Cactus Festival: du rock sur un lac d'amour

©Hollandse Hoogte / Alex Vanhee

Le Cactus Festival se déroule du 13 au 15 juillet, au Minnewaterpark à Bruges. Une belle affiche et un beau cadre. Que demander de plus?

>du 13 au 15/7: www.cactusfestival.be

On est loin des débuts, quand le Cactus ne se consacrait qu’au blues, au rock et à la world. Cette 34e édition, qui débute en fin d’après-midi, propose une affiche toujours variée. À même de plaire au grand public comme aux amateurs un peu exigeants.

Cactusfestival 2018 - Teaser

Charlotte Gainsbourg et le Belge Témé Tan y représentent la francophonie, les Lierrois de Triggerfinger attendent les rockeurs, les Anglais de Slowdive confirment, s’il le fallait encore, que dans le genre shoegaze, leur come-back est décidément réussi (le groupe s’était retiré en 1995, avant de revenir il y a quatre ans et de sortir, en 2017, un quatrième album réussi). À ne pas manquer non plus: l’Anglais Sampha et son "(No one knows me) Like the piano" qui filerait même des frissons à un sourd. Ni les Canadiens de Suuns, pour un nouveau trip dans les méandres psychédéliques du rock et des textures électroniques.

Bucolique

Coupe du monde oblige: un coin du site, accessible à près de 1.500 personnes, accueille un écran sur lequel sera retransmise, ce samedi, la petite finale entre les Three Lions et les Diables Rouges.

Les organisateurs signalent également le retour du Skybar avec sa carte de vins et de la piscine. Une destination valable, donc, en ce week-end où la concurrence s’appelle Dour, Werchter Classic (Kraftwerk, The National,…) et Gentse Feesten.

Une destination valable, en ce week-end où la concurrence s’appelle Dour, Werchter Classic et Gentse Feesten.

L’image et la réussite d’un festival dépendent parfois de son emplacement. Voyez comment Dour s’est installé (avant de déménager cette année) au pied du terril de la plaine de la Machine à Feu. Ou comment on s’aère aux Ardentes, organisées en bord de Meuse. À l’étranger, certaines manifestations convient le public sur des sites totalement dingues, tel Portmeiron, le village du "Prisonnier", à l’occasion du Festival N°6.

Même topo au Cactus, dérivé d’un lieu culturel né en 1972 et porté alors par l’esprit de Mai 68, resté à taille humaine (8.000 à 9.000 personnes par jour, une scène principale et une petite scène annexe pour des prestations acoustiques).

Le Minnewaterpark, au sud du cœur historique de la ville, est agencé à proximité d’un petit lac. Selon la légende (merci l’office du tourisme), son nom renvoie à une tragique histoire d’amour et il suffit à un couple de faire un vœu sur le pont qui enjambe l’eau pour connaître l’amour éternel. Faire de la musique dans le coin tombait sous le sens: après tout, n’adoucit-elle pas les mœurs?

Le cactus, né en 1972 dans l'esprit de mai 68, reste un lieu à taille humaine. ©Hollandse Hoogte / Alex Vanhee


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content