Il n'y a que des Écossais pour marier folk et le classique Haydn

Le Quatuor Maxwell.

Le quatuor Maxwell s'est souvenu que Joseph Haydn s’est intéressé de très près à la musique folklorique lors de son séjour en Angleterre. Dont acte!

Avec leur gros pull de laine et leur bonne bouille d’Écossais barbus, ils n’ont pas vraiment le look d’un quatuor conventionnel. Pas radins non plus ces Scottish. Ils gavent leur CD de 81 minutes (!) de bonne humeur en couplant des danses folk de leur cru insulaire avec les trois quatuors de l’op.74 de Haydn. Lequel, rappelons-le, s’intéressa de très près à la musique folklorique lors de son séjour en Angleterre.

Couplage habile, cette rencontre entre l’un des pères du quatuor et la musique populaire from Scotland dévoile une troublante et passionnante proximité, déjà célébrée dans leur premier CD (avec l’opus 71). Quels sacrés musiciens en tout cas que ces quatre-là, réunis depuis 2014 au sein du quatuor Maxwell, dont il est urgent de retenir le nom.

Leur Haydn est d’une fraîcheur éclatante, servie par un discours d’une parfaite limpidité. Quant au volet folk, célébré avec les gènes locaux, ces arrangements de musique populaire livrée aux couleurs du quatuor à cordes prouvent qu’avec de tels interprètes, les frontières en musique n’ont aucun sens. Quelle leçon enthousiasmante.

CD classique

«Haydn string quartet op.74 & Folk from Scotland»
Maxwell Quartet

Note de L'Echo: 5/5

'The Burning of the Piper’s Hut – The Marquis of Huntly – Miss Gordon of Gight' // Maxwell Quartet

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés