Voir le noir

Barbara Abel fait partie des 12 auteurs qui ont participé au recueil de nouvelles dans "Regarder le noir".

Chez Belfond, douze auteurs de polars co-signent un recueil de nouvelles braqué sur le regard.

Douze prestigieux auteurs de romans noirs ont été réunis par Belfond, sous la direction du blogueur Yvan Fauth, dans ce recueil éclectique et surprenant autour du thème "Regarder le noir", qui fait suite à celui paru l’an dernier, centré sur l’ouïe (à paraître en poche chez Pocket en novembre). "Une volonté de mettre en valeur l’art de la nouvelle, bien trop mal considéré en France, autour d’un thème, l’audition, qui m’était très personnel", précise Yvan Fauth. Si chaque auteur choisi possède son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous: faire ouvrir grand les yeux des lecteurs au fil de récits qui se jouent des interprétations de la vision. Dans ces onze nouvelles, tous laissent libre cours à leur imagination pour créer une atmosphère, une tension et des personnages inoubliables… jusqu’à la chute.

Dans ces onze nouvelles, tous laissent libre cours à leur imagination pour créer une atmosphère, une tension et des personnages inoubliables…

"Raymond ne doutait pas de la bassesse de l’être humain moyen. On pouvait le qualifier de cynique, de pervers, de tordu, ça n’avait aucune importance. Il l’avait vue de ses yeux. Il avait sondé les profondeurs de la dépravation humaine, et celle-ci était sans bornes. Il avait interviewé des violeurs et des assassins, des sociopathes, des pyromanes, des kidnappeurs, des tueurs d’enfants, des nécrophiles et des pédophiles. De la bouche de ces sinistres individus, il avait entendu mille histoires déchirantes d’enfance négligée, d’abandon, de victimisation, de maltraitance rituelle et de violence domestique."

Les stars de la maison

Paru juste avant l’été, le recueil reprend des stars de la maison comme Barbara Abel et Karine Giebel, qui se sont associées pour écrire à quatre mains "Darkness", la nouvelle qui clôt le recueil. En ouverture, le regard sombre d’un ado, dans "Regarder les voitures s’envoler": une histoire noire de chez noire signée Olivier Norek. Gaëlle Perrin-Guillet rend quant à elle un hommage contemporain aux maîtres "anciens" du roman noir avec "La tache" – une intrigue étourdissante –, tandis que Claire Favan ose prendre un risque en livrant une histoire plutôt éloignée de son univers habituel, "Le mur", posant son regard sur un monde à la dérive. Julie Ewa dirige l’attention vers le noir, le vide, le désespoir, tandis que R.J. Ellory pousse ses lecteurs vers la paranoïa. Dans un récit lourd de sens, exploration des méandres de l’âme, Johana Gustawsson dénonce l’intolérance avec finesse. Pour Fabrice Papillon, le poids d’un seul regard engendre un récit aux confins de la folie… À dévorer sans modération pendant l’été!

Polar

«Regarder le noir»

♥ ♥ ♥ ♥

Collectif sous la direction d’Yvan Fauth, Belfond,

288 p., 19,50 €

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés