Clara et les chics filles aux Solidarités

Clara Luciani part favorite aux prochaines Victoires de la Musique. ©Hans Lucas

Dernier grand festival de l’été, les Solidarités, à Namur, accueilleront le mythique Julien Clerc mais aussi, et surtout, des filles/femmes pleines de talent. À ne pas louper, les 25 et 26 août.

Les Solidarités n’est pas un festival exclusivement féminin, loin s’en faut, mais les dix artistes qui suivent prouvent, chacune dans leur style, que les filles ont de la suite dans les idées. Et qu’elles l’assument pleinement. Alors, de la pop à la soul en passant par le calypso, il y en a pour toutes les oreilles, ici.

Clara Luciani, la grenade

Clara Luciani part favorite aux prochaines Victoires de la Musique. ©Hans Lucas

Il se dit, dans les coulisses, que 2018 est son année. On verrait bien l’interprète de "La Grenade" nominée parmi les plus grand(e) s aux prochaines Victoires de la Musique. Lors du BSF, un rendez-vous qu’elle n’a pas voulu manquer, Clara Luciani a fort joliment rejoint la scène de Raphael pour deux chansons en duo. Raphael appartient à ceux qui avaient flairé le talent de cette Marseillaise avant tout le monde.

Elle jouera le dimanche 26 à La Grange, à 21h00.

Clara Luciani - La Grenade

Charlotte, la passion amoureuse

©doc

Namuroise de naissance, Charlotte est née dans une famille de musiciens. Elle n’est rien d’autre que la fille d’Alec Mansion et de Muriel Dacq. À vingt-quatre ans, elle a déjà fait parler d’elle pour quelques singles – "Pars", "Ta peau" – qui flirtent avec l’électro et la pop. Elle appartient à la relève de la pop belge au même titre qu’Angèle. Son premier album sortira prochainement chez Sony Music.

Elle chantera le samedi 25, au Théâtre de Verdure, à 13h00.

Calypso Rose, so calypso

©BELGAIMAGE

La preuve qu’on peut encore déchaîner les foules à près de quatre-vingts ans. Calypso Rose, la reine autoproclamée du calypso, nous vient de Trinidad et Tobago. Découverte par Manu Chao, Calypso Rose a rafraîchi l’idée que l’on se faisait de la musique des Caraïbes. Sur son dernier album, "So Calypso", elle reprend des airs connus et moins connus du répertoire r’n’b, soul, reggae. Et y ajoute quelques compositions persos.

Elle sera sur l’Esplanade le dimanche 26, à 16h00.

HollySiz, la soul et l’énergie

©BELGAIMAGE

La petite sœur de Vincent Cassel et du rappeur Rockin’Squat a composé "Rather Than Talking", son dernier album entre New York et Cuba. Elle a vraiment une voix pour faire de la soul et l’énergie d’une authentique popstar. Sa présence aux Solidarités est la seule en territoire belge que HollySiz s’est octroyée cet été.

Elle sera sur la scène du Maquis le dimanche 26, à 21h00.

Hoshi, l’étoile

©Marlyse Press Photo/Yann Bohac

Gaëtan Roussel a flashé sur le talent de cette jeune Versaillaise de vingt et un ans. Elle a choisi de se faire connaître sous un pseudo japonais, Hoshi, qui signifie "étoile". Amoureuse de la culture japonaise, cette auteure-compositrice est sensiblement influencée par la chanson française des plus grands (Brel, Gainsbourg), mais sa voix rauque rappelle un peu Zaz.

Elle chantera le samedi 25, sur l’Esplanade, à 14h00.

Hyphen Hyphen, féministe

©Manu Fauque

Délibérément mené par la blonde Santa, le groupe Hyphen Hyphen est devenu l’un des plus importants de la scène électro-pop française en deux ans à peine. À vingt-cinq ans chacun, les trois Niçois (le seul garçon d’Hyphen Hyphen s’appelle Adam, cela ne s’invente pas) se disent inspirés par le mouvement #metoo. "H H", leur dernier album paru au printemps, est à la fois puissant et féministe.

Ils seront sur l’Esplanade le samedi 25, à 22h15.

Juliette Armanet, ciselée

©BELGAIMAGE

En moins d’un an, le parcours de Juliette Armanet a été tout simplement extraordinaire. "Petite Amie", son premier album, a été certifié disque de platine en juillet dernier. On a pu voir Juliette sur plusieurs festivals – notamment aux Nuits Botanique – et sa personnalité riche et fantasque aussi bien que ses chansons parfaitement ciselées en font l’indéniable queen de la chanson française actuelle.

Elle sera le dimanche 26 sur l’Esplanade, à 20h00.

Noa, l’art du dialogue

©BELGAIMAGE

La chanteuse israélienne la plus connue au monde – depuis la disparition d’Ofra Haza – prouve jusque sur scène qu’elle est partisane du dialogue avec les Arabes. En effet, Noa a choisi de se produire avec Mira Awad, une artiste arabo-israélienne.

Elles seront le samedi 25, au Théâtre de Verdure, à 17h00.

 

Noa Moon, chef de bande

©BorisGörtz

Tous les reflets de l’azurite se retrouvent dans ses nouvelles chansons. Noa Moon (aka Manon) est bien l’artiste belge qui ne se repose jamais sur ses lauriers et doute toujours. On aime son talent de chef de bande à l’écoute et sa simplicité. Les derniers DMA l’ont récompensée du titre d’artiste féminine de l’année.

Elle sera le dimanche 26 sur la scène du Maquis, à 15h00.

Nomi Nomi, l’enfance de l’art

©doc

La jeune Parisienne Nomi Nomi s’est taillée une place dans la chanson pour (très jeunes) enfants avec ses mélodies joyeuses et ses textes amusants mais pas gnan-gnan.

Elle sera le samedi 25 sur la scène du Parf, à 15h00.

 

Typh Barrow, la Belge qui monte

©François Leboutte

L’un des plus jolis succès belges de l’année. "Raw", le premier album de la Bruxelloise, a caracolé dans les charts et l’artiste accumule les dates de concerts. Car c’est sur scène qu’elle donne la pleine mesure de son talent que d’aucuns comparent à celui d’Adele… Mais Typh Barrow n’est pas encore parvenue à réellement s’exporter. Elle sera le dimanche 26 au Maquis, à 19h00.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content