Johnny Hallyday, un business en or doublé d'un casse-tête patrimonial

©Photo News

Johnny Hallyday méprisait sa fortune qu'il dilapidait. Un délicat exercice d'expertise va commencer.

La remarque est indélicate, mais c'est à partir de maintenant que la "marque" Johnny Hallyday va peut-être devenir rentable, du moins pour ceux que ça intéresse. Car du vivant de la star, ses dépenses affolaient au moins autant les compteurs que les recettes. "Complètement détaché des valeurs matérielles"le chanteur dépensait à tout-va, autant pour lui d'ailleurs qu'en direction des plus ou moins proches.

En 2011, un conseiller fiscal interrogé par le magazine les Inrockuptibles, estimait ses charges personnelles entre 200 et 400.000 euros par mois, sans compter, s'empressait de préciser l'expert, le remboursement d'acquisitions variées allant de la Rolls à la Ferrari, d'un chalet à Gstaad à sa maison de Berverly Hills, d'un yacht à un jet privé.

16 millions €
Les revenus de Johnny en 2016
Sans donner le détail, le magazine Capital évoque pour l'idole 16 millions d'euros de revenus en 2016.

Des funérailles indexées sur une énorme popularité

Un "hommage populaire" sera rendu à Johnny Hallyday, samedi sur les Champs-Elysées, annonce l'Elysée. Cet hommage sera suivi d'une "brève intervention" du président, Emmanuel Macron, dans l'église de la Madeleine.

 La dépouille du rockeur, actuellement au funérarium du Mont-Valérien à Suresnes, partira de l'Arc de Triomphe, avant de descendre les Champs-Elysées jusqu'à la place de la Concorde pour rejoindre l'église de la Madeleine, conformément au souhait de l'entourage du chanteur.

Les musiciens de Johnny Hallyday "l'accompagneront musicalement".  Par ailleurs, le message "Merci Johnny" sera affiché sur la Tour Eiffel et l'AccorHotel Arena (anciennement Palais omnisports de Paris Bercy, où il s'est produit une centaine de fois) de vendredi à dimanche, a annoncé la maire de la capitale française Anne Hidalgo.

Les médias français évoquaient hier un éventuel deuil national tel que mis en place après le décès de Victor Hugo en 1885. Ils avançaient aussi une  cérémonie à la cathédrale de Paris .

 

L'expertise nette du patrimoine de Johnny n'est pas pour demain ni même pour après-demain. Il y a seulement 6 ans, l'artiste était encore considéré comme un "faux-riche". Il va désormais falloir démêler les dettes privées et fiscales, décortiquer les droits écrits dans le contrat qui le lie à sa dernière maison de disques et expertiser ses possessions en propre. Gageons que les calculettes ont déjà commencé à tourner. Sans donner le détail, le magazine Capital évoque pour l'idole 16 millions d'euros de revenus en 2016.

Des chiffres records

En 50 ans de carrière, Johnny Hallyday a signé avec plusieurs maisons de disques, de Vogue jusqu'à Polygram/Universal et finalement à la Warner. Cinquante albums, 110 millions de disques vendus selon des informations récurrentes, 40 disques d'or et plus de trois mille concerts à guichets fermés, la PME Hallyday a généré un joli cash-flow. Cette manne a cependant été pénalisée par quelques trous (insuccès ou rappels fiscaux).

Turbulent dans sa façon de considérer les dépenses, la star n'a pas toujours été bien conseillée. A l'exception notable des années 2000 ou un fondé de pouvoir à la banque de Baecque et Beau tente, selon les Inrockuptibles, de le protéger de ses inconséquences. Quelques années auparavant il signait des chèques non approvisionnés au fisc ce qui lui a valu une négociation en direct avec le ministre du Budget Michel Charasse, lequel bon prince, lui a épargné les pénalités de remboursement.

Avec la numérisation progressive de la musique, les recettes de disques ont chuté pour tout le monde. C'est pourquoi dans les dernières années, la seule façon de gagner de l'argent pour les artistes était de multiplier les tournées. Mais dans ce cas précis justement, à moins de mobiliser un hologramme, la source vient de se tarir définitivement.


Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content