À Bruxelles, la galerie Hufkens expose Walter Swennen et Esther Kläs

©Walter Swennen

Le Belge avance dans ses toiles en effaçant ses traces, tandis que l'Allemande ponctue le vide où tournoient ses œuvres. Doublement poétique!

Mallarmé avait «conçu le dessein de sortir (la poésie) du rêve et du hasard et de la juxtaposer à (…) l'univers». En juxta-peintre, le Belge Walter Swennen fait l’inverse: il  accole des morceaux de réel au rêve et au hasard. Hans Theys, son ami et auteur du riche catalogue de l’exposition, lui demande un jour s’il avait effacé une partie de toile au white spirit. Swennen s’en défend: jamais! Le lendemain, à son retour à l’atelier, Theys trouve ce mot ironique à la porte: «Parti chercher du white-spirit».

Galerie

À découvrir à la galerie Xavier Hufkens:

Walter Swennen, "Parti chercher du white spirit"
Jusqu'au 27 février, au 44 rue Van Eyck, 1000 Bruxelles.

Esther Klas, "Il (elle elle) (long lines)
Jusqu'au 27 février, au 107, rue Saint-Georges, 1050 Bruxelles

Note de L'Echo: 4/5

Ses toiles jouent de motifs, et tels l’indien ou le pirate des BD d’enfance dont il s’inspire, il avance dans le tableau en effaçant ses traces. La réalité, celle de l’année virale 2020 d’où ces pièces sont issues, il l’efface d’entrée avec «Yawatta», où l’indien de la BD dans son canoë translucide croise un poisson rouge au second plan.

As de cœur

La transparence des plans prête à ses tableaux la «vie dans les plis» du poète Francis Ponge. «Poker Face», toile fille des futuristes russes et petite-fille du «Joueur» de Dostoïevski, juxtapose quatre morceaux d’As de cœur composant le visage d’une femme (photo). Et le truculent squelette de pirate («Annoucement of Edward teach») transperce un cœur de jeu de cartes, un sablier dans sa main gauche.

L’artiste allemande Esther Kläs, pour sa part, laisse dialoguer son corps avec la matière et ses pièces suspendues d’aluminium pétri, toutes d’une sensualité malléable, ponctuent le vide où elles tournoient comme autant de signes qu’elles nous invitent à déchiffrer.

Le plasticien Walter Swennen. ©Saskia Vanderstichele

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés