portrait

Les frères Beers font danser le monde

180.000 clubbers sont attendus ce week-end à Boom pour la onzième édition du festival de musique électronique Tomorrowland. L’événement, créé par les frères Manu et Michiel Beers, s’exporte depuis trois ans. La petite entreprise qui danse est devenue une affaire qui roule.

60.000 festivaliers par jour venus du monde entier. 4.000 personnes qui se trémoussent devant la Bourse de Bruxelles. 120 avions au départ de 64 aéroports. Bienvenue dans la démesure et le gigantisme. 20.000 nuitées réservées dans des hôtels bruxellois… L’heure de Tomorrowland, le festival de musique électronique que le monde entier nous envie, a sonné. Trois jours durant, Boom va vibrer au son des meilleurs DJ’s, emmenés par 180.000 festivaliers!

Beers Brothers

À l’origine de ce succès mondial, on retrouve deux frères, Manu (33) et Michiel (37) Beers, originaires d’Anvers. Durant leurs études, ils se font les dents — et de l’argent de poche — en organisant des soirées. Les clubbers se souviendront de "Nacht van de Student". Ce concept, lancé en 1999, permettait aux étudiants anversois de faire la fête sur cinq sites différents. Les deux frères qui s’attendaient à faire danser 4.000 personnes en ont vu passer le double.

25 millions €
En marge de cette édition qui se déroule à Boom, près de 20.000 nuitées ont été réservées dans des hôtels bruxellois. Le chiffre d’affaires du festival avoisine les 25 millions d’euros.

Forts de ce premier succès, les deux frères, plutôt discrets, ont lancé "Antwerp is burning", une immense soirée simultanée dans plusieurs discothèques. Les affaires tournent très fort pour les frères Beers. Tellement même qu’ils décident d’arrêter leurs études pour se consacrer totalement à la société d’événements qu’ils viennent de créer.

Ceci étant, dotés d’ambitions peu communes, les deux frères se sont tournés vers les Pays-Bas pour trouver un coup de main au niveau de l’éclairage, de la sonorisation et surtout, de la décoration, un petit plus qui permettra à Tomorrowland de véritablement décoller.

Manu et Michiel Beers créent donc une joint-venture avec la société néerlandaise ID & T et lancent la première édition de Tomorrowland en 2005. Une première fois passée un peu inaperçue. Les premières années ont été difficiles, mais le soin apporté aux décors et la force des réseaux sociaux ont fait le reste. En 2011? Tomorrowland a été élu "meilleur événement musical au monde" aux International Dance Music Awards. Une sacrée consécration pour les frères Beers. Aujourd’hui, le monde est à leurs pieds, les meilleurs DJ’s de la planète répondent présents à leur invitation quand ils ne supplient pas pour en être.

©BELGA

USA et Brésil

En moyenne, les 180.000 tickets pour une édition "normale" s’écoulent en une heure et le chiffre d’affaires du tribunal avoisine les 25 millions d’euros.

Tomorrowland réunit 180.000 clubbers en trois jours de festival. Les tickets, vendus dans le monde entier, s’écoulent en une heure.

Entre-temps, le festival s’est exporté. En 2013, une première édition a eu lieu aux Etats-Unis, en Géorgie. 300 DJ’s répartis sur huit scènes avaient fait danser plus de 150.000 clubbers venus du monde entier. Cette année, la troisième édition américaine de Tomorrowland se tiendra dans le courant du mois de septembre. Et la première édition brésilienne a réuni 180.000 festivaliers dans le courant du mois de mai 2015.

Le temps des soirées estudiantines semble donc de plus en plus éloigné et nul ne sait où et quand l’appétit des Beers Brothers s’arrêtera.

Depuis 2013, Tomorrowland s’exporte aux Etats-Unis, sous le nom TomorrowWorld. Cette année, une édition a eu lieu à Sao Paulo, au Brésil.

L’année dernière, une ombre plane sur le festival. Des riverains, excédés par les décibels de Tomorrowland, exigent un nombre maximal de trois heures de diffusion de musique par jour. En référé, un juge anversois jugera la requête non fondée. Les riverains, ne baissant pas les bras, avaient voulu porter l’affaire au fond, mais, assommés par les frais engendrés, ils ont récemment annoncé qu’ils abandonnaient les poursuites. Le festival reste sous le coup d’une information judiciaire concernant l’attribution de son permis d’environnement.

  • Manu et Michiel Beers étaient aux études quand ils ont lancé un concept de soirées estudiantines à Anvers.
  • C’est en 2005 que Tomorrowland a vu le jour.
  • La même année, ils ont créé une joint-venture avec la société néerlandaise ID & T.

[Suivez Nicolas Keszei sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect