Le monde a besoin de plus de Neneh Cherry

©AB Concerts

Avec ses hits intemporels comme "Buffalo Stance" et "Manchild", Neneh Cherry était, il y a 30 ans, une des voix les plus étonnantes de sa génération. Elle n’a rien perdu de sa pertinence. "Brexit? What a mess."

Son rire tellement particulier est la première chose que nous entendons à l’autre bout du fil. C’est exactement le même rire que celui qui suit la phrase "What do you expect, the guy is a gigolo, man?" dans "Buffalo Stance", la chanson irrésistible avec laquelle tout a commencé pour Neneh Cherry en 1988. Après ce succès, suivi par "Manchild", l’artiste semblait partie pour devenir la nouvelle Madonna, mais en plus sincère et moins compassée. Elle ne s’est rien laissé dicter par l’industrie musicale. Il y a eu d’autres hits, dont le célèbre "7 seconds" avec Youssou N’Dour. Mais à la fin des années 1990, Neneh Cherry a disparu des projecteurs.

Neneh Cherry - Buffalo Stance

Elle a troqué le bouillonnement de Londres, ville musicale par excellence, contre l’anonymat de sa ville natale, Stockholm, ce qui lui a permis de se rapprocher de son père biologique, un musicien originaire de Sierra Leone, qui a trouvé refuge en Europe. Sa famille a eu priorité sur sa carrière. Cinq ans plus tard, elle repartait à Londres, où nous l’avons eue au téléphone. "Ma fille cadette Nabel avait terminé ses études secondaires et voulait faire de la musique, raconte la chanteuse, aujourd’hui âgée de 54 ans. C’était le bon moment. Nous en avions assez de la Suède. Ces dernières années, l’extrême droite a placé une bombe sous la société suédoise."

Le retour à Londres a porté ses fruits. Très vite après son arrivée au Royaume-Uni a suivi l’album de come-back, "Blank Project", avec le producteur électronique Four Tet aux commandes. Ce disque de punk électronique assez sombre et froid l’a replacée sur la carte. Aujourd’hui, le doute a refait surface. Était-ce vraiment une bonne idée de retourner au Royaume-Uni?

Elle fait référence au Brexit. "C’est un vrai cauchemar, estime-t-elle. Le jour du vote, nous étions au Portugal. Je ne pouvais pas le croire, et c’est encore le cas aujourd’hui. Le Premier ministre David Cameron a ouvert une boîte de Pandore avec sa promesse électorale. Je veux bien croire qu’il ne s’attendait pas à ce que la majorité des Britanniques votent pour le divorce. De nombreux Britanniques se sont fait piéger par les fausses promesses et les mensonges des Brexiters: que sans l’Europe, nous redeviendrions une nation riche. (soupir) Ils ont choisi le suicide."

"De nombreux Britanniques se sont fait piéger par les fausses promesses et les mensonges des Brexiters: que sans l’Europe, nous redeviendrions une nation riche. Ils ont choisi le suicide."
Neneh Cherry
chanteuse


Qu’est-ce que le Brexit changera pour elle? "Je n’en sais rien. J’entends tous les jours de nouveaux mensonges à la télévision. Qui croire? Pour la majorité des Britanniques, je suis une étrangère. Je n’ai qu’un passeport suédois. Je n’aurai sans doute aucun problème pour quitter le pays, mais pourrai-je y revenir facilement après le 29 mars? Nous verrons bien. What a mess."

"Pour la majorité des Britanniques, je suis une étrangère. Je n’ai qu’un passeport suédois."
Neneh Cherry
Chanteuse

Ceux qui écoutent son dernier album "Broken Politics", ne doivent pas s’attendre – et heureusement – à un disque politiquement engagé. Malgré tout, la musique trip hop jazzy fait allusion au contexte social dans lequel le Brexit est né. "Je n’ai jamais ressenti le besoin de m’exprimer sur la politique dans mes chansons. Mais on sent peser un voile tellement menaçant sur le monde que je suis incapable de cacher mon côté engagé. La musique ne sauvera pas le monde – cela reste un art – mais elle peut changer des vies. Si je réussis en faisant ou disant quelque chose de beau, je serai comblée."

Réfugiés

Certains textes de "Broken Politics" se réfèrent à la crise des réfugiés. En 2017, Cherry a travaillé comme bénévole dans la "jungle" à Calais pour l’association Refugee Community Kitchen qui prépare des repas pour les migrants. "Oh, je n’étais qu’une bénévole parmi d’autres", explique-t-elle sur sa participation. "J’ai été beaucoup touchée par ces personnes tellement vulnérables."

"J’ai été beaucoup touchée par ces personnes tellement vulnérables."
Neneh Cherry
chanteuse

Plus que ce qu’elle avait imaginé, confie-t-elle. Cherry est elle-même fille de réfugié. Son père biologique a quitté la Sierra Leone dans les années 1960 avec une bourse d’études, tout d’abord pour étudier au Royaume-Uni et ensuite en Suède. Quelques membres de sa famille ont eu moins de chance. Ils ont dû fuir à cause de la guerre civile.

Après le divorce de ses parents, sa mère suédoise a entamé une relation avec le trompettiste de jazz américain Don Cherry, qui a collaboré avec des stars du jazz comme Ornette Coleman, John Coltrane et Archie Shepp. Qu’a-t-elle appris de son célèbre beau-père, en tant que personne et artiste? "Il disait toujours: ‘Quand tu crées, ne pense pas à la répétition d’hier. La musique n’est jamais terminée. Chaque nouvelle journée, c’est maintenant.’"

"Don ne faisait pas de la musique pour plaire. La musique était sa ligne de vie. Il a étudié les musiques du monde entier. Je souhaite transmettre à mes enfants une de ses meilleures leçons sur l’industrie musicale: ‘Don’t let them change you.’ Je pense que je peux dire que j’ai toujours suivi ce conseil singulier."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect