chronique

Hugh Coltman se produit en ouverture du Tournai Jazz festival

Belle affiche au Tournai Jazz Festival avec une ouverture aux personnages européennes. Parmi celles-ci High Coltman.

©BELGAIMAGE

Le jazz est partout? On a envie de le dire, tant les festivals se multiplient, à Bruxelles comme en Wallonie. Difficile, dès lors, pour l’amateur comme le passionné de ne pas y trouver son bonheur. Les événements s’enchaînent – parfois même s’entremêlent… – défendant chacun son originalité propre. Le Tournai Jazz festival qui s’ouvre ce jeudi s’approprie, quant à lui, une affiche des plus éclectiques, dans laquelle le jazz se fond dans les autres genres musicaux tels que la soul, par exemple. Une manière comme une autre d’attirer un public plus large.

Si Barbara Hendricks avait marqué l’édition 2015, ce nouveau festival est davantage ouvert aux personnalités européennes. Parmi celles-ci, Hugh Coltman (photo), qui se produira en ouverture ce jeudi 25. Rare dans les festivals francophones belges, Hugh Coltman est le symbole de la diversité qui anime cette 5e édition: il a touché au rock blues, à la pop et s’ouvre maintenant au jazz. Né à Londres en 1971, le chanteur se fait avant tout connaître dans les années 90 grâce à The Hoax. Pendant près de 10 ans, le groupe va enchaîner les concerts et les disques. La dissolution du groupe conduit Coltman à Paris où il entame une carrière solo, couronnée par un premier album, résolument pop, paru en 2008: "Stories From the Safe House".

À Tournai, le public aura l’occasion de découvrir une nouvelle facette de l’artiste: sa première plongée dans l’univers du jazz. Et pour un début, l’artiste anglais s’offre une belle opportunité en reprenant les chansons de Nat King Cole, dont on a célébré, en 2015, les 50 ans de la disparition. L’album, sobrement intitulé "Shadows – Songs of Nat King Cole" (Sony Music) est un voyage dans l’œuvre du crooner américain.
On y retrouve dès lors, des grands titres comme "Nature Boy", "Mona Lisa", mais aussi quelques morceaux moins connus par le public, comme "Shadows". Un concert d’ouverture prometteur donc, qui laisse entrevoir un festival de qualité qui accueillera notamment les incontournables Dani Klein de Vaya con Dios avec Sal La Rocca, contrebassiste jazz qui avait rejoint le groupe il y a une dizaine d’années.

Le Tournai Jazz festival, 25-26-27 février, Maison de la culture de Tournai, www.tournaijazz.be.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés