Publicité
Publicité

Le dernier album de Johnny: le bon temps du rock'n'roll vraiment?

©AFP

"Mon pays c'est l'amour" est tristement le dernier album de Johnny. On y retrouve ses thèmes favoris et sa nostalgie du bon vieux temps du rock'n'roll. Mais à certains égards, cela tient du pastiche, voire de l'autoparodie.

Fan ou pas de Johnny Hallyday, on ne passera pas à côté de ce 51e album. Mais si l'on est un vrai fan, on préfèrera à ceci "Rock'n'roll Attitude", "Gang", "Sang pour sang"...

Dans ce "Mon pays c'est l'amour", on retrouve les topics favoris de la légende Hallyday. Les démons de la vie (pas que de minuit), les tourments, les ballades à moto avec ses potes, le blues du gars dans son pénitencier, le remords de l'homme pas toujours fidèle, le côté toujours fiérot du vrai rockeur et l'angoisse d'un homme de son siècle.

J'en parlerai au diable (Clip officiel)

Les textes ne sont pas infiniment riches, même quand l'un d'eux est signé Miossec. Musicalement, l'album envoie du bon gros rock'n roll. Le morceau "Mon pays c'est l'amour" est carrément un pastiche de "Le bon temps du rock'n'roll" ou, si on veut, l'époque où Johnny, en 1979, s'énervait face au disco... Du rock, du blues, de la country et du folk, tout y est. Avec un super groupe constitué de requins de studio américains.

Au milieu de tout ça, il y a cet interlude musical, signé Yvan Cassar qui tombe comme ses cheveux dans le potage. Et puis, ce "L'Amérique de William", en référence au photographe William Eggleston, pionnier de la photo en couleurs, ressemble à une parodie de "Tennessee" que Michel Berger avait composée pour Johnny. Reste que la voix de Johnny, même très malade, sonne encore miraculeusement bien. Et rien que pour ça, il fallait le sortir cet album.

Johnny Hallyday, "Mon pays c'est l'amour", Warner Music

©AFP


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés