Publicité
Publicité

Collectible Salon, archipel digital du design

Brut, "City Remnants" (2020). ©Alexander Popelier

Pour sa 4e édition, Collectible opte cette année pour une version en ligne étoffée de présentations in situ à Bruxelles et dans le monde.

Confronté à un excès d’incertitudes par les indécisions de la gestion pandémique dont pâtit le secteur culturel, Collectible a décidé un repli des établissements Vanderborght, son espace habituel, vers une formule en ligne, Collectible Salon, réplique digitale inédite qui remplace l’édition physique. Cette fenêtre en ligne s’insère dans un archipel d’expositions à Bruxelles, Anvers, en Europe et dans le monde.

Il s’agit d’une formule à deux étages: la Collectible Week réunit des galeries et lieux d’expositions bruxellois. Et Collectible In the Gallery permet à des galeries exposantes de Collectible de prendre part à la foire depuis leur ville d’existence, de Milan à Paris, de Los Angeles à Beyrouth.

"Sachant que le domaine du design accusait un retard sur le plan du numérique, nous avons planché sur une édition en ligne."
Clélie Debehault et Liv Vaisberg
Fondatrices de Collectible

Certaines de ces galeries, comme Nilufar (Milan), Volume (Chicago), empêchées de participer physiquement, ont pu confirmer leur participation en dépit des revirements covidiens, grâce à la création de ce Salon digital. Une autre comme Sabine Marcelis (Amsterdam) a réussi à maintenir sa participation malgré les retards de fabrication des pièces liées aux restrictions.

Ross Hansen, "Marble Shelf" (Volume Gallery).

Physique et virtuel

La Belge parisienne Clélie Debehault et la Française anversoise Liv Vaisberg, cofondatrices de Collectible, reviennent sur la genèse de cette édition: "Nous sommes passées par quatre versions successives, au gré des événements, dont l’hypothèse d’un report à 2022. Sachant que le domaine du design accusait un retard sur le plan du numérique, nous avons planché sur une édition en ligne. Avec l’aide de Visit Brussels, nous avons pu créer notre plateforme, Collectible Salon."

"Nous proposons beaucoup d’informations sur les pièces, étoffées de contenus éditoriaux approfondis."
Clélie Debehault et Liv Vaisberg
Fondatrices de Collectible

Cette réflexion entamée en mai 2020 été le fruit d’un tamisage: plutôt que de faire appel à des partenaires externes comme ArtLogic, "malgré leurs excellentes solutions de front- et back-office davantage conçues pour les galeries et les foires d’art, moins pour le design", les deux fondatrices ont préféré développer leur plateforme spécialisée. Sur le site salon.collectible.design dédié à l’édition 2021, "nous proposons beaucoup d’informations sur les pièces, étoffées de contenus éditoriaux approfondis."

C’est Collectible In-depth, entretiens et articles thématiques sur la communauté du design, exposants, scénographes et autres qui gravitent autour de chaque foire, avec un accent sur des sujets contemporains dans le design comme ailleurs, la durabilité, le genre ou l’identité. Le site Salon offre aussi ses Insiders’ Picks, recommandations de figures du design, Edoardo Monti, fondateur du Palazzo Monti, Evelien Reich, rédactrice en chef d’Elle Décoration Pays-Bas ou la collectionneuse belge Galila Barzilaï Hollander (Galila’s POC).

Ces fenêtres virtuelles sont appelées à rester ouvertes en parallèle des éditions physiques futures.

Collectible Salon, foire en ligne du 28 au 30 mai.

Collectible Week à Bruxelles, du 26 au 30 mai.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés