Chez Clearing, à Bruxelles, Marina Pinsky cartographie le temps et l'espace

Marina Pinsky, "Four Color Theorem" (c) C-l-e-a-r-i-n-g Gallery

La jeune artiste russe, vivant entre Bruxelles et Berlin, présente son "Four Color Theorem", une cartographie à la fois visuelle et architecturale, concrète et mystique de l'univers. Intrigant.

 

Galerie

♥ ♥ ♥ ♥

«Four Color Theorem»

Par Marina Pinsky.

Jusqu'au 1/8/20, à la Galerie C-l-e-a-r-i-n-g, avenue Van Volxem, 311 - 1190 Bruxelles

Jouxtant la collection Galila Barzilaï-Hollander, la Fondation A pour la photographie d’Astrid Ullens de Schooten et le centre d’art contemporain Wiels, à Forest, la galerie new-yorkaise Clearing invite pour la quatrième fois la jeune artiste russe Marina Pinsky, née en 1986, à Moscou, et dont l’œuvre a déjà rejoint la collection du MoMA, à New York.

Une fois passée la porte cochère d’un ancien bâtiment industriel et une courette intérieure flanquée d’un premier espace d’exposition, son travail visuel et architectural se déploie dans le vaste atelier principal dont la hauteur sous plafond impressionne.

Au centre de ce vaste volume immaculé, l’œil est immédiatement aimanté par sept disques en lévitation, présentant, à l’intérieur du cercle qu’ils forment, des photographies heptagonales de surveillance aérienne prises avec un appareil à redressement de parallaxe inventé en 1897 par le Viennois Theordor Schleimpflug pour réaliser des cartographies réalistes dont l’usage militaire ne fait aucun doute.

Marina Pinsky, "Four Color Theorem" (c) C-l-e-a-r-i-n-g Gallery

Représenter l'univers

Un ancêtre de la technologie utilisée par Google Maps que l’artiste reprend à son compte pour sculpter dans le bronze des portions des quartiers où elle vit à Bruxelles et Berlin, mettant dos à dos l’enchevêtrement des rues de Koekelberg, où triomphe la basilique incongrue, et la structure moderniste du Hansaviertel, à Berlin.

Une approche très concrète, précisément documentée, confrontée en permanence à la vision cosmologique de l’espace et du temps des Anciens.

Une approche très concrète, précisément documentée, confrontée en permanence à la vision cosmologique de l’espace et du temps des Anciens.

On en voit des représentations au revers des disques en alu dans ces cartographies célestes de la dynastie coréenne Joseon et de la Renaissance italienne, ou dans ce diagramme du calendrier solaire et lunaire d’une ancienne civilisation alpine dont il subsiste l’instrument de mesure au Neues Museum de Berlin. Un cône rituel en or que Pinsky reproduit en bois tourné dans une enfilade en quadrichromie. Car selon son "Four Color Theorem", il faut quatre couleurs pour cartographier l’univers. Aussi fascinant qu’énigmatique.

Marina Pinsky, "Four Color Theorem" (c) C-l-e-a-r-i-n-g Gallery


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés