Dans Mozart, il y a ART. Et MOney…

Le Festival de Salzbourg fête ses 100 ans cette année. ©SF/Luigi Caputo

Le Festival de Salzbourg aura bien lieu en ce mois d’août.

Pandémie ou pas, le Festival de Salzbourg aura bien lieu en ce mois d’août, qui verra son centenaire. C’est en effet en 1920 que Reinhardt et von Hofmannsthal fondaient dans la ville natale de Mozart ce qui allait devenir l’un des plus prestigieux rendez-vous de musique et de théâtre. Un pari audacieux – et dangereux? – à l’heure où tous les grands festivals ont été annulés en Europe. L’Autriche a beau afficher un bon score face au Covid-19, la déferlante de contaminations partie de la station de ski d’Ischgl a rappelé la fragilité des certitudes.

80.000
Festivaliers
Malgré la crise, 80.000 festivaliers sont attendus au Festival de Salzbourg cette année.

Bien sûr, le festival a réduit la voilure: programme réduit à un mois, 110 représentations au lieu de 229, seulement 2 opéras (et non 10), dont l’«Elektra» de Strauss par Warlikowski, qui exige peu d’artistes, et le «Cosi» de Mozart dans une version scénique light, avec de brèves répétitions. Côté public, il n’y aura que (!) 80.000 festivaliers (or 180.000 places ont déjà été vendues pour une valeur de 24,5 millions d’euros…).

Quant aux mesures anti-Covid, ce sera la batterie standard: circulation balisée, traçage des billets, port du masque. Et bien sûr distanciation, même si la version made in Austria n’a fixé qu’à un mètre l’étalon de la sécurité interpersonnelle. Pas tout à fait un hasard. Avec l’accord du ministre de la Santé, et sous l’impulsion de la nouvelle secrétaire d’État à la Culture, l’Autriche a décidé d’alléger les mesures sanitaires notamment pour relancer son volet culturel. Un mètre, cela permet de remplir les salles en damier, soit presque une place sur deux.

2.456
euros
En temps normal, le festival, c’est plus de 200.000 visiteurs qui dépensent en moyenne 2.456 euros hors billetterie.

Selon le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung, le poids de Salzbourg n’aurait pas été étranger à ce «relâchement». En temps normal, le festival, c’est plus de 200.000 visiteurs qui dépensent en moyenne 2.456 euros hors billetterie. Chiffres 2016 de la chambre de commerce. Voilà qui est clair.

À vrai dire, on ne sait trop s’il faut se réjouir de ce cavalier seul ou au contraire s’inquiéter d’un rendez-vous où l’on va marcher sur des œufs. Et parfois sans doute aussi sur les pieds dans les ruelles de la vielle ville. D’habitude, le festival draine un public venu de plus de 70 pays. Si seules 31 nationalités peuvent aujourd’hui entrer en Autriche, cela fera quand même du monde qui (re)repassera les frontières. Cela dit, rappelons-nous qu’un critique un peu acide compara un jour les festivaliers de Salzbourg à une communauté de dévots. Alors, miracle en vue? À celui-là, on a envie de croire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés