chronique

En 2017, le marché de l'art devrait attirer les investisseurs

L’art reste une valeur sûre, dans un monde en mutation. Les nouvelles tendances, sur ce marché, s’orientent vers la Russie, l’Asie, les ventes en ligne, la génération Y, les vieux artistes, les maîtres anciens et... la Bourse.

En 2016, le marché de l’art a joué aux montagnes russes. Cette année fut celle des records à la hausse pour des ventes d’œuvres d’artistes comme Jean-Michel Basquiat et Claude Monet, mais aussi de creux historiques, lors d’enchères à Londres et à New York.

Entre les deux, beaucoup de tensions...

Tant Sotheby’s que Christie’s ont fait l’objet d’une enquête dans le cadre de blanchiment d’argent concernant l’homme d’affaires malaisien Jho Low. Aucune des maisons de vente n’a été accusée de malversations et la famille de Low s’est opposée à ces plaintes.

©REUTERS

Une sculpture de Pablo Picasso a provoqué une bataille féroce entre les puissants membres de la famille royale du Qatar et le milliardaire américain Leon Black.

L’univers des ventes aux enchères a également connu une année de turnover important, avec notamment le recrutement ce mois-ci d’un ancien dirigeant de Sotheby’s par Christie’s, qui en a fait son nouveau CEO.

Quelles conclusions en tirer pour 2017? Voici sept tendances à tenir à l’œil l’an prochain.

Art russe

L’art avant-gardiste russe devrait se retrouver au centre de toutes les attentions avec la célébration des 100 ans de la Révolution d’Octobre. Le Museum of Modern Art à New York est en train d’explorer le renouveau artistique entre 1912 et 1935, qui a produit des œuvres radicales comme "Black Square" de Kazimir Malevitch, dans une exposition spéciale qui sera accessible jusqu’au 12 mars. Un autre événement majeur est prévu à la Tate Modern à Londres en novembre. Les prix ont déjà commencé à grimper. Le mois dernier, Sotheby’s a obtenu à Londres des enchères record pour Alexandre Rodtchenko et Ilia Tchachnik.

Les fans de ce mouvement comprennent, entre autres, Claude Ruiz Picasso, un fils de Pablo. "L’avant-garde russe occupe une place particulière dans mon cœur", a déclaré Ruiz Picasso dans une interview accordée à Miami, où il a conçu un stand à la Galerie Gmurzynska à Art Basel.

Asie

Les collectionneurs asiatiques ont acquis une place tellement importante sur le marché que Sotheby’s, Christie’s et Phillips ont retardé leurs ventes londoniennes de l’an prochain – qui ont traditionnellement lieu début février – plus tard dans le mois et en mars, après le Nouvel An chinois. David Zwirner, une des principales galeries d’art, compte ouvrir une succursale à Hong Kong. Sotheby’s, dont le principal actionnaire est la société chinoise Taikang Life Insurance, a récemment nommé son premier administrateur asiatique. Le mois dernier, à Hong Kong, Phillips a vendu pour 50 millions de dollars d’art contemporain, de design et de montres, tandis que Christie’s a réalisé de nombreuses ventes lors de son exposition dédiée à l’art occidental.

Ventes en ligne

©rv

D’après un rapport publié par l’assureur Hiscox Ltd., le marché de l’art en ligne augmente chaque année de 24% et devrait se monter à 9,58 milliards de dollars d’ici 2020. Chez Sotheby’s, les ventes par internet ont atteint 155 millions de dollars en 2016, une hausse de 20% par rapport à l’année précédente, et près de la moitié des enchérisseurs en ligne étaient jusque-là inconnus de la maison. Cette année, Christie’s a tout simplement doublé le nombre de ses ventes exclusivement réservées aux enchères en ligne. Le public jeune, international, branché nouvelles technologies de la start-up Artsy, a participé à 41 ventes de ses partenaires, tels que Phillips et Sotheby’s, et l’entreprise s’attend à multiplier par quatre ces collaborations en 2017. En novembre, une toile de Basquiat s’est vendue, via Instagram, pour la somme de 24 millions de dollars.

Les très jeunes

Dès l’ouverture le mois dernier d’Art Basel Miami Beach, les collectionneurs se sont précipités à l’autre bout de la foire où le nouvel exposant, la galerie Clearing, proposait des œuvres de deux "millenials", artistes de la génération Y, à savoir Harold Ancart (né en 1980) et Korakrit Arunanondchai (né en 1986).

D’après Olivier Babin, le fondateur de la galerie, le stand a tout vendu en quelques heures à peine, à des institutions publiques et privées. Les peintures flamboyantes d’Ancart se sont vendues pour 30.000 et 45.000 dollars. Deux semaines plus tôt, un triptyque d’Ancart avait atteint la coquette somme de 751.000 dollars dans une vente publique, soit six fois l’estimation la plus haute. "Cela montre simplement qu’il y aura toujours une effervescence autour de certains jeunes artistes", a explique Todd Levin, directeur du Levin Art Group à New York. Mais attention: toutes ces œuvres ne conservent pas leur valeur au fil du temps.

Les très vieux

L’artiste d’origine cubaine, Carmen Herrera, avait 101 ans lorsqu’au début de 2016, ses peintures et sculptures géométriques abstraites furent reconnues au cours d’une exposition solo au Musée Whitney à New York. L’événement a rapidement été suivi, le mois dernier, par une vente aux enchères record de 970.000 dollars, pour une toile de 1965. L’artiste japonaise Yayoi Kusama (87 ans), fut la coqueluche des collectionneurs tout au long de l’année. Selon Artprice.com, les ventes aux enchères de l’année ont atteint un record de 53,8 millions de dollars, et la demande devrait rester soutenue en vue de l’exposition, prévue en février prochain, au Hirshhorn Museum et Sculpture Garden à Washington.

Maîtres anciens

©rv

Le segment des maîtres anciens a été secoué par une plainte ayant obligé Sotheby’s à rembourser l’acheteur d’une peinture aujourd’hui considérée comme étant un faux, et qui s’était vendue pour 10 millions de dollars. La célèbre maison de vente a dès lors décidé de se doter d’un département dédié à la recherche scientifique. Malgré tout, l’œuvre de Pierre Paul Rubens – "Loth et ses filles" – a trouvé acquéreur pour 58 millions de dollars chez Christie’s en juillet dernier. En juin prochain, un dessin de Léonard de Vinci récemment mis au jour – et estimé à 15,7 millions de dollars (15 millions d’euros) – sera mis en vente par la maison française Tajan.

L’action Sotheby’s

Après avoir atteint un plancher de 19,13 dollars en février à cause de sombres perspectives, l’action Sotheby’s a retrouvé des couleurs en cette fin d’année. Souvent considérée comme un des baromètres du marché de l’art, l’action a gagné près de 8%, pour atteindre 41,35 dollars le 16 décembre dernier, après que l’analyste de Cowen, Oliver Chen, eut modifié sa recommandation à "outperform", et rehaussé son objectif de cours à 45 dollars, contre 38 dollars auparavant. "Avec la nouvelle direction et le redressement en cours de l’entreprise, nous estimons que la transformation de BID (le symbole de Sotheby’s sur le NYSE, ndlr) se trouve dans une phase préliminaire susceptible de se renforcer en 2017", a déclaré Chen dans son rapport.

Lire également

Messages sponsorisés