La FIAC se dédouble en ligne

"A Surprise Visit", de Dennis Tyfus.

La Foire internationale d’art contemporain (FIAC) migre de la nef du Grand-Palais à Paris vers sa nouvelle fenêtre digitale: la première édition de FIAC Online Viewing Rooms se tient du 4 au 7 mars. Ce ne sera pas la dernière.

Pour les foires internationales, où se concluent de 40% à 70% des transactions annuelles des galeries et des marchands, le Covid aura été le déclencheur d’un calendrier bousculé et d’un nouveau brassage des cartes. Art Paris ayant reporté son édition 2021 du 9 au 12 septembre, c’est la FIAC – et sa fenêtre digitale Online Viewing Rooms –, qui offre en cette entame de l’année la place de marché nécessaire à Paris et aux enseignes françaises.

La Néo-zélandaise Jennifer Flay préside aux destinées de la FIAC depuis 2010 (elle succédait à Martin Béthenod, actuel directeur général délégué de Pinault Collection). Galeriste dans l’âme, elle a travaillé notamment aux côtés de Daniel Templon avant d’ouvrir son premier espace en 1991 dans le Marais, à un jet de pierre du musée Picasso. D’emblée soutenue par Christian Boltanski ("il m’a filé, pardon…, donné trois œuvres à vendre, pour démarrer"), elle est ensuite montée sur la dunette du vaisseau FIAC en 2003. Dans une France où l’anglophonie reste médiocre, son énergie de Kiwi, digne de ses compatriotes aventuriers comme le regretté navigateur Peter Blake, lui a permis de tendre les voiles de la FIAC sur les eaux internationales: dès 2015, cette foire longtemps franco-française accueillait près de 70% de galeries européennes, évolution qui l’a rapprochée du niveau d’Art Basel ou de Frieze Londres.

"L’agence londonienne Art Logic a intuitivement compris notre langage visuel et très clairement guidé les galeries pour monter leur page sur le site."
Jennifer Flay
Directrice de la Fiac

Sur 211 galeries participantes, FIAC Online Viewing Rooms présente 32 expositions personnelles, notamment chez Xavier Hufkens, et parmi les 14 nouveaux venus, deux tiers d’anglo-saxons, mais aussi la très belle galerie viennoise Georg Kargl.

Un tour du monde en mille fenêtres

Pour cette FIAC Online Viewing Rooms (OVR), Jennifer Flay est allée chercher l’agence londonienne Art Logic, "qui a intuitivement compris notre langage visuel et très clairement guidé les galeries pour monter leur page sur le site". Un site qu’elle a voulu "très solide" qui peut recevoir un nombre quasi illimité de visites: "puisque nous ne pouvons voyager, nous avons voulu une navigation très fluide". Chaque galerie présente cinq ou dix œuvres (pour une participation assez raisonnable de 500 ou 1.000 euros). Un échantillon flexible qu’elle peut modifier à volonté, assorti de visuels en nombre illimité. Ainsi, la Galerie 1900-2000 a choisi de montrer son Francis Picabia, "7091" de 1938 en présentant le dos du cadre émaillé de ces étiquettes et inscriptions toujours émouvantes qui témoignent du parcours de l’œuvre.

"L’audience en ligne sera en effet plus vaste que pour un événement physique et nous espérons beaucoup de nouveaux amateurs."
Jennifer Flay
Directrice de la Fiac

FIAC Online Viewing Rooms étoffe son offre avec "Through the Eyes of", un programme de choix curatoriaux réalisés par cinq commissaires d’exposition français et internationaux, Bernard Blistène (directeur du Centre Pompidou), Saim Demircan (auteur), Emma Lavigne (présidente du Palais de Tokyo), Jean de Loisy (directeur de l’École des Beaux-Arts Paris) et X Zhu-Nowell (Guggenheim New York). Enfin, la Conversation Room invite des institutions de premier plan à organiser des conférences-dialogues: pour cette édition, ce sont la Bourse de Commerce-Pinault Collection), le Museo Tamayo (Mexico), le Petit Palais (Paris) et M WOODS (Pékin).

"Can’t Touch This", de Thomas Lerooy.

"À l’automne", annonce déjà Jennifer Flay, lors de la prochaine FIAC "physique", du 20 au 24 octobre, nous rééditerons cet OVR, tant les galeries sont satisfaites des réactions". Cette manifestation inédite permettra une démocratisation de l’accès à l’art: "l’audience en ligne sera en effet plus vaste que pour un événement physique et nous espérons beaucoup de nouveaux amateurs", qui pourront cliquer sur des choix d’œuvres proposées à moins de 1.000 euros.

La Belgique à la FIAC Online

Notre pays sera joliment représenté à la foire par Xavier Hufkens, Vedovi, Bernier/Eliades, Meessen De Clercq, Rodolphe Janssens avec "Can’t Touch This" (2021) de Thomas Lerooy, Tim Van Laere, avec "A Surprise Visit" (2020) de Dennis Tyfus, et surtout Maruani Mercier, avec Titus Kaphar et son étonnante huile en relief travaillée à la feuille d’or, "Susan and the Elders" (2014-2019).

FIAC Online Viewing Rooms, du 4 au 7 mars 2021 (preview du 2 au 3 mars).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés