Publicité

Chronique | Jon Hopkins - "Singularity"

©rv doc

Musique électronique | Domino records | Note: 4/5

Révélé au grand public en 2013 avec l’excellent "Immunity", Jon Hopkins s’est rapidement hissé au sommet de la hiérarchie des producteurs électro à suivre. "Singularity" est sensiblement de la même trempe que son prédécesseur. On y retrouve ces mêmes sonorités éthérées qui confèrent une dimension aérienne, voire mystique à l’album. Il y a également ces percussions qui claquent et s’asynchronisent à mesure qu’augmente l’intensité du morceau.

Jon Hopkins - "Emerald Rush"

Car il est là, le cœur de la musique de Jon Hopkins. Dans l’incandescence, la tension, la montée. Jusqu’à atteindre l’étourdissement, comme "Everything connected", morceau de dix minutes qui oscille entre l’épique et l’intime sans jamais se délier. Il y a aussi des moments de repos, où l’intimité du piano vient panser les brulures de la fougue électronique des précédents titres ("Feel first life", "Recovery"). Une subtile manière de tourmenter l’auditeur.

Le 24/10 à l’Ancienne Belgique.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.