Agnes Obel: "J'ai besoin de la 'myopie' pour travailler ma musique"

Agnes Obel (c) Universal Music

"Myopia", le nouvel album de la Danoise Agnes Obel, traite de la confiance et du doute. Elle nous invite à voir le monde avec plus de nuances et de sentiments. Rencontre.

Nouvel album

♥ ♥ ♥ ♥

«Myopia». Agnes Obel

Deutsche Grammophon/Universal Music

En concert le 23/3/20 au Cirque Royal et le 4/7/20 à Rock Werchter.

 

C’est une artiste qui réfléchit avant de répondre à la moindre question. Et chaque question amène une réponse inattendue et intéressante. Ses nouveaux morceaux ressemblent à ça. "‘Myopia’ parle beaucoup de mes propres doutes. Mais je souhaiterais que dans notre culture, il y ait plus de place pour l’idiosyncrasie et la nuance. C’est important pour n’importe quelle conversation."

Alors qu’on nous apporte des thés chauds, Agnes Obel m’offre le petit biscuit qui lui était destiné et poursuit. "L’album précédent, ‘Citizen of Glass’, portait sur le verre et la perspective. Et comment la technologie modifie notre perspective et nos ambitions. Puis, j’ai réalisé que j’avais moi aussi quelques dissonances et distorsions dans ma façon de voir le monde et de juger les choses. J’ai compris que je désirais faire un autre album autour de ce thème. Je cherchais un mot qui serait le parapluie de ce sentiment. Et ‘Myopia’ m’est apparu. Car, il signifie aussi un manque de perspective. D’une certaine façon, j’ai besoin de la ‘myopie’ pour travailler ma musique car, il faut que je me concentre uniquement sur elle." 

Agnes Obel - "Broken Sleep" taken from her album "Myopia". (Official Video)

Utiliser sa voix comme un synthétiseur

Pour créer sa musique, Agnes s’isole complètement. Depuis plusieurs années, elle vit, avec son compagnon, à Berlin. Et parfois, elle envisage de changer de ville. Elle a même pensé à Bruxelles où elle compte quelques amis. La violoncelliste montoise Charlotte Danhier apparaît d’ailleurs sur "Myopia".

Outre la présence du violoncelle, les instruments chères à Agnes sont le piano et le violon. Elle a également joué sur les effets de sa voix pour illustrer la distorsion de la perception. "J’ai voulu utiliser ma voix comme un synthétiseur." On lui fait remarquer que son travail de compositrice ressemble à celui d’une peintre. "Oui, on pourrait dire ça, opine-t-elle. Je me demande à chaque fois comment je pourrais créer un souvenir à partir d’un son. Mais j’utilise toujours des instruments organiques. J’ai plusieurs images de ma propre voix."

«Je me demande à chaque fois comment je pourrais créer un souvenir à partir d’un son. Mais j’utilise toujours des instruments organiques. J’ai plusieurs images de ma propre voix.»
Agnes Obel
Chanteuse

Si elle pouvait dédier "Myopia" à une personne réelle ou fictive, Agnes le dédierait à Scott Walker, chanteur américain décédé l’an passé. "ll m’a vraiment ouvert les yeux sur ce qu’était la production d’un album. Je relierais cela à la production d’un film. Ce n’est pas qu’une question de mots mais d’images. J’aurais tellement aimé pouvoir le rencontrer. Il a fait une chanson, en 1978-79, ‘The Electrician’ qui, pour moi, est la chanson parfaite."

A-t-elle une petite envie de participer à un projet de film? "Peut-être. Je trouve que parler d’un film est plus facile que de parler de musique. Je n’ai pas encore songé à composer une musique pour le cinéma mais j’aimerais amener mes morceaux vers quelque chose de plus cinématographique." 

Agnes Obel - "Island Of Doom" taken from her album "Myopia". (Official Video)

L’appel de Deutsche Grammophon

Récemment, l’artiste a signé un contrat avec le prestigieux Deutsche Grammophon. "J’ai un très bon contact avec le directeur artistique de ce label. C’est la première fois que je rencontre un A&R (‘Artists and Repertoire’: les découvreurs de talents des labels discographiques, NDLR) qui soit musicien lui-même. Vous savez, parfois vous travaillez avec des gens qui sont d’une autre planète que la vôtre. Ici, il s’agit d’un pianiste et il comprend parfaitement mon langage."

«Ce qui me terrifie, c’est le nombre de choses qui arrivent chaque jour sur Internet. Aucun être humain ne peut traverser tout ça.»
Agnes Obel
Chanteuse

Ce qui a changé, dans son métier, c’est, bien sûr, l’arrivée des réseaux sociaux. Elle concède être relativement discrète sur Instagram et ne poster que des photos relatives à son travail proprement dit. "C’est normal que les jeunes artistes soient très présents sur ces réseaux. Et je comprends également qu’ils sortent rapidement de nouveaux morceaux parce que le degré d’attention et de concentration du public a diminué. Je ne peux pas dire que je sois fan de ça. Ce qui me terrifie, c’est le nombre de choses qui arrivent chaque jour sur Internet. Et je ne pense pas uniquement à la musique mais aussi aux articles de presse, à la publicité… Aucun être humain ne peut traverser tout ça."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés