Les 3 K aux Flagey Piano Days: Kadouch, Kantorow et Kozhukhin

Alexandre Kantorow, vainqueur du Concours Tchaïkovski en 2019. ©AFP

Édition spéciale cette année pour les Piano Days de Flagey, ce samedi 27 février, qui gardent leur titre au pluriel mais se limiteront à une soirée de cinq concerts en streaming.

On ne sera pas perdant pour autant vu la qualité des pianistes qui nous inviteront à partager leur bulle musicale... Le streaming débute ce samedi, à 19 heures, pour la modique somme de 15 euros. Toues les informations sont sur le site de Flagey.

► David Kadouch (19h)

Ce jeune virtuose, qui débuta à 13 ans à New-York sous la direction d’Itzhak Perlman, ouvre le bal avec un programme archi-romantique, autour de Chopin (trois «Nocturnes») et de Liszt, mais aussi d’œuvres moins connues de Fanny Mendelssohn et Clara Schumann.

David Kadouch Révolution - Janacek

► Alexandre Kantorow (19h55)

Vainqueur à 22 ans à peine du concours Tchaïkovski, et premier Français à décrocher l’un des plus prestigieux trophées classiques, il est la nouvelle star du piano. Pour son premier concert à Flagey, il célèbrera Brahms avec ses «Ballades n° 1 et 2» de l’Opus 10 ainsi que sa superbe «Sonate n°3». Un avant-goût de son prochain album.

Alexandre Kantorow won the Grand Prix of the Tchaikovsky Competition with this concerto

► Denis Kozhukhin (20h50).

Révélé au public belge par son éclatante victoire au Reine Elisabeth 2010, Denis Kozhukhin, en résidence à Flagey, nous entraînera sur le chemin trop peu fréquenté des «Childhood melodies» du mathématicien compositeur Alexey Shor. Avant
de revenir en terrain balisé par les «Scènes d’enfant» de Schumann et la joyeuse Sonatine de Ravel.

Denis Kozhukhin (part I) | Flagey ON AIR

► Anthony Romaniuk (21h45).

Ce pianiste-là aime secouer le répertoire. D’abord en jouant trois instruments différents – le piano, le clavecin et le Fender Rhodes électrique. Ensuite en voyageant du classique au rock et à l’électro, de Rameau et Mozart à George Crumb et Chick Corea.

Anthony Romaniuk - Bach: English Suite #2 BWV 807, Prelude. Fender Rhodes | Bells (Alpha631)

► Ève Beuvens (22h40).

C’est avec la touche jazz de cette pianiste et compositrice belge que s’achèvera cette édition spéciale. Un rendez-vous tonique avec une jazzwoman particulièrement inspirée par les formations en trio ou en quatuor, et qui dévoilera ici ses nouvelles compositions solo, écrites pour la plupart lors du confinement.

Eve Beuvens - Live at Bel Jazz Fest 2020

Samedi 27/2, à partir de 19 heures. 15 euros. Concerts accessibles jusqu’au 1er mars: www.flagey.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés