Yael Naïm: "Je voulais plonger dans un monde sans repères"

(c) Yael Naïm

Intime et puissant, le nouvel album de Yael Naïm a été entièrement conçu la nuit. C’est un album qui rompt avec le passé. "Nightsongs" n’est pas pour autant un album-concept. Rencontre avec la Franco-Israélienne la plus populaire au monde.

L'album

♥ ♥ ♥ ♥

«Nightsongs». Yael Naïm

PIAS (ici > accès à toutes les plateformes de streaming)

Cette interview s’est déroulée, à Bruxelles, juste avant le premier jour du confinement. Mais, déjà, Yael Naïm constatait que son planning était chamboulé. "Je pense que dans les jours qui viennent, je vais être de plus en plus libre", m’a-t-elle dit. Outre la sortie de cet opus, l’artiste travaille sur la b.o. du prochain film d’Audrey Dana, intitulé pour l’heure "Hommes au bord de la crise de nerfs".

"NightSongs". Yael Naïm. (c) PIAS

Écrit et composé la nuit, "Nightsongs" est-il un album concept?
Pas tout à fait parce que j’ai toujours écrit la nuit. Mais pas que. La nuit donne accès à un truc plus inconscient et reposant contrairement à la journée où les choses sont plus attendues. Quand j’ai appelé ce projet "Nightsongs", je voulais plonger dans un monde sans repères. Donc, ce n’était pas une démarche intellectuelle qui accompagne les albums concept.

Qu’avez-vous découvert en procédant de la sorte?
Tout un aspect de moi que, pour des raisons d’éducation, je pensais qu’il fallait occulter. En tout cas, surtout ne pas l’avouer. En les oxygénant, je me suis aperçue qu’il s’agissait seulement de choses banales et humaines que beaucoup ressentent. La peur, la honte, certains rêves. Je trouve que dans la vie, on est parfois un peu "raciste des sentiments" comme s’il fallait choisir une partie et pas l’autre jugée mauvaise. J’ai l’impression que même les périodes de tristesse, il faut les savourer. Parce qu’après, quand il y a un moment de bonheur, il n’a pas le même goût. Je crois qu’il faut cesser de hiérarchiser les sentiments et les sensations. Je suis reconnaissante de pouvoir vivre toute une palette de sentiments et d’émotions.

Yael Naim - Shine (Official Video) - "NightSongs"

Comment avez-vous traduit cela musicalement?
Je ne voulais pas un album qui ressemble à des montagnes russes. La sensation qui décrit le mieux mon approche musicale sur ce disque est de plonger sous l’eau. Techniquement, je me suis enfermée dans mon studio. J’ai joué avec les espaces. J’ai voulu beaucoup de textures de voix. Et j’ai utilisé des chœurs, dont le chœur classique Zene. J’ai mélangé des instruments très organiques comme le piano et la guitare avec des sons plus électros.

«La nuit donne accès à un truc plus inconscient et reposant contrairement à la journée où les choses sont plus attendues.»
Yael Naïm
Chanteuse

Une autre particularité de cet album réside dans l’emploi du français. C’est la première fois. Alors, pourquoi pas un album entièrement chanté en français?
J’ai d’autres chansons en français en chantier mais elles sont encore fragiles. Nous, les artistes, avons souvent des heures de musique qui dorment dans nos ordinateurs. Et on se demande régulièrement que faire de toute cette matière. Peut-être qu’en faisant plus de collaborations et de "side projects", on y arrivera. En tout cas, il y a une créativité à lâcher de manière plus spontanée.

N’est-ce pas la direction que prend la génération issue du rap?
Oui, elle semble moins rigide sur les schémas de production d’un disque.

Yael Naïm. (c) Julien Mignot

Quand vous avez débuté, en 2007, avec "New Soul", les réseaux sociaux n’existaient pas. Quelle est votre attitude à leur égard?
J’ai l’impression qu’on est de plus en plus en quête de l’approbation venant de l’extérieur. Et de faire tout le temps quelque chose. S’asseoir et ne rien faire devient très dur. On est en pleine réflexion par rapport à cette sollicitation permanente et la recherche de likes. Même moi, j’emporte mon téléphone quand je vais aux toilettes. Un peu comme si je ne pouvais pas ne pas rentabiliser ce long moment! (Rires) De plus en plus souvent, je me force à ranger mon téléphone dans un tiroir pour ne pas regarder les notifications. Je pense que toute ma génération se débat avec cette nouvelle extension.

On avait beaucoup parlé du clip de "Coward" que Stromae avait réalisé, il y a cinq ans, pour vous. Avez-vous d’autres projets avec lui?
Rien n’est ouvert et rien n’est fermé non plus. J’adore Stromae. Il a trouvé un langage très personnel et génial. Je suis sûre qu’on sera amenés à se recroiser.

Avez-vous des relations avec des artistes israéliens?
Un tout petit peu. J’aime bien Riff Cohen. Il y a de très bons artistes là-bas. Par contre, c’est dur pour eux parce que le pays est minuscule. Donc, ils galèrent. Alors, c’est dans l’underground que se passent les choses les plus intéressantes. Mais effectivement, il y a de la musique partout et des clubs incroyables.

 

Yael Naim sur le confinement: «Et si on pouvait vivre autrement?»

«Nightsongs», son nouvel album, devait aussi sortir en ce début de printemps. Elle vit déjà depuis plusieurs jours une situation chaotique: «Ce qu’on a planifié est annulé. Le problème dépasse mon envie en tant qu’artiste de me produire en concert. Ce serait indélicat de ne songer qu’à ça. En discutant avec mes amis, ce que je ressens, c’est, qu’au-delà d’une maladie mortelle, il y a des choses pas inintéressantes.

Beaucoup d’entre nous sommes dans une course permanente. Des fois, on a envie de voir les choses autrement. De marquer un temps de pause. Et de juger ce qui est essentiel. Des gens meurent et l’économie s’effondre. Mais on peut se poser des questions sur la manière dont on vit. Et si on pouvait vivre autrement. Alors, je ne sais pas où ça va nous emmener. Mais nous, en tant qu’artistes, on peut créer de manière différente.

Notamment grâce à Internet et aux réseaux sociaux. Il faut réfléchir à la façon de garder une énergie créatrice. Et de rester connectés au public. Mais je crois que dans les pires périodes de guerre, les artistes se sont débrouillés pour créer, même en secret. Donc, on va juste trouver un autre moyen. Je pense à faire des concerts en direct depuis chez moi. Bien sûr, cela ne remplacera pas un vrai concert avec de la lumière. Mais voilà!»

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés