Publicité
Publicité

Un dollar en échange de 21 millions de livres sterling

©Photo News

Les récentes ventes d’art d’Après-Guerre, à Londres, ont été couronnées de succès pour les deux auctioneers, Sotheby’s et Christie’s.

Le 1er juillet dernier à Londres, Sotheby’s a pu s’enorgueillir du chiffre d’affaires le plus élevé jamais enregistré pour une vente "d’art contemporain" en Europe, soit un peu moins de 130,5 millions de livres sterling pour 84,5% de lots vendus. Lorsqu’une maison de ventes a la chance de mettre la main sur des pièces particulièrement importantes, les belles enchères sont toujours au rendez-vous, encore que certaines déconvenues ne soient jamais à exclure.

Tout continue à bien aller pour l’art international de l’Après-Guerre!

Ce fut le cas chez Sotheby’s pour "Study for a Pope I", un tableau peint par Francis Bacon en 1961. En 2005, Christie’s l’avait adjugé à New York l’équivalent d’un peu moins de 5,8 millions de livres de l’époque. Dix ans plus tard, on en espérait entre 25 et 35 millions… Même si le marché de l’artiste a considérablement évolué entre-temps, psychologiquement, il semble qu’il ne soit pas facile, pour un amateur, de payer plus de quatre fois le prix d’il y a une décennie seulement. Cela étant, on retrouve l’artiste dans le tiercé de tête des deux auctioneers.

Chez Sotheby’s également, un autoportrait exécuté en 1975 a rejoint une collection privée pour un peu moins de 15,3 millions de livres, ce qui correspond grosso modo à son estimation haute et ce qui rend l’estimation du Pape de 1961 parfaitement crédible. Au même endroit, "Three Studies for a Self-Portrait" (1980), un triptyque estimé identiquement entre 10 et 15 millions de livres, a trouvé preneur contre un peu plus de 14,7 millions de livres, tandis que chez Christie’s, une étude pour le portrait d’Isabel Rawsthorne et de George Dyer, un diptyque réalisé en 1967, a atteint un peu moins de 12,2 millions de livres. Il s’agit du meilleur résultat de la maison de King Street qui, quant à elle, a engrangé un produit total d’un peu plus de 95,6 millions de livres pour 87% de lots vendus. "Two men working in a field" (1971), toujours par Francis Bacon et également chez Christie’s, fit un peu plus de 10,7 millions de livres.

Warhol…

Si Francis Bacon était omniprésent, Andy Warhol n’était pas en reste puisque c’est à lui que revient le prix le plus important payé pendant cette semaine de ventes, soit près de 20,9 millions de livres, au-delà des espérances de Sotheby’s qui en attendait entre 13 et 18 millions. Il est vrai que le tableau est iconique et qu’il date de 1962, soit la période "historique" de l’artiste. La maison de New Bond Street compte d’ailleurs, parmi ses dix meilleurs résultats, deux autres toiles liées au même sujet. Des "Dollar Signs" de 1981 ont ainsi été acquis contre un peu moins de 7 millions de livres par un collectionneur américain, tandis qu’un "Dollar Sign" de la même année a également rejoint une collection privée contre un peu moins de 4,7 millions de livres.

©Photo News

Seuls deux autres artistes américains figurent au "top ten" des deux maisons de ventes: Jean-Michel Basquiat, chez Sotheby’s, avec un peu moins de 5,7 millions de livres pour "Orange Sports Figure" (1982) et Christopher Wool pour "Mad Cow" (1997) avec près de 3,5 millions de livres.

… et les autres

Gerhard Richter a un peu déçu puisqu’aucune de ses quatre œuvres proposées chez Christie’s n’a trouvé acquéreur. Par contre, chez Sotheby’s, une œuvre abstraite de 1987, une pièce "parfaite" pour le marché actuel, a été payée un peu plus de 14,1 millions de livres par un collectionneur privé, et ce conformément à sa fourchette d’estimation.

Pour le reste, il faut retenir, chez Christie’s, la vente à un peu plus de 5,9 millions de livres d’une "Peinture de feu couleur sans titre" réalisée en 1962 par Yves Klein, tandis que Sotheby’s se séparait d’un plus classique monochrome bleu contre un peu plus de 5,5 millions de livres.

Chez Christie’s, Sigmar Polke est présent à deux reprises parmi les dix meilleurs résultats, ce qui témoigne de l’évolution positive de son marché. On retrouve également Fontana chez les deux maisons de ventes.

Plus étonnant, Christie’s a obtenu un record en vente publique pour Chris Offili, dont "The Holy Virgin Mary" (1996) a dépassé son estimation pour atteindre 2.882.500 livres exactement. La peinture avait fait scandale lors de son exposition en 1999 au Brooklyn Museum lorsque les catholiques conservateurs l’avaient jugé blasphématoire, ce qui avait entraîné toute une polémique sur le financement des expositions dans des musées publics…

Enfin, chez Sotheby’s, un tableau assez récent (2008) de David Hockney, "Arranged Felled Trees", a trouvé amateur pour un peu moins de 3,4 millions de livres, également bien au-delà de son estimation préalable. Bref, tout continue à bien aller pour l’art international de l’Après-Guerre!

Note: tous les prix mentionnés ci-dessus s’entendent frais inclus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés