Giovanni Antonini dynamite les 107 symphonies de Haydn

Giovanni Antonini. (c) Francesco Ferla

Et de huit… Nouveau jalon marquant dans la passionnante intégrale des symphonies de Haydn, que bâtit peu à peu le chef italien Giovanni Antonini. Décryptage en compagnie de ce maestro furioso. Interview.

L'album

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

«Haydn 2032, vol.8 – La Roxalana»

Antonini/Il Giardino Armonico

Alpha Classics

À paraître encore cette année chez Alpha Classics: «L’Addio», le volume 9 de l’intégrale Haydn 2032 (avec Sandrine Piau), «La Création» de Haydn avec Il Giardino Armonico, un florilège de «Concerti per Flauto» et un Vivaldi avec Patricia Kopatchinskaja.

 


Crinière argentée, verve intarissable, agenda surchargé – 5 nouveaux disques cette année! –, Giovanni Antonini est l’un des chefs baroques les plus doués de sa génération. "Mais pas que", comme on dit désormais. Car il connaît aussi ses classiques, ce bouillant Milanais.

«Haydn 2032, vol.8 – La Roxalana». (c) Alpha Outhere

L’intégrale des 107 symphonies de Haydn qu’il est en train de graver s’impose de plus en plus comme la référence, bousculant celles de ses prédécesseurs Dorati ou Fisher. Certes, avec ce 8e volume, on n’en est qu’à un bon quart du parcours, lequel ne s’achèvera qu’en 2032, pour le 300e anniversaire de la naissance de Haydn. Mais le souffle nouveau de cette lecture magistrale, saluée depuis ses débuts par la critique, interpelle.

Que ce soit à la tête d’Il Giardino Armonico, qu’il dirige depuis 30 ans, ou du Kammerorchester Basel également associé au projet, le "son Antonini" redonne à Haydn une jeunesse à la mesure d’un talent souvent occulté par la vénération mozartienne.

"Lorsque Haydn était au service du Prince Esterházy, loin de Vienne, il s’est livré à beaucoup d’expérimentations. Je veux retrouver son esprit explorateur et toute sa théâtralité."
Giovanni Antonini
Chef et flûtiste

Justice enfin? Le père de la symphonie aura rarement été aussi bien servi que par ce maestro adepte des "furioso" dynamitant les allegro, mais tellement "sottilo" (subtil) dans les mouvements lents. Il est vrai que le fougueux chef (et flûtiste) avait déjà réinventé Vivaldi – notamment avec Cécilia Bartoli – en décuplant la richesse harmonique et la variété des timbres du prêtre roux. Un traitement de choc, et de fond, qui réussit particulièrement bien à Haydn.

Comment construisez-vous votre intégrale?

Surtout pas chronologiquement. La musique de Haydn est un kaléidoscope des émotions humaines. Chaque disque propose un thème – "La passione", "Il filosofo"… – et j’associe les symphonies avec des œuvres de la même veine émotionnelle. Ce volume 8, "La Roxalana", souligne l’orientalisme de cette symphonie, mais aussi sa dimension folk. J’ai donc ajouté les danses roumaines de Bartok ainsi qu’une sonate anonyme du dix-septième. Ces trois univers si différents sont unis par un lien artistique traversant les siècles.

Haydn 2032 // Volume 8: 'La Roxolana' by Il Giardino Armonico & Giovanni Antonini

L’avenir de la musique baroque passe-t-il par ce type de relecture?

Les Leonhard, Harnoncourt et autres Brüggen ont été essentiels. Mais on ne saura jamais comment on jouait à l’époque de Vivaldi ou de Bach. Et s’il faut continuer à se documenter, nous devons jouer aujourd’hui pour des oreilles qui connaissent désormais "Le Sacre" de Stravinsky et la musique rock!

D’où la modernité inattendue de vos Haydn?

Nous avons digéré le passé. Notre bagage musical est au service d’une interprétation actuelle. Nous allons sortir cet été un disque Vivaldi avec la violoniste moldave Patricia Kopatchinskaja, qui veut aussi faire bouger les frontières. Elle y interprète du Vivaldi ultra-virtuose, mais aussi de courtes pièces contemporaines commandées pour ce programme. L’histoire de la musique a quelque chose de circulaire. Si les époques changent, il y a davantage d’aller-retour qu’on le pense. Notre disque "La Morte della Raggionne" (Diapason d’or 2019, NDLR) proposait des pièces des XVIe et XVIIe siècles en rapport avec la folie. En travaillant l’improvisation, comme à l’époque, nous avons découvert des éléments communs avec le jazz, surtout sur le plan rythmique.    

"Ce volume 8, «La Roxalana», souligne l’orientalisme de cette symphonie, mais aussi sa dimension folk. J’ai donc ajouté les danses roumaines de Bartok ainsi qu’une sonate anonyme du dix-septième."
Giovanni Antonini
Chef et flûtiste

On dit que vous n’aimez guère le surnom de "Papa Haydn", qu’aurait donné Mozart…

Je le déteste car, désormais, on parle de "bon-papa Haydn" pour sous-entendre que Mozart était le plus grand. Or la musique de Haydn est souvent plus subtile que celle de Mozart, car elle s’adresse au public aristocratique du XVIIIe siècle, qui connaissait les codes musicaux. En tant que musicien, je dois donner les clés qui ouvrent les portes de cet univers incroyable.

L'nterview de Giovanni Antonini

Quelles sont vos clés?

Rhétorique d’abord, par l’analyse du discours et des éléments techniques, comme l’articulation. Il ne faut pas utiliser les instruments seulement pour chanter, mais aussi pour parler. Une autre clé est la dynamique, avec un travail en profondeur sur les couleurs. Haydn peut sembler ennuyeux si on le joue mal. Mais lorsqu’il était au service du Prince Esterházy, loin de Vienne, il s’est livré à beaucoup d’expérimentations. Je veux retrouver son esprit explorateur et toute sa théâtralité.

"Il ne faut pas utiliser les instruments seulement pour chanter, mais aussi pour parler. Une autre clé est la dynamique, avec un travail en profondeur sur les couleurs."
Giovanni Antonini
Chef et flûtiste

Il y a un mot qui vous est cher, c’est "sprezzatura"…

…qui veut dire "nonchalance". J’aime ce concept de la Renaissance, qui refusait tout artifice pour donner le sentiment que l’on jouait naturellement les choses les plus complexes.

Où puisez-vous votre énergie?

Dans la musique! Je peux être très fatigué, mais jamais détruit. Le simple fait de parler avec vous de cette musique que j’aime tant, me donne de l’énergie. Sans doute parce que, pour moi, jouer de la musique, ce n’est pas visiter un musée, mais assumer ma propre créativité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés