Publicité
Publicité

Au Concours Reine Elisabeth, un palmarès plus politique que musical

Le violoniste ukrainien Dmytro Udovychenko, après l'annonce de son 1ᵉʳ Prix, dimanche. ©BELGA

La prestation globalement décevante des deux derniers finalistes du Concours Reine Elisabeth, l'Ukrainien Dmytro Udovychenko et l'Américain Joshua Brown, n'a pas entamé l'enthousiasme du jury. Un palmarès plus politique que musical.

C'est l'image qui restera de cette session violon du Concours Reine Elisabeth 2024. À peine venait-il d'être sacré Premier lauréat, dans un tonnerre d'applaudissements, et avait-il commencé, comme le veut la tradition, à saluer chacun des membres du jury, installés sur la scène du Palais des beaux-arts de Bruxelles, que l'Ukrainien Dmytro Udovychenko s'arrête devant Vadim Repin, ancien premier prix comme lui, croise ses mains dans le dos, le toise un instant, avant de passer au juré suivant, sous le regard éberlué du Russe.

Dmytro Udovychenko, le Premier prix, refusant de serrer la main du juré Vadim Repin, ce dimanche 2 juin, au Concours Reine Elisabeth. ©Droits réservés
Publicité

Ce dimanche, à minuit trente, la guerre en Ukraine s'est invitée dans la compétition. Il faut préciser qu'Udovychenko, né le 1ᵉʳ juin 1999, a passé toute sa jeunesse à Kharkiv, cible régulière de l'armée russe depuis le début du conflit, et encore ces derniers jours avec une attaque d'un supermarché, le 25 mai, faisant 19 morts, et 9 de plus, ce vendredi, selon le gouverneur régional, Oleg Synegoubov, après une nouvelle salve de missiles.

Mais est-ce vraiment la nationalité russe (il a également la nationalité belge) de Vadim Repin qui posait problème au lauréat ukrainien? Ce dernier n'a-t-il pas salué normalement un autre juré russe, Dmitry Sitkovetsky? Peut-être faut-il alors imputer sa réaction au soutien affiché à Vladimir Poutine de la femme de Repin, la danseuse étoile du Bolchoï Svetlana Zakharova.

Le premier lauréat, l'Ukrainien Dmytro Udovychenko, saluant ce dimanche, à Bozar, le second lauréat, l'Américain Joshua Brown. ©BELGA

Zakharova s'est régulièrement impliquée dans la politique russe, parfois même directement, rapporte l'agence de presse Yonhap: membre du parti Russie Unie, la formation de Vladimir Poutine, elle fut députée de la Douma, l'Assemblée fédérale de la Russie, entre 2007 et 2011. En 2014, elle a rejoint d'autres personnalités culturelles pour signer une lettre de soutien à la politique russe vis-à-vis de l'Ukraine, dont l'annexion de la Crimée.

La ballerine est aujourd'hui membre du Conseil russe des arts nationaux, témoigne encore Yonhap, qui relatait, le 15 mars dernier, l'annulation de l'un de ses ballets, prévu, en avril, au Seoul Art Center, précisément "en raison de ses positions pro-Poutine".

Un palmarès politique?

La nationalité ukrainienne de Dmytro Udovychenko a-t-elle joué en sa faveur? Non que ce dernier ne se soit pas révélé un musicien tout à fait hors normes lors des épreuves du concours. Il avait même notre préférence après son concerto de Mozart habité de la demi-finale. Udovychenko y était comme traversé par la musique et d'une inventivité de chaque instant, mu par une expressivité incomparable qui ne laissait en plan aucune note, aucun phrasé.

Mozart Concerto n. 2 in D major KV 211 | Dmytro Udovychenko - Queen Elisabeth Competition 2024

Mais, lors de la finale, ce samedi soir, après un concerto imposé du Français contemporain Thierry Escaich qui augurait du meilleur, il s'est emmêlé les pinceaux dans le "Premier concerto" du compositeur russe Chostakovitch. Emporté par la danse démoniaque du scherzo, il a perdu l'orchestre, qui cavalait à une demi-mesure derrière lui, occasionnant un beau cafouillage.

Il y eut bien sûr des moments d'une puissante émotion, à commencer par ce long face-à-face avec le public entre le scherzo et la passacaille, puis dans le finale dantesque où il prit tous les risques, nous rappelant cette phrase du regretté musicologue Harry Halbreich: "Cette musique de Chostakovitch est primitive, pauvre, décharnée, nous parle d'un enfer où l'on a froid, faim, peur surtout, c'est une musique de pénurie, de rationnement et de misère, que les jouisseurs capitalistes que nous sommes, consomment (je souligne) bien à l'abri."

"Pour moi, le symbole de cette musique réside surtout dans son propos. C'est une musique soviétique qui nous parle de solitude et de tragédie. Et elle est, plus qu'une autre, proche de ce que je ressens aujourd'hui."

Dmytro Udovychenko
Répondant à Pierre Solot (RTBF)

À Pierre Solot, qui l'interrogeait après sa prestation sur la RTBF, le violoniste ukrainien répondait ceci: "Pour moi, le symbole de cette musique réside surtout dans son propos. C'est une musique soviétique qui nous parle de solitude et de tragédie. Et elle est, plus qu'une autre, proche de ce que je ressens aujourd'hui".

Il n'empêche, ce ne fut pas le triomphe annoncé, pas plus qu'avec la prestation d'un autre favori du concours, l'Américain Joshua Brown, qui clôturait la finale et décrocherait le Deuxième prix. Autant Udovychenko prenait-il tous les risques, autant Brown n'en tente aucun, affichant dans le "Concerto en ré majeur" de Brahms une indéniable solidité et une lecture très claire de la partition, mais sans surprise et d'une sonorité égale du début à la fin.

"Ah, si l'art pouvait être un instrument de paix!", avait rêvé la Reine Elisabeth en offrant au monde un concours qui ferait triompher la beauté et l'harmonie. Pas sûr que ce soit pour cette fois.

Les trois premiers lauréats 2024: Elli Choi, Dmytro Udovychenko et Joshua Brown. ©BELGA
Palmarès de la session violon 2024

Dmytro Udovychenko - Premier prix. Prix de la Reine Mathilde (25.000€)

Joshua Brown - Deuxième prix. Prix du gouvernement fédéral belge (20.000€). Il reçoit également le Prix Musiq3 du public (2.500€)

Elli Choi - Troisième prix. Prix Comte de Launoit (17.000€)

Publicité

Kevin Zhu - Quatrième prix. Prix de la Communauté germanophone (12.500€)

Julian Rhee - Cinquième prix. Prix de la Région de Bruxelles-Capitale (10.000€)

Minami Yoshida - Sixième prix. Prix de la Ville de Bruxelles (8.000€)

Les lauréats non classés par ordre alphabétique sont: Hana Chang, SongHa Choi, Anna Im, Karen Su, Ruslan Talas, Dayoon You. Ils recevront chacun 4.000€ grâce au soutien de la Loterie Nationale.

Inscrivez-vous à la newsletter Culture de L'Echo

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire et retrouvez toute la culture que vous aimez à L'Echo: les rendez-vous incontournables dans tous les genres artistiques, racontés par 20 plumes enthousiastes et engagées, des entretiens avec de grands témoins qui éclairent notre époque.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.