Publicité
interview

Cœur de pirate: "La musique voyage plus rapidement que par le passé"

Cœur de pirate sort son 6e album. ©Caraz

Béatrice Martin, alias Cœur de pirate, sort, ce vendredi, "Impossible à aimer". Un album qui parle de déceptions sentimentales mais pas que.

C’est en Belgique que Cœur de pirate, de son vrai nom Béatrice Martin, a senti pour la première fois que son succès dépasserait les frontières du Québec. Elle se souvient particulièrement d’un concert aux Ardentes, en 2009, où pas moins de sept mille personnes l’avaient applaudie. Aujourd’hui, enceinte de son deuxième enfant, elle assure la promo de son sixième album studio où l’on retrouve son style imparable et sur lequel elle a tenté de nouvelles choses avec, entre autres, l’utilisation du vocoder.

Ces trois dernières années ont été très particulières pour vous. Comment les caractériseriez-vous?

Peu de gens sont au courant mais j’ai connu effectivement de nombreux événements après la dernière tournée. J’étais prête à travailler sur cet album, "Impossible à aimer", lorsque la pandémie s’est abattue sur le monde et que tout a été mis en suspens. Tout d’un coup, toute la profession s’est arrêtée. Cela n’a rien à voir, évidemment, avec ce que le personnel médical a pu vivre. Parce qu’il n’y a pas eu de concerts, je n’ai pas chanté durant de longs mois. Et lorsque je me suis remise à chanter, je me suis blessée. J’ai eu un polype hémorragique aux cordes vocales et j’ai subi une opération. Parallèlement à ça, j’ai pris la direction de mon label Bravo Musique.

Ce nouveau rôle de dirigeante d’un label s’inscrit dans la lignée de #MeToo et Time’s Up et des revendications des femmes du secteur de la musique.

Depuis toujours, la femme fait face au sexisme ordinaire quotidien tant dans le milieu du travail qu’en dehors. Même dans le traitement médiatique que j’ai eu, j’ai constaté ça. C’est pour cette raison que l’album s’appelle "Impossible à aimer". Parce que très longtemps, j’ai cru ça. Ce que les médias disaient de moi, c’était, par exemple, "après des années tumultueuses, Cœur de pirate retrouve l’amour". On ne dirait jamais ça d’un mec. C’est fascinant de constater comme cela fait partie de notre quotidien.

"On s'aimera toujours", Coeur de pirate

Jusqu’où allez-vous dans votre contrôle face aux médias?

Je n’en fais aucun. Je me méfie du clickbait contre lequel on ne peut faire grand-chose et qui est maintes fois dénoncé. Après, on peut utiliser les réseaux sociaux pour rectifier des propos qui ne font pas notre bonheur. Mais dans mon cas, cela arrive rarement.

Parmi les bonnes choses qui sont arrivées avant cet album, il y a eu un nouvel amour.

Oui, j’ai rencontré mon compagnon juste au début de la pandémie. Il n’a pas connu la Cœur de pirate qui se fait reconnaître dans la rue et rempli les salles de concert. Il n’a connu que Béatrice. Alors, bien sûr, cet amour m’a donné de la bonne énergie mais c’est aussi parce que j’étais bien dans ma peau avant même d’être avec cette personne-là.

"Je ne pourrais pas écrire de chansons si je n’avais pas le piano."

Le premier morceau de l’album s’intitule "Une chanson brisée". On pourrait littéralement la traduire en anglais par "Broken Song".

Au Québec, comme vous le savez, on utilise beaucoup d’anglicismes. Cette chanson n’est ni ma meilleure ni ma pire chanson mais elle est basée sur une anecdote qui m’est arrivée. Quelqu’un m’a dit un jour: "Si je te fais du mal, écriras-tu une chanson sur moi?" J’ai trouvé ça culotté. Et je l’ai fait pour donner le ton à l’album qui parle des gens qui m’ont déçue ou que j’ai déçus ou des choses que je n’ai pas réussies.

Dans le dernier titre, "Hélas", vous traitez de la peur de l’abandon.

Cette chanson parle de cette période, juste avant une nouvelle relation amoureuse, alors qu’on a été blessé toute sa vie. On se demande pourquoi une autre personne pourrait s’intéresser à nous. Mais il faut pouvoir admettre qu’on a des défauts. J’adore cette chanson parce qu’il n’y a que ma voix et le vocoder comme si j’étais seule avec mes pensées. Cette chanson est comme un mantra.

Le piano est le prolongement de vous-même. Il occupe toujours une place centrale dans vos albums.

Je ne pourrais pas écrire de chansons si je n’avais pas le piano. Il m’aide énormément. Après mon opération, je l’ai retrouvé d’une autre manière. J’ai suivi une formation classique que je trouvais par moments très contraignante mais j’en suis heureuse aujourd’hui.

"Le streaming aide beaucoup à populariser la musique au-delà de ses frontières d’origine."

Vous avez introduit de la dance sur ce disque. Pour retrouver le sens de la fête?

Je pense qu’après plus d’un an et demi de pandémie, les gens ont envie de fête. Je me suis surtout inspirée de la chanson française des années 60-70, de Joe Dassin, Polnareff et Dalida dont j’aimais les sonorités. J’ai réécouté aussi Earth Wind and Fire et beaucoup de disco.

Ces dernières années, vous avez réussi à développer votre carrière aux États-Unis, ce qui reste un exploit pour une artiste francophone.

Je sais que quel que soit l’endroit du monde où je joue, il y aura du public. Ce ne sont pas des salles de dix mille personnes mais c’est cool de savoir qu’il y a des gens pour m’écouter. Le streaming aide beaucoup à populariser la musique au-delà de ses frontières d’origine. La musique voyage plus rapidement que par le passé. Quand j’ai débuté, il me fallait un label dans chaque pays. Aujourd’hui, ce n’est plus nécessaire.

Plan à trois, Coeur de pirate

Pop

“Impossible à aimer”

Composé par Coeur de pirate

Interprété par Coeur de pirate

Label: Virgin Music

En concert le le 1er décembre au Théâtre Royal de Mons et le 7 décembre au Cirque Royal

Note de L'Echo:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés