Les frères Beers prévoient un réveillon électro dans votre salon

Avec leur festival, Michiel et Manu Beers sont devenus des références dans le monde de l'électro. ©BELGA

Les fondateurs de Tomorrowland ont prévu d’organiser une nouvelle édition virtuelle de leur festival le 31 décembre. Une édition de plus pour les deux frères devenus des références mondiales dans le monde de l’électro.

On ne va pas se voiler la face, le réveillon du 31 décembre a plus de chance de tourner autour de la table du salon qu’en boîte de nuit avec tous les copains. Rien n’empêche pour autant de pousser les meubles et monter un peu le son. Pour la bande originale clôturant le mauvais film de 2020, Tomorrowland s’est gentiment proposé. Comme il l’avait fait durant l’été, le festival renouvelle l’expérience d’un festival 100% virtuel.

En 2019, le chiffre d’affaires affichait 112 millions d’euros pour un bénéfice de 4,595 millions d’euros.

L’idée sort évidemment de la tête de Manu et Michiel Beers, les deux fondateurs de l’illustre festival, devenu référence mondiale pour les fans d’électro en tongs et lunettes de soleil. Quand le monde entier ne se bat pas avec un virus, les frères parviennent à rassembler chaque année plus de 400.000 festivaliers répartis sur deux week-ends, sans compter l’édition hivernale, instaurée en 2019 à l’Alpe d’Huez.

Encore un ado

L’histoire de Tomorrowland n’en est qu’à son tout début. C’est du moins le souhait des deux frères. "Nous nous voyons comme l’Efteling: dans trente ans, nous voulons encore exister", expliquait en juillet 2019 Manu Beers.

De 9.500 à 400.000 festivaliers

Récompensé un nombre incalculable de fois, le festival a pas mal grandi, au point d’en faire parfois oublier son jour de naissance : le 14 août 2005. À l’époque les deux frères ont des ambitions à l’échelle locale avec un festival sur une seule journée. Pour leur grande première, Manu et Michiel parviennent à attirer 9.500 visiteurs sur la plaine du Schorre à Boom. L’occasion pour les amateurs d’électro de découvrir des artistes comme Justice et Armin van Buuren, qui en sont encore à leurs débuts.

Les frères Beers ont le nez fin. Il faut dire que pour tout ce qui tourne autour de la fête, ils ne sont pas des novices. C’est même leur spécialité depuis leurs études. À l’époque, ils s’étaient lancés dans l’organisation de soirées se déroulant en simultané dans plusieurs boîtes branchées d’Anvers. Le succès de leurs aventures nocturnes les poussera d’ailleurs à lâcher leurs études pour se lancer pleinement dans le business. Aujourd’hui encore, ils sont les seuls propriétaires de leur société "We are one world". L’entreprise se porte pas trop mal.  En 2019, le chiffre d’affaires affichait 112 millions d’euros pour un bénéfice de 4,595 millions d’euros.

Ban Ki-moon en guest

A peu près toutes les stars imaginables de la scène électro sont venues au festival. D’autres plus inattendues ont aussi fait un détour par la plaine anversoise. Comme Ban Ki-moon qui avait gravé le message "Agissons ensemble en faveur de la dignité pour tous" sur le célèbre pont du festival.

La première bonne cuvée du festival amènera toutes les autres. Le premier tournant important se déroule en 2009, avec l’ensemble des tickets vendus (90.000 à l’époque). La folie Tomorrowland débute. Le succès a d’ailleurs atteint depuis plusieurs années ses limites physiques. Le site de 45 hectares ne peut plus accueillir plus de monde.

Comme tout le monde, le festival doit désormais se réinventer.

Le festival se contente donc de ses 200.000 visiteurs par week-end avec forcément un paquet de déçus chaque année. "Nous savons que les billets sont vendus en trois quarts d’heure. Et qu’il y a encore plus d’un million de personnes dans la file d’attente. Et la file d’attente croît chaque année", expliquait Michiel Beers à l’Echo en juillet 2019, lors d’une rare sortie médiatique des deux frères.

Un goût d’Italie

Les organisateurs du festival aiment les statistiques, même si elles sont parfois improbables. En 2018, ils ont par exemple calculé que si l’ensemble des pizzas vendues sur le site étaient empilées, elles permettraient de former une tour faisant "10 fois la hauteur de la Tour de Pise".

Place au virtuel

C’était l’époque où rassembler des centaines de milliers de personnes n’effrayait personne. Comme tout le monde, le festival doit désormais se réinventer. Au moins temporairement. La première édition virtuelle durant l'été de "Tomorrowland Around the World" fut un joli succès. L’ambiance était forcément moins excitante, mais le succès était bien présent avec un million de spectateurs, annoncent les annonceurs. Suffisant pour renouveler l’expérience le 31 décembre.

Le profil

2005 : Première édition de Tomorrowland. 9.500 festivaliers y participent

2013 : Le festival lance sa radio, diffusée dans trente pays le temps du festival.

2014 : Le festival se déroule sur deux week-ends pour la première fois.

2019 : Tomorrowland lance sa version hivernale à l’Alpe d’Huez.

2020 : Les frères Beers organisent la première version virtuelle du festival durant l’été. 1 million d’internautes y assistent.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés