Le reggae, patrimoine culturel immatériel de l'Unesco

Bob Marley est le symbole de la culture et de la musique reggae. ©AFP

L'Unesco, réunie à l'Île Maurice, complète sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le reggae y fait son entrée comme le savoir-faire des parfumeurs de Grasse ou la construction en pierre sèche.

La musique reggae de Jamaïque est désormais inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Le comité spécialisé de l'Unesco souligne "la contribution" de cette musique à la prise de conscience internationale "sur les questions d'injustice, de résistance, d'amour et d'humanité", grâce à des artistes comme Bob Marley.

Réunis cette semaine à l'Île Maurice, l'Unesco et ses 24 Etats membres consacraient leurs débats à la sauvegarde du patrimoine mondial.

Alors pourquoi le reggae? Le comité revient donc sur le symbole de cette musique: symbole des inégalités, symbole des peuples opprimés, symbole de ces voix pacifistes et universelles. Cette reconnaisse aujourd'hui de l'Unesco permettra de protéger cette culture reggae comme c'est déjà le cas pour quelque 400 traditions culturelles allant de la pizza napolitaine au zaouli, musique et danse des communautés gouro de Côte d'Ivoire.

En 1968 la chanson "Do the Reggay" de Toots and the Maytals a été la première a utiliser le nom de reggae.

Au total, le comité s'est penché sur quelque 40 demandes d'inscription. Font leur entrée sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité:

©document Unesco

Le Blaudruck, littéralement "l'impression en bleu de réserve", une pratique courante en Allemagne, Tchéquie, Hongrie, Slovaquie et Autriche. Elle consiste à appliquer une pâte résistante à la coloration sur un tissu avant de le surteindre avec un colorant indigo.

→ La fête de Budslau en Biélorussie. Depuis le 17e siècle, chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins se rendent à Budslau début juillet pour célébrer l’icône de Notre-Dame de Budslau qui serait apparue aux croyants à Budslau en juillet 1588.

→ La culture, les légendes populaires et la musique liées à l’épopée de Dede Qorqud/Korkyt Ata/Dede Korkut figure légendaire en Azerbaïdjan, au Kazakhstan et en Turquie.

→ Les bains médicinaux Lum de la Sowa Rigpa en Chine. Il s'agit d'une pratique tibétaine, dont les principes de vie reposent sur les cinq éléments et est fondée sur l’idée que la santé et la maladie dépendent de trois humeurs.

→ La međimurska popevka, chanson populaire croate principalement interprétée en solo par des femmes.

©Document Unesco

L'art de la construction en pierre sèche. Ce savoir-faire qui se retrouve dans plusieurs pays européens est entretenu par les communautés rurales où cette pratique est profondément enracinée, ainsi que par les professionnels du secteur de la construction.

→ Les parrandas cubaines. Des fêtes célébrées dans 18 communautés qui mettent en compétition des villes ou des quartiers.

©document unesco

Le savoir-faire des parfumeurs français de Grasse. Ce savoir-faire recouvre trois aspects: la culture de la plante, la connaissance des matières premières et leur transformation, et l’art de composer le parfum.

→ Le hurling irlandais, sorte de hockey sur gazon d'origine irlandaise se jouant avec une crosse et qui se joue depuis plus de 2.000 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content