de posséder les clefs des plus beaux appartements de Paris pour y vivre sans attaches? Jean-Baptiste, agent immobilier, y retrouve ses conquêtes d’un soir et jouit de cette vie nomade et sans accroc jusqu’au jour où le destin surgit dans l’une de ses garçonnières, sous les traits d’une inconnue agonisante, qu’il sauve in extremis et qui s’évapore aussitôt. Le monde de Jean-Baptiste déraille alors inexorablement et il se retrouve bientôt pris au piège.

"Le monde n’existe pas"
de Fabrice Humbert

Éditions Gallimard
256 pages
19 euros

Lorsque Adam Vollmann, journaliste au New Yorker, voit s’afficher un soir sur les écrans de Times Square le portrait d’un homme recherché de tous,
il le reconnaît aussitôt: il s’agit d’Ethan Shaw. Le bel Ethan, qui, vingt ans auparavant, était la star du lycée et son seul ami, est accusé d’avoir violé et tué une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, Adam retourne à Drysden, où ils se sont connus, pour mener l’enquête. Mais à mesure qu’il se confronte au passé, tout vacille…

"La race des orphelins"
d’Oscar Lalo

Éditions Befond
288 pages
18 euros

"J’ai besoin, avant de mourir, de dire à mes enfants d’où ils viennent, même s’ils viennent de nulle part". Hildegard Müller devait être la gloire de l’humanité, elle en est devenue la lie, et toutes les preuves de sa conception sont parties en fumée avant la Libération, sur ordre d’Himmler. Oscar Lalo plonge le lecteur dans la solitude et la clandestinité d’un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.

Partenaires du Prix Filigranes 2020

L’Echo, ING, Soyer & Mamet, Advensys, Assistec, Tiger Lily, Le Vif, Pierre Marcolini, Dinner in the sky, Food Art, Pistolet original, les Brasseries Georges et les artistes Stefan De Jaeger, Audrey Guttman et Vadot.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés