Un bout de Ritz à ramener chez soi

Les meubles du Salon Proust du palace Ritz sont exposés à la maison de vente Artcurial. ©AFP

Du 17 au 21 avril, le palace parisien le Ritz met plusieurs de ses biens aux enchères chez Artcurial. En attendant, le public peut découvrir jusqu'à ce dimanche 10.000 objets venant de l'hôtel emblématique.

Plongée au cœur d'un palace mythique. Le Ritz propose aux enchères des meubles et objets qui ont forgé l'histoire de l'hôtel parisien. La maison de vente Artcurial accueille 10.000 objets accessibles au public. Le catalogue est accessible via ce lien.

Parmi eux, 3.500 sont destinés à une vente aux enchères du 17 au 21 avril. Il est d'ailleurs possible d'enchérir en ligne. Pour l'occasion, Artcurial a revu son agencement pour élaborer une réplique du palace.

De 100 à 10.000 euros

Inauguré en 1898, le célèbre hôtel de la place Vendôme a décidé de se séparer d'une partie de ses biens lors de sa rénovation achevée en juin 2016 après quatre ans de travaux.

Les meubles du Salon d'Apparat du Ritz attendent d'être vendus aux enchères. ©AFP

Conçu comme "une grande demeure française, comme un château", le Ritz attire par son mélange de styles pour Stéphane Aubert, l'un des commissaires-priseurs de la vente. "Il y a un mélange de style Louis XV-Louis XVI et de style Empire qui fonctionne bien."

Fauteuils, poufs, lits, consoles, tabourets du fameux bar Hemingway, une harpe, tapisseries, tissus, vaisselle... Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses selon Stéphane Aubert, qui estime que certaines mises à prix sont relativement basses.

Le Ritz Bar dans les années 1980. ©Archives Ritz

Les estimations vont de 100 euros pour les plafonniers ou encore les embrasses à rideaux à 10.000 euros pour une paire de monumentales sculptures en bronze.

10.000
Prix de la sculpture
10.000 euros. C'est le prix d'une paire de sculptures monumentales de nymphes portant des candélabres, en bronze, qui décorait la hall d'entrée du Ritz.

"Tous les objets se trouvaient dans des garde-meubles, on a dû reconstituer les chambres, les suites chez nous", explique le commissaire-priseur.

Parmi les lots proposés, certains revêtent un caractère particulièrement emblématique. Exemple avec une baignoire, présentée comme la "première" du Ritz, estimée entre 1.500 et 2.000 euros.

La tête de lit et les chevets en laque issus de la suite de Coco Chanel sont estimés entre 2.000 et 3.000 euros. ©Artcurial

"César Ritz avait le souhait de donner le plus grand confort à ses clients, il a eu la volonté de mettre dans chaque suite et chambre une salle de bains avec une baignoire comme celle-ci. C'était très moderne à l'époque", selon le commissaire-priseur.

Artcurial n'en est pas à son premier palace. Ces dernières années, la maison de ventes a mis aux enchères le mobilier des hôtels du Crillon, du Plaza Athénée, de l'Hôtel de Paris à Monaco ou encore du restaurant La Tour d'Argent.

Le Ritz et ses légendes

Coco Chanel, Proust, Hemingway... les grands noms se sont succédés au panthéon du palace parisien. Et ont amené avec eux leur lot de légendes.

"On l'a constaté dans toutes les ventes qu'on a pu faire, à chaque fois c'est un succès phénoménal, le public est assez féru d'histoire"
Stéphane Aubert
Commissaire-priseur responsable de la vente aux enchères

Aussi, Francis Scott Fitzgerald, auteur de "Gatsby Le Magnifique", aurait fait irruption dans le palace muni d'un fusil-mitrailleur pour "libérer personnellement" le Ritz, occupé par les nazis le 25 août 1944.

Audrey Hepburn et Gary Cooper sur un tournage dans une chambre du Ritz dans les années 1950. ©Archives Ritz

Le Ritz est aussi un temple du septième art où plusieurs films ont été tournés, comme Ariane de Billy Wilder avec Gary Cooper, Audrey Hepburn et Maurice Chevalier.

La suite "Mademoiselle Chanel", librement recréée par la maison de ventes, reflète le goût de la fondatrice de la célèbre maison de couture pour la décoration d'inspiration chinoise. Elle avait logé au Ritz jusqu'à son décès en 1971.

La vente aux enchères se tiendra du 17 au 21 avril. ©REUTERS

Autre curiosité: une harpe trônant dans la réplique du salon "Proust" et estimée entre 2.000 et 3.000 euros. "Dans les années 80, une joueuse de harpe avait l'habitude de se tenir dans le hall d'entrée pour donner un petit récital."

La collection devrait attiser la curiosité du public car "un peu tout un chacun" rêve d'avoir un peu de Ritz dans son salon.

La table de style Régence, du salon Proust, provenant du Ritz Paris est estimée entre 3.000 et 4.000 euros. ©Artcurial

La renommée du palace attire au-delà des frontières. "La résonance du Ritz à l'étranger est très importante: le premier client qui m'a appelé pour se renseigner sur la vente est un Américain du Texas. On a aussi été en lien avec des Australiens", a confié Stéphane Aubert.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content