Les ultimes vertiges de Bashung

©Richard Dumas

En mars prochain, on célébrera les dix ans de la mort d’Alain Bashung. Chloé Mons, sa veuve, espère pouvoir monter une exposition en son honneur. Et d’ici là, on écoutera "En amont", l’album posthume de Bashung. Rencontre.

Rock

"En amont"  Alain Bashung

Note : 3/5

1 CD Universal Music.

 

Quelle est la genèse d’"En amont", l’album posthume d’Alain Bashung? N’aurait-il pu voir le jour plus tôt puisqu’il se compose de onze chansons qui existaient à l’heure de la confection de "Bleu Pétrole", le dernier opus que l’artiste a sorti de son vivant? En mode promo, ce qui est inhabituel pour la veuve d’une star, Chloé Mons est amenée aussi à parler de sa vie avec Bashung. Douze ans de vie commune et une petite fille, Poppée, âgée de seize ans aujourd’hui. "Il m’a fallu rassembler mes forces après le décès d’Alain, en 2009. Cela m’a pris trois, quatre ans pour pouvoir plonger dans ses archives. Ensuite, j’ai dressé l’inventaire des chansons. Il m’était impossible d’écouter ces morceaux sept jours sur sept. Donc, j’y consacrais une journée par semaine. Ensuite, il a fallu convaincre la maison de disques de sortir ‘En amont’." On comprend que les changements de management au sein de son label, Barclay, ont favorisé le projet.

Les onze morceaux figurant sur "En amont" font donc partie des cinquante morceaux qui avaient été réunis pour éventuellement figurer sur "Bleu Pétrole". On se souvient que "Bleu Pétrole", publié en 2008, avait obtenu la Victoire de la musique du meilleur album variété, pop, rock, et avait valu à Bashung la Victoire du meilleur interprète masculin. À cette époque, il était déjà atteint par la maladie. Et une pléiade d’auteurs-compositeurs lui avaient proposé des chansons cousues main pour lui. "Parmi celles qui n’avaient pas été retenues pour ‘Bleu Pétrole’, mais tout de même enregistrées, se trouve, par exemple, ‘Immortels’. Elle est due à Dominique A et était déjà très aboutie."

Alain Bashung - Immortels

On se doute que si la mode, en 2008, avait été au double ou au triple album, tous ces morceaux que nous pouvons entendre aujourd’hui sur "En amont" en auraient fait partie. "Avec Alain, on parlait de musique tout le temps. C’était notre vie, notre quotidien. On partait en tournée ensemble. Et on emmenait notre fille", assure Chloé. Du coup, elle sentait assez justement comment faire naître "En amont". Après avoir essuyé un refus du côté de Gaëtan Roussel, le maître d’œuvre de "Bleu Pétrole", elle s’est tournée vers Edith Fambuena. La guitariste, passée à la production d’albums, avait, en effet, collaboré avec Bashung sur "Fantaisie militaire", en 1998.

"Edith a fait un travail de réalisation magnifique sur ‘En amont’. On a pu travailler de façon très fluide. Et cela m’importait que ce soit une femme. C’était simple et dénué d’égo", précise Chloé. Le parti pris des deux femmes était de conserver une certaine épure et une rugosité à ces chansons. "On voulait rester au plus proche de cette matière qui, le plus souvent, était des guitares-voix. Pour moi, il fallait que cet album soit radical et rock. Et là, je retrouve Alain!"

On apprend que Bashung avait envie de nouveaux auteurs. Il fit appel à Daniel Darc, Dominique A, Doriand et Raphaël parmi beaucoup d’autres. Les coups de cœur de Chloé Mons dans "En amont" sont "La mariée des roseaux" et "Nos âmes à l’abri". "Je nous y reconnais. Je les entends comme parlant de nous."

Un homme plus qu’un monstre sacré

Chloé Mons n’a pas refait sa vie depuis le décès de Bashung. Mais comme elle le dit, elle vit. Elle ne pense pas à son époux comme d’un monument de la chanson française ou un monstre sacré. "Pour moi, c’était un homme. Quand je l’ai rencontré, je savais à peine ce qu’il faisait. On est tombé amoureux au premier regard. C’était de l’amour et de la joie. En plus, quand je l’ai rencontré, il n’était pas considéré comme un monstre sacré. C’est vers la fin de sa vie qu’il a atteint ce statut et il est parti avec l’amour du public." Le couple n’était ni mondain, ni show off et préférait la vie à l’abri des volets clos.

"Certains producteurs m’ont demandé s’il avait fait des tubes. Et pourtant, il y a beaucoup de gens pour qui Alain est essentiel."

Outre "En amont", qui est et restera le dernier album de Bashung, son épouse espère pouvoir monter une exposition. "Je fais mon devoir de mémoire. Il faut que ça rayonne. Mais c’est compliqué de faire bouger les choses. On est peu de chose face au temps. Et pour Alain, c’est pareil. Cela fait deux ans que j’essaie de monter une soirée hommage à la télé, en France, et je n’y arrive pas. Certains producteurs m’ont demandé s’il avait fait des tubes. Et pourtant, il y a beaucoup de gens pour qui Alain est essentiel."

Si l’on pense que des groupes comme Feu! Chatterton revendiquent leur filiation avec Bashung, on ne peut qu’être d’accord. Mais en 2018, ce qui est essentiel n’est pas forcément commercial…

©doc

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content