Eddy de Pretto: "On baise ensemble avec la Belgique"

Eddy de Pretto ©Melchior Tersen

Il n’en finit pas de rajouter des dates à sa tournée entamée l’an dernier. Et il a établi un rapport "hot" avec la Belgique... Confession, à une semaine de son concert au Palais 12.

ALBUM

Eddy de Pretto, "Culte"

Note: 4/5

Universal Music

En concert le 9/3/19 au Palais 12 (Bruxelles)

En un an, Eddy de Pretto (site officiel) a gagné ses lauriers dans la chanson française. Et il n’a pas pris le temps de se reposer dessus… "Les moments clés, selon moi? Fin 2017, la sortie du premier E.P., début 2018, sortie de l’album ‘Cure’… Mon passage dans ‘Quotidien’ a permis de lancer l’E.P., les Victoires de la Musique 2018 ont donné de l’écho à l’album et, après, je dirais que les Solidays ont été grandioses et ont marqué mon début de carrière. Là, je me suis dit que je pouvais aller très loin." Ajoutons que, fin 2018, Eddy a apporté le reboot de "Cure" avec l’album "Culte", reprenant les morceaux du premier album et y incorporant des chansons inédites. "Culte", un titre choisi avec un zeste d’ironie car le garçon de vingt-cinq ans ne se prend pas à ce point au sérieux qu’il puisse déjà se croire… artiste-culte.

Eddy de Pretto - Grave (Clip Officiel)

"J’aime tout ce qui dérange"

La première fois que j’ai annoncé mon homosexualité à l’une de mes meilleures amies, j’avais l’impression que c’était un délit. J’étais en pleurs, je me sentais mal. Je sortais d’une zone de confort où tout le monde était assez rassuré.
Eddy de Pretto
Chanteur
Eddy de Pretto ©Melchior Tersen
Mon style est direct, il va droit au but. Je ne m’autocensure pas. Et ne prend pas la jauge de l’opinion publique. Je crois que ce qui est fort dans ces moments que nous vivons, c’est qu’il y a un panel d’artistes qui proposent des choses totales.
Eddy de Pretto
Chanteur

Parmi ses nouveaux titres, on a tilté sur "Grave", non pas pour sa concision mais pour ses paroles éminemment cash. "Pour écrire ce morceau, je suis allé piocher dans quelque chose que je ressentais plus jeune. La première fois que j’ai annoncé mon homosexualité à l’une de mes meilleures amies, j’avais l’impression que c’était un délit. J’étais en pleurs, je me sentais mal. Je sortais d’une zone de confort où tout le monde était assez rassuré. J’avais l’impression d’enfreindre quelque chose et de désordonner un mode de vie. Je suis plutôt quelqu’un qui aime jouer de la conformité et, là, je sortais des codes parce qu’autour de moi, il n’y avait aucune personne homosexuelle. Et je me suis rendu compte que dans ce genre de moments, personne ne te dit: ‘Hé, c’est pas grave! On s’en fout complètement de ta sexualité’. Mes amis ont très bien réagi. Mais par rapport à mes parents ou aux gens plus adultes, dans mon environnement, les gens prenaient cette révélation intime avec trop de sérieux. Comme si cela leur enlevait quelque chose."

L’homophobie qui apparaît avec beaucoup de violence pas seulement sur les réseaux sociaux, Eddy n’y est forcément pas insensible. "J’ai l’impression que plus on a une liberté de parole et d’expression, plus il y a de gens qui cherchent à la restreindre ou à la brimer. Peut-être que la liberté des mœurs va trop loin pour eux et, du coup, il y a des relents de haine et de violence. Et une volonté de rassurer la morale générale. À l’époque des manifestations contre le mariage pour tous, on entendait certains demander: 'Et puis quoi après? Autorisera-t-on le mariage avec des animaux?’"
  On évoque ensemble le torrent d’injures qu’a dû essuyer Bilal Hassani, le candidat de la France à l’Eurovision de la Chanson, qui est ouvertement gay. "Je pense qu’il est indispensable d’avoir des artistes qui mettent en lumière les différences, l’exubérance et la folie. Cela permet de pousser un peu plus loin les retardataires, ceux qui refusent de réfléchir plus loin que leur périmètre. Et on peut en penser ce que l’on veut de Bilal, se demander s’il y a de la forme ou du fond, mais, en tout cas, il suscite la discussion. Moi, j’aime tout ce qui dérange. J’aime que cela pousse dans les retranchements. Quand la liberté de l’un énerve l’autre, cela fait réfléchir. Pour moi, ce qu’il y a de plus intéressant, là, c’est de créer de fortes émotions."

Eddy a, lui aussi, choisi de faire naître de fortes émotions dans son album qu’il qualifie d’engagé. Très engagé même. "Mon style est direct, il va droit au but. Je ne m’autocensure pas. Et ne prend pas la jauge de l’opinion publique. Je crois que ce qui est fort dans ces moments que nous vivons, c’est qu’il y a un panel d’artistes qui proposent des choses totales." Il pense à Chris alias Christine and The Queens alias Héloïse Letissier (relire son entretien du 14/9/18 dans L'Echo). "Elle propose un album totalement assumé. Si son dernier album a été plus apprécié en Angleterre qu’en France, c’est parce qu’il est moins consensuel que le premier. Donc, cela fait un peu peur. Mais je trouve génial qu’elle puisse être ce qu’elle a envie d’être. Et que de manière plus sweetie qu’Angèle puisse être comme elle le désire."

"Moi et les Belges"

Eddy a déjà su créer un lien avec la Belgique "Ce qui se passe entre moi et les Belges, c’est ce que j’ai le plus ressenti dans le monde francophone. Je parle en termes d’évolution. Avec la France, il y a eu un avant et un après. Quelque chose d’explosif. Par contre, en Belgique, cela a évolué en douceur. Avec même un peu de timidité. Et puis, il y a eu le Botanique, Namur et l’Ancienne Belgique où ça a été le feu! On ne se demande plus si on va baiser ensemble. On baise ensemble avec la Belgique."
Comme c’était "hot" avec la France et la Belgique, il était inévitable que ce garçon soit nominé aux dernières Victoires de la Musique, non plus dans la catégorie révélation, mais dans celle du meilleur artiste masculin de l’année. Une catégorie où, on le sait depuis, c’est le tandem Bigflo et Oli qui l’a emporté et où le pape de la french pop figurait également. Étienne Daho représente quelque chose d’important dans le parcours d’Eddy de Pretto. "Il a amené des choix assumés, non consensuels. Daho représente une époque. Et c’est quelqu’un de très gentil et de très doux."

Son chat a un compte Insta

Eddy avoue qu’une carrière telle que celle-là le fait rêver. "Je la trouve classe. Il a toujours été pointu. Mais j’adore aussi la carrière de Stromae. Et je suis sûr qu’il va revenir." Comme on en est là à évoquer Stromae – en phase d’éclipse depuis un moment –, on en vient inévitablement à aborder la question de l’épuisement dans une vie d’artiste surexposé. "Ce sont les autres qui poussent", confie-t-il. On note néanmoins qu’il est fort présent sur les réseaux sociaux – surtout Instagram et ses stories – et même son chat Billy possède son propre compte insta! "Ce sont des fans qui l’ont créé. Instagram satisfait mon ego. Cela me rassure d’avoir des gens qui me suivent. Et qu’ils puissent être créatifs. Il y a même un concours de dessins qui a suscité un grand enthousiasme. Et puis, il existe aussi des comptes de fans comme la Pretto Family qui ressemble à une communauté. Cela caresse, ça cajole."

J’ai l’impression que plus on a une liberté de parole et d’expression, plus il y a de gens qui cherchent à la restreindre ou à la brimer.
Eddy de Pretto
Chanteur

"L’accessibilité est totale. Je pense que c’est bien et, en même temps, je n’ai rien connu d’autre." "C’est exactement la question que je me pose. Il y a la crainte que si on ne partage plus la tasse de café ou tout ce que l’on fait à chaque minute, on meurt publiquement. C’est un stress et un test. Le test pour savoir s’ils sont toujours là. J’adorerais l’idée de m’en défaire. Parfois, je fais des zones à blanc et je ne poste rien. J’essaie de dissocier ma vie privée et ma vie publique afin de me protéger. Tout ce qui est professionnel, je le mets sur mon Insta mais quand je mange un hachis parmentier avec ma colocataire, j’évite de poster la photo. Mon chat, je l’ai un peu mis en scène mais pas trop mes amis."

En concert le 9/3/19 au Palais 12 (Bruxelles)

Eddy de Pretto - Random (Clip Officiel)
Dans sa jeune carrière, . On le reverra, d’ailleurs, le 9 mars prochain au Palais 12. Le rapport des artistes avec leurs fans est, via les réseaux sociaux, devenu plus direct et instantané. Aujourd’hui, l’omniprésence des artistes dans les médias et sur les réseaux sociaux est-elle obligatoire pour rencontrer le succès? La question "qu’est-ce qu’on fait après la sociocratie?" reste en suspens, jusqu’à l’avènement d’une nouvelle ère.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect