Publicité
Publicité

Matthias Goerne et Jan Lisiecki, habités par les lieder de Beethoven

Si cet enregistrement peut paraître austère en période estivale, il n’en est pas moins l’une des (rares) perles de cette année Beethoven. L'alliance parfaite de la profondeur et du cantabile.