Le hautbois raffiné des compositeurs baroques

Lambert Colson dédie ce disque, "Cavalieri Imperiali", aux cornettistes virtuoses Luigi Zenobi (1547-1602) et Giovanni Sansoni (1593-1648) et "Cavalieri Imperiali" au service des Habsbourg. Raffiné!

Tombé dans l’oubli et ressuscité en même temps que la musique ancienne, le cornet à bouquin ne paie pas de mine. Avec son air de flûte courbée – ce qu’il n’est pas – revêtue de cuir, il offre une sombre apparence serpentine. Rares pourtant sont ceux qui parviennent à lui faire exprimer toutes ses suaves langueurs flirtant avec les couleurs d’une trompette naturelle.

CD Classique

«Cavalieri Imperiali»
InAlto/Lambert Colson

Note de L'Echo: 3/5

Parmi la jeune génération, Lambert Colson est l’un des plus brillants propagandistes de cet instrument très exigeant. Il le prouve une fois encore avec ce disque dédié aux cornettistes virtuoses Luigi Zenobi (1547-1602) et Giovanni Sansoni (1593-1648), «Cavalieri Imperiali» au service des Habsbourg. Joli prétexte – et livret fouillé – pour dérouler quelques-unes des plus belles pages offertes au cornet par Lassus, Luzzaschi, Neri, Ruffo ou Schmelzer entre la fin du XVIe et la première moitié du XVIIe siècle.

Contournant le risque de la répétition dans ce récital au charme raffiné, Lambert Colson et son duettiste Josué Meléndez Pelaez se sont entourés d’une douzaine de cordes, vents et clavier pour enrichir cette épopée en variant les effectifs et les timbres. De la bien belle ouvrage.

Le cornet à bouquin par Lambert Colson (en anglais)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés