Toutes les ventes aux enchères ne se valent pas

©BELGAIMAGE

Avant de poser une offre sur une enchère en ligne, sachez où vous surfez!

Vous voulez acheter une œuvre d’art ou une voiture de collection lors d’une vente aux enchères. Prenez-vous un risque inconsidéré? La salle de ventes est-elle responsable si l’estimation du bien est erronée? Disposez-vous d’une garantie en cas de vice?

De nos jours, vous pouvez acheter aux enchères tout ce qui vous passe par la tête. Qu’il s’agisse d’un bateau, d’une maison ou de la couverture d’un album de Tintin. Avant de passer à l’action, sachez où vous mettez les pieds et où vous surfez!

Il y a trois types d’acteurs:

• les salles de ventes utilisant un site internet pour présenter des objets sans offrir l’option d’un achat en ligne comme l’hôtel de vente bruxellois Horta,
• les acteurs uniquement présents sur internet comme le néerlandais Catawiki,
• les sociétés qui combinent des ventes physiques et des ventes électroniques comme les réputés Christie’s ou Sotheby’s.

A quoi faire attention

Le premier point commun entre tous ces acteurs, c’est d’agir comme un intermédiaire entre le vendeur et l’acheteur en offrant une prestation de service. Le vendeur reste toujours le seul responsable de l’origine de la propriété des objets, de l’absence de vices et de défauts. Le candidat acheteur est réputé avoir vérifié minutieusement les lots mis en vente. D’où une différence essentielle entre les salles de ventes: les salles ne fonctionnant que sur internet ne disposent pas en dépôt les objets proposés. Ces derniers restent chez les vendeurs, pourtant le transfert de propriété aura – juridiquement – lieu dès l’adjudication. Conséquence: la facilité d’accès à l’objet convoité diffère et votre capacité à le vérifier avant l’enchère est quasi nulle.

Deuxième point commun aux salles de ventes, c’est l’absence de garantie quant aux objets vendus. Les descriptions sont fournies à titre purement indicatif y compris les dimensions, le poids, la couleur et même l’évaluation. La salle de ventes Cornette de Saint Cyr ajoute ainsi que "toutes les indications dans ses publications ne garantissent ni l’auteur, ni l’origine, ni la date, ni la provenance ou l’état du lot". Notons que pour certaines salles de ventes uniquement présentes en ligne, la description de l’objet est faite par le vendeur lui-même avec une expertise établie sur la base des photos transmises!

En conclusion, tout repose sur la bonne foi du vendeur et sur le sérieux de l’intermédiaire. En cas de contestation, c’est le droit commun qui s’applique.

Le troisième point vaut pour toutes les ventes publiques en Europe: elles ne sont pas soumises à un droit de rétractation de l’acheteur. Ce droit consiste à pouvoir renvoyer endéans les 14 jours le bien acheté sans aucune indemnité ou pénalité ni justification. Cette règle souffre une exception, quand vous achetez un bien en tant que particulier à un commerçant, via un site belge de vente aux enchères. Vous disposez alors en principe d’un droit de rétractation.

Nos conseils

Vous pouvez réduire les incertitudes liées à la valeur ou à l’origine des objets en misant sur des maisons reconnues ou en ciblant géographiquement le lieu de transaction. La place de Paris est reconnue pour ses experts dans les livres anciens, les arts primitifs et le design. Londres et New York sont les épicentres des ventes d’art moderne et d’art contemporain. En 2016, la Chine a représenté 38% des enchères mondiales de beaux-arts.

Enfin, sachez parfois être patient. Les maisons de ventes coordonnent de plus en plus leur calendrier avec des expositions ou des ventes thématiques. Cette stratégie de "storytelling" se traduit généralement par des prix ponctuellement plus élevés. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content