Jonathan Fournel selon Philippe Cassard

Jonathan Fournel à Flagey, habité lors des premières épreuves du Concours Reine Elisabeth 2021. ©Queen Elisabeth Competition - Derek Prager

Il est le premier à en avoir parlé dans son émission de France Musique. Quatre ans plus tard, le pianiste Philippe Cassard revient sur la victoire de Jonathan Fournel au Concours Reine Élisabeth: "Un candidat anti-concours par excellence!"

"Poésie, intelligence, intensité: un beau jeu, naturel, franc comme l'or, des arabesques sculptées et jamais précipitées, du chant, du rêve... Jonathan Fournel, c'est la classe, l'anti-concours par excellence!" Philippe Cassard, fameux pianiste français et producteur bien connu de France Musique, n'a pas attendu l'issue du Concours Reine Élisabeth de piano pour tresser des éloges à son Premier lauréat.

Sa saillie date du 1er juillet 2017 et de l'un des "Portraits de famille" que Cassard consacrait, sur France Musique, à la relève du piano français, épinglant tout à la fois Alexandre Kantorow, qui sera premier prix du Concours Tchaïkovski en 2019, et Jonathan Fournel, qui allait remporter le Reine Élisabeth, deux ans plus tard.

"Poésie, intelligence, intensité: un beau jeu, naturel, franc comme l'or, des arabesques sculptées et jamais précipitées, du chant, du rêve... Jonathan Fournel, c'est la classe, l'anti-concours par excellence!"
Philippe Cassard
Pianiste et homme de radio

"Avec le jury qu'il y avait cette année, je me suis dit qu'il avait toutes ses chances s'il ne loupait pas ses concertos", dit-il aujourd'hui. "Nelson Goerner, Jean-Philippe Collard, Momo Kodama, François-Frédéric Guy... Des gens comme ça ne supportent pas les bûcherons, les pianistes formatés qui jouent toujours la même chose et font dix concours par an. Quand vous êtes juré, vous êtes laminé par des gens comme ça, mais avec des artistes de la trempe de Jonathan, vous relevez soudain le nez quand ils posent leurs mains sur le clavier... et, ici, dès les premières notes de ses 'Variations et fugue sur un thème de Haendel', l'exposition et le mouvement lent de son concerto de Mozart, les arpèges introductifs de son '2e Concerto' de Brahms, la première phrase de son mouvement lent... J'en ai la chair de poule!"

Avec Fournel, on a affaire à un véritable artiste-interprète, explique Philippe Cassard, plus intéressé par ce que son piano a à dire que de faire le beau auprès des agents et des maisons de disques. "Ce concours a montré qu'on pouvait récompenser des artistes en dehors du business et de ce système absolument insupportable qui fait que certains candidats se sont fait éliminer avant les finales, car ils avaient mis la charrue avant les bœufs. Avant même de commencer, ils avaient agents et maison de disques. Fournel, pas du tout."

De Ravel à Fournel

"C'est l'après-concours qui est important et Fournel est prêt", n'en affirme pas moins Philippe Cassard. Prêt nerveusement à affronter l'avalanche de concerts qui va s'abattre sur lui, prêt à dégainer une vingtaine de concertos pour répondre aux sollicitations des programmateurs, prêt à affirmer une voix singulière et un son personnel, une "signature d'artiste".

Le pianiste et homme de radio Philippe Cassard. ©Radio France / Christophe ABRAMOWITZ

Et d'épingler les professeurs qui se sont penchés sur son berceau, de Louis Lortie, le dernier en date, qui le forme depuis 5 ans à la Chapelle musicale Reine Élisabeth, à Claire Désert, de Michel Dalberto à Gisèle Magnan. Les deux derniers sont eux-mêmes élèves de Vlado Perlemuter, lui-même formé par Ravel, le grand maître des couleurs et des textures orchestrales.

Voilà pour la filiation. Mais ne dites pas à Cassard que Fournel est un pur produit de l'"École française": "Ce terme n'est rattaché qu'à une personne, Marguerite Long, le mythe poussiéreux d'une façon d'articuler – les 'petits marteaux' – et surtout d'assécher l'expression du sentiment." Lui préfère parler d'"esprit français", fécondé par les formations à l'étranger auxquelles se soumettent la plupart des jeunes talents français. Leur nombre a explosé, relève-t-il, avec la réforme des conservatoires qui font jouer régulièrement leurs élèves, les soutiennent après leur cursus et leur donnent accès à une grande diversité d'enseignements.

"Fournel connaît tous les cycles voix-piano et quantité de pages d'orchestre et d'opéra. Cela infuse dans les oreilles et ensuite dans l'imaginaire. Et cela s'entend immédiatement dans un jeu!"
Philippe Cassard
Pianiste et homme de radio

Cassard épingle la musique de chambre et la fameuse classe d'accompagnement de Jean-Frédéric Neuburger, au Conservatoire de Paris, qui essaime des chefs de chant dans tous les opéras du monde. "Fournel y a obtenu un premier prix, c'est dire le niveau de son travail", conclut l'aîné. "Il connaît tous les cycles voix-piano et quantité de pages d'orchestre et d'opéra. Cela infuse dans les oreilles et ensuite dans l'imaginaire. Et cela s'entend immédiatement dans un jeu!"

Les concerts de Jonathan Fournel

24/6 (20h15) MuCH Waterloo Festival, concert de clôture en streaming avec les maîtres de la Chapelle musicale.

25/6 (20h) Récital Bach, Berg, Chopin à l'Ostbelgien festival d'Eupen.

26/6 (13h30 & 14h30) Récital du prix Musiq3 (Bach, Berg, Chopin) au Festival Musiq3, à Flagey.

10/7 (16 & 18h) Récital (Bach, Berg, Chopin) au Festival de l'Été mosan, à Orp-le-Grand.

Brahms Piano Concerto n. 2 (excerpt) | Jonathan Fournel - Queen Elisabeth Competition 2021

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés