L'hymne aux années 80 de Fontaines D.C.

Quintette prometteur originaire de Dublin, Fontaines D.C. cultive sur ce second album une sorte de cold wave rappelant sans vergogne un Joy Division.

Une cold wave très marquée tournant des années quatre-vingt qui évoque aussi le rythme et la voix profonde de Grian Chatten («I Dont Belong»). Même voix de cendres à la Ian Curtis, même amertume, même basse pulsante comme un cœur en détresse. Autre référence à cette époque, un morceau comme «Televised Mind», voire «A Lucid Dream», moins englué, plus aérien, qui sonne comme le premier Echo and the Bunnymen.

Rock

«A Hero's Death»
Fontaines D.C.

En concert le 30 mars 2021 au TRIX, à Anvers.

Note de L'Echo: 4/5

Comme Ian McCulloch à l'époque, le chanteur porte en étendard son accent prononcé, irlandais dans son cas. Mais Fontaines D.C. est cependant de son temps, notamment au niveau de la guitare, genre Shadows sous hypnose de Carlos O'Connell, qui rappelle les albums envoûtés de Richard Hawley sur «Sunny et No», qui concluent cet album de 11 titres.

Lequel n'est pas fait que de spleen et de l'amertume d'une jeunesse qui voit tout en noir, à l'écoute du rock lent de «You Said», de ceux plus rapides et énervés de «I Was Not Born» et «Living in America» (lequel trahit l'enregistrement californien de l'album, sous un soleil tout de même que l'on imagine noir). Et même le single « A Hero's Death», qui donne son nom à l'album éponyme, est un single quasi dansant et pop. La preuve: en chœur, les quatre musiciens y font «pop, pop, pop...»

Fontaines D.C. - A Hero's Death (Official Music Video)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés