La scène classique londonienne en danger

©XF

Le London Philarmonic Orchestra va enregistrer des pertes colossales cette année. L'Etat vole au secours de ses joyaux du classique.

L’État britannique a annoncé le week-end dernier une aide globale de 1,5 milliard de livres (1,67 milliard d’euros) pour l’ensemble des arts et de la culture. Celle-ci bénéficiera également aux orchestres classiques, dont la fragilité du modèle économique a été mise en évidence par la crise du Covid-19. Le London Symphony Orchestra (LSO) et le London Philharmonic Orchestra (LPO), qui ont été créés respectivement en 1904 et en 1932, résident dans deux salles - le Barbican Hall et le Royal Festival Hall. Celles-ci sont quasiment pleines toute l’année, en temps normal. Aucun concert ne s’y est tenu depuis près de quatre mois, et une réouverture n’est pas prévue avant la rentrée. Les tournées annuelles ont également été annulées.

Cette année devrait donc voir le London Philharmonic Orchestra enregistrer des pertes colossales, avec un gros tiers, au minimum, de son chiffre d'affaires directement amputé.

Au Royaume-Uni, les orchestres de musique classique sont financés à 60% par la vente de tickets et à 40% par les subventions. Selon le plus récent rapport financier annuel du London Philharmonic Orchestra, les revenus liés à des donations, des subventions ou du mécénat atteignaient 4 millions de livres en 2018. Les activités commerciales s’élevaient à 6,9 millions de livres... dont 1,5 million pour la vente de tickets et 4,27 millions pour les cachets. Les ventes de CD ne dégageaient que 147.771 livres. Les comptes laissaient apparaître un minuscule bénéfice d’environ 50.000 livres. Cette année devrait donc voir le London Philharmonic Orchestra enregistrer des pertes colossales, avec un gros tiers, au minimum, de son chiffre d’affaires directement amputé.

Avant l’aide exceptionnelle de l’État, le principal organisme d’aide aux institutions culturelles et artistiques, Arts Council England, n’avait promis que 160 millions de livres d’aide pour l’ensemble du secteur. Il donnait 2 millions de livres par an au LPO jusqu’à présent. Le classique ne répresente pas une priorité pour l’organisme, qui ne lui donne que 23% de ses fonds destinés à la musique, contre... 62% pour l’opéra.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés