Publicité
Publicité

Henrik Hanstein, président de Lempertz: De Goethe à l’empereur de Chine

En tant que président de la Fédération européenne des commissaires-priseurs, Henrik Hanstein défend la profession contre l’empilement de réglementations contraignantes, notamment la réforme des licences d’importation d’œuvres extérieures à l’UE. ©saskia vanderstichele

À l’occasion de la vente de la collection de l’antiquaire belge Bernard De Leye, Henrik Hanstein, qui préside la maison Lempertz, évoque une histoire où se croisent Goethe, quelques rois de France et Otto Dix.

La destinée d’Henrik Hanstein à la tête de Lempertz commence tragiquement, avec la mort soudaine de son père Rolf, en 1970, au volant de sa voiture. Encore étudiant, se jugeant trop jeune pour prendre les rênes de la maison, il achève ses études. "Très influencé par le 'Blow-Up' de Michelangelo Antonioni (1966), que j’ai vu peu de temps avant la disparition de mon père, je voulais devenir Thomas, le photographe du film."

Un jour de 1968, il rend visite avec son père à Otto Dix, le grand expressionniste, qui s’éteindra un an plus tard. "Il m’a demandé: 'que veux-tu faire dans ta vie?' J’ai répondu: étudier la photo. Il s’est exclamé: 'Excellent choix! Ne fais surtout pas d’histoire de l’art, car avec la photo, tu apprendras à voir.'" Le jeune Henrik a donc étudié la photographie un an, mais le décès de son père l’incite à compléter par… l’histoire de l’art.

En 1937, le grand-père de Henrik Hanstein organise une vente pour le compte du marchand d’art Max Stern, que la Chambre des Beaux-Arts du Reich avait contraint de fermer.

"Mon grand-père et mon père ont connu ces trajectoires accidentées par le destin." Sous le nazisme, en 1935, Joseph Hanstein, grand-père de Henrik, confie à l’architecte Manfred Faber l’agrandissement du siège à Cologne, l’aide à survivre avant sa déportation à Theresienstadt en 1942 (Faber meurt à Auschwitz en 1944). En 1937, Joseph organise une vente pour le compte du marchand d’art Max Stern, que la Chambre des Beaux-Arts du Reich avait contraint de fermer. Joseph Hanstein est emprisonné par la Gestapo en raison de ses "amitiés juives". Rolf Hanstein voulait étudier le droit: sa mère le dissuade de cette profession trop exposée et l’oriente vers la médecine. Le décès du frère aîné, tué en Pologne le dernier jour du conflit mondial, met Rolf en position de successeur. De la médecine, il passe à l’histoire de l’art.

Heinrich Böll et Georges de La Tour

Fondée à Cologne en 1845, plus ancienne maison de vente au monde restée au sein de la même famille, Lempertz ouvre des succursales à Bonn, Berlin, Munich et Milan, et Bruxelles devient sa cinquième adresse. Goethe, collectionneur émérite, en était client et Heinrich Böll y apprit son métier de libraire, en 1937.

Depuis 1989, Lempertz a été la première maison allemande à vendre des œuvres photographiques – réminiscence peut-être des premières amours de Henrik Hanstein.

Henrik prend donc les rênes en 1976: "Quand on arrive à la ferme, on prend soin de tous ses chevaux", souligne-t-il. Constatant la faiblesse du département d’art moderne, il s’y attelle. En 1984, il convainc les héritiers de la collection Franz ("de merveilleux impressionnistes et expressionnistes, de Degas à De Staël") de consigner la vente à Lempertz. "Nous avons 500 personnes dans la salle, le monde entier observe, la maison est relancée." Cette percée attire plusieurs autres grandes collections. Depuis 1989, Lempertz a été la première maison allemande à vendre des œuvres photographiques – réminiscence peut-être des premières amours de Henrik Hanstein. En 2020, la collection de Maîtres anciens de Hinrich et Ingrid Bischoff en 2020 enregistre des prix record: un Georges de La Tour, "La Fillette au braisier" (4,3 millions d’euros). Enfin, le 15 juillet prochain, ce sera la collection de l’antiquaire belge Bernard De Leye.

"Lempertz", souligne Henrik Hanstein, "a une longue histoire avec Bruxelles, où nous avions un bureau jusqu’en 1938, au 24, rue aux Laines". Des funérailles vont changer le cours des choses. "En 1985, je suis convié à l’enterrement de Coosemans, de la Galerie Moderne, qui possédait ce bâtiment rue du Grand Cerf. Sa fille a décidé le jour même de nous le vendre." Restauré à grands frais, c’est devenu le siège bruxellois de la maison.

Rayons X et ventes à distance

Une maison de vente offre un atout incomparable à ses clients: les connaissances de ses experts. Henrik Hanstein a toujours eu à cœur d’étoffer ces connaissances. "Nous travaillons avec le département restauration de la Technische Hochschule de Cologne, et nous sommes les premiers en Allemagne à nous être dotés dès 2010 d’un appareil de spectrométrie de fluorescence des rayons X qui permet d’analyser les pièces et les œuvres sans aucun prélèvement physique. Cette machine, d’un coût de 100.000 euros à l’époque, permet même d’analyser l’aquarelle, ce qui était précédemment impossible."

"À l’époque, tout le monde devait et voulait venir voir et toucher les objets. Aujourd’hui, les acquéreurs achètent sans voir. La digitalisation, l’examen des pièces à distance changent tout."
Henrik Hanstein

Si Bernard De Leye a choisi Lempertz pour cette vente d’objets royaux et antiques ("la plus belle en ce domaine depuis quarante ans", insiste Henrik Hanstein, des étincelles dans les yeux), c’est parce qu’il y a trouvé des experts qu’il juge supérieurs à ceux des colosses Sotheby’s et Christie’s. "À cause du Covid, Sotheby’s a dû se séparer de près du tiers de son personnel, les compétences s’en ressentent peut-être." À l’inverse, Lempertz a connu une année 2020 exceptionnelle (+56%) et le premier semestre 2021 ne l’est pas moins."

Entre son métier en 1976 et en 2021, qu’est-ce qui a changé? "Internet. À l’époque, tout le monde devait et voulait venir voir et toucher les objets. Aujourd’hui, les acquéreurs achètent sans voir. La digitalisation, l’examen des pièces à distance changent tout. À l’époque, les deux tiers de nos clients étaient marchands. Aujourd’hui, les trois quarts sont des collectionneurs privés. Les trois quarts étaient Allemands, or les deux tiers sont désormais des étrangers. En quatre décennies, l’ouverture des frontières européennes aura été plus importante que l’euro.

Réglementations contraignantes

En 2013, Hanstein est élu président de la Fédération européenne des commissaires-priseurs, qui soutient les fédérations nationales auprès des institutions européennes. Il défend la profession contre l’empilement de réglementations contraignantes, notamment la réforme des licences d’importation d’œuvres extérieures à l’Union européenne, qui risque d’étendre à l’infini les recherches de provenance. Hanstein ironise: "Si l’on doit adresser nos demandes à l’empereur de Chine, nous risquons de ne pas recevoir de réponse."

"Je serai amené à défendre ce dossier des licences d’importation devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe."
Henrik Hanstein

À ses yeux, les flux principaux des trafics, concernant notamment l’ivoire, sont "entre l’Afrique et la Chine". Concomitamment à une campagne diffamatoire de l’Unesco, qui présentait comme volées des œuvres présentes depuis plus d’un siècle au MET à New York, les autorités allemandes ont un temps laissé entendre que ces trafics égaleraient dix fois le chiffre d’affaires des salles de vente européennes. "Nous avons réfuté ces affirmations, fondées sur aucune donnée fiable, et je serai amené à défendre ce dossier des licences d’importation devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe." L’Organisation mondiale des douanes, que cite la CINOA (Confédération Internationale des négociants en Œuvres d’Art) dans son rapport 2021, semble lui donner raison, avec des chiffres infiniment plus faibles que ceux des trafics majeurs des armes ou de la drogue.

Pour le futur, ses deux filles poursuivent la lignée. La cadette, Alice Jay von Seldeneck, architecte et historienne de l’art, a récemment conduit une importante vente "Prussienne". L’aînée, Isabel Apiarius-Hanstein, représente Marie-Jo Lafontaine, dont elle a édité un livre en 2021. D’Isabel, son père dit simplement: "Elle prend la suite, et je suis son bras droit."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés