portrait

La dernière lettre du "Boss" Bruce Springsteen

"Letter to You" est le premier album de Springsteen avec son légendaire E-Street Band en six ans. C’est aussi le premier qu’il enregistre sans perspective de le jouer sur les scènes du monde. Pour un homme né pour courir, l’époque est différente. Mais le Boss reste le Boss...

Comme tous ceux qui ont eu la chance quelques fois de l’applaudir en concert, on sait que Bruce ne vous lâche pas une minute durant trois heures ou plus de show. À septante et un ans, depuis fin septembre, il serait encore prêt à le faire. Mais voilà, comme tout le monde, Springsteen est en quarantaine dans sa propriété du New Jersey.

Un modèle

Bruce Springsteen a influencé fortement de nombreux artistes. Parmi eux, Arcade Fire revendique clairement l’apport du Boss dans sa musique. D’autres, comme Lana del Rey ou Taylor Swift ont récemment prouvé qu’elles l’avaient très attentivement écouté.

Un endroit qu’il n’a quitté jusque-là que pour partir en tournée. Pour la promo de "Letter to You", son vingtième album en près de cinquante ans de carrière – sous son nom –, il a dû se plier à la mode des interviews par Zoom. Avec comme seul décor, les murs d’un bureau utilitaire. Par contre, les très privilégiés reporters du Rolling Stone Magazine et d’Uncut – des revues musicales prestigieuses – ont pu le rencontrer en vrai, cet été. Ils l’ont trouvé plutôt en forme pour un confiné. Lui qui n’a pas caché être atteint de dépression depuis de longues années – son autobiographie "Born To Run", parue en 2016, en faisait état – continue de prendre des médicaments pour ne pas sombrer. Bien sûr, il se demande s’il rejouera sur scène à nouveau. Springsteen se dit plus soucieux de la situation des musiciens et des techniciens de tournées que de la sienne. Il estime que, si tout peut repartir en 2022, ce sera un signe de santé pour l’industrie musicale.

Un album bouclé en cinq jours

Un ami et un père spirituel

Le nouvel album de Springsteen est marqué par les amis précieux qu’il a perdus, ces dernières années: le claviériste Danny Federici et le saxophoniste Clarence Clemons. Mais il est aussi tourné vers la part de spiritualité qui est en lui et qu’il adresse à celle qui se trouve en nous.

Pourtant, sans savoir de quoi serait faite 2020, ce nouvel album a été créé en un jet, l’hiver passé. Comme s’il fallait aller vite. Réuni avec son E-Street Band et son épouse Patti Scialfa sur une période de cinq jours, le Boss a réussi à boucler cet album qui compte pas moins de douze morceaux. Comme le confiait le guitariste Steve Van Zandt, ils sont parvenus à faire une chanson toutes les trois heures. Et de comparer cet exploit aux premières sessions d’enregistrement des Beatles. C’est le premier album, depuis "Born in the U.S.A." sorti en 1984, qu’ils enregistrent de cette façon. Au New York Times, Bruce confiait récemment que "Letter to You" était son premier opus dont le sujet était la musique elle-même. "Cela parle de la musique populaire et de ce qu’est un groupe rock. C’est également une conversation directe entre mes fans et moi à un niveau qu’ils attendaient depuis des années". Dans "Last Man Standing", il évoque son premier groupe, les Castiles, dans lequel il jouait à seize ans déjà et dont il reste le dernier survivant… Du reste, trois morceaux du nouvel album ont été écrits dans les années 70. C’est en plongeant dans ses archives qu’il a pu remettre la main dessus.

Contrairement à ce que pourrait sous-entendre une sortie proche de la date des élections américaines, "Letter to You" ne comporte pas d’hymnes anti-Trump. "Si c’était le cas, ce serait l’album le plus ennuyeux au monde", conclut le Boss.

Le profil

1949: Bruce Springsteen naît dans le New Jersey dans une famille moitié italienne, moitié irlandaise. Enfant, sa mère lui offre une guitare et il rêve de devenir l’égal d’Elvis Presley. Bob Dylan l’influencera également.

1973: Il sort son deuxième album "The Wild, The Innocent and The E-Street Shuffle" et se voit affubler du surnom "The Boss" par ses musiciens du E-Street Band, car il les paie après chaque session d’enregistrement.

1984: "Born in the U.S.A." est l’un des albums les plus vendus de l’année, voire de la décennie. Il consacre Springsteen mondialement. La chanson-titre dénonce les conséquences de la Guerre du Vietnam.

1993: Il reçoit l’Oscar de la meilleure chanson pour "The Streets of Philadelphia", chanson-générique de "Philadelphia", le film de Jonathan Demme.

2020: La sortie de son vingtième album "Letter to You" s’accompagne d’un documentaire sur Apple TV.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés