interview

Pat Metheny: "Je réfléchis encore en trompette"

Pat Metheny à Molfetta (Bari), en Italie. ©ZUMAPRESS.com

Guitariste de jazz accompli et célébré, Pat Metheny irradie encore un peu plus sur son nouvel album intitulé "Road to the Sun". Il y délaisse l’impro pure pour une musique plus écrite et devient... un classique.

Lesté de quarante albums et de récompenses (20 Grammy Awards notamment), le guitariste américain Pat Metheny a fait preuve tout au long de sa carrière d'un éclectisme vertigineux, se produisant aussi bien avec David Bowie que Steve Reich, Ornette Colman que Milton Nascimento. Le virtuose de la gratte, qui ne donne jamais dans la pyrotechnie, ravit et surprend une fois encore en s'associant cette fois avec des sommités de la guitare classique et éclectique pour un album vibrant… comme une corde.

"Road To The Sun" signifierait-il en fait "Route vers le sud", car il me semble qu'il y a pas mal d'influences hispaniques sur cet album?

Pas vraiment, mis à part la nature sonore de la corde de guitare en nylon, toujours associée de façon appropriée avec une région ibérique en général.

Une bonne partie de la musique que vous avez proposée au cours de votre carrière a-t-elle été inspirée par les talents particuliers des individus que vous avez eu l'occasion d'inviter au sein de vos différents projets?

Sans doute. La  principale job description de mon activité durant toutes ces années est d'avoir été un leader de groupe, composant la majeure partie de la musique. J'ai l'impression que vous êtes bien servi en tant que meneur en tirant avantage des forces, talents et compétences des personnes à qui vous avez proposé de vous rejoindre tout au long du parcours. De plus, cela me paraît une bonne idée d'identifier les sphères où les individus se révèlent moins bons, et de tenter d'aller dans la direction la plus positive qui soit.

"Une notation peut être lue et utilisée non seulement par des interprètes précis, mais finalement par d'autres musiciens dans le futur. Une définition de la musique classique."
Pat Metheny
Guitariste

En ce qui concerne aussi bien l'éclectique Los Angeles Guitar Quartet que Jason Vieaux, virtuose de la guitare classique, j'étais très conscient, non seulement de leur jeu, mais plus encore que la nature de leurs talents requérait du noté, du matériel non improvisé. Que la tradition exigeait que le compositeur détaille chaque aspect singulier de ce qu'il y avait à jouer sur la page, en générant une notation qui pouvait être lue et utilisée non seulement par des interprètes précis, mais finalement par d'autres musiciens dans le futur, en leur permettant d'en comprendre l'histoire dans sa globalité. Je suppose qu'il s'agit d'une définition que ce que la plupart des gens appellent la musique classique… (Il sourit)

J'ai bien sûr composé de la musique précisément notée auparavant, mais la différence essentielle est que, précédemment, mon attention se concentrait sur de la musique conçue pour mettre en place des environnements propices à l'improvisation.

LAGQ premieres “Road to the Sun” by Pat Metheny

La notation laisserait donc de la place à l'improvisation?

L'improvisation est en fait très similaire à la composition, mais se produit à une température beaucoup plus élevée, puisque réalisée en temps réel. Et inversement, les meilleurs compositeurs ont dû créer la genèse de leurs œuvres d'une manière proche de l'improvisation. D'ailleurs, lorsque je pense à Bach, il m'est aussi facile de penser à Charlie Parker; lorsque je songe à Bartók, Herbie Hancock me vient à l'esprit. Lorsque j'évoque Bill Evans, Debussy surgit...

Grâce à la panoplie de genres que vous intégrez dans votre musique, pensez-vous parvenir à rendre le jazz moins hermétique aux yeux d'un public plus large?

La musique est une grande entité singulière à mes yeux, qui ne connaît pas de frontières. La communauté de musiciens dont j'ai la chance de faire partie constitue un groupe de gens d'un talent peu commun capables aussi bien de jouer un soir avec Beyoncé… et le New York Philarmonic le suivant – souvent avec leur propre identité ou conception  sonore distinctive.

"Je sui entouré d'un groupe de gens d'un talent peu commun, capables aussi bien de jouer un soir avec Beyoncé… et le New York Philarmonic le suivant."
Pat Metheny
Guitariste

Vous avez débuté à la trompette: qui est ou était votre trompettiste favori?

Miles Davis, Freddie Hubbard et Clifford Brown. Parmi les nouveaux interprètes, j'aime beaucoup Keyon Harrold and Alex Sipiagin.

Le fait d'avoir d'abord joué de la trompette a-t-il élargi vos horizons en tant que guitariste?

La musique est une question d'idées, d'esprit et d'âme. J'aime la guitare. Cet instrument est attirant parce que non défini: si vous prononcez le mot guitare à cinquante personnes, ils auront 50 images mentales différentes à l'esprit. Pour avoir débuté en tant que jeune trompettiste, je réfléchis encore en trompette. Et j'écris pratiquement tout au piano – ce qui veut dire que ces instruments font également partie de ma conscience. Mais peu importe l'instrument, les idées sont les mêmes: la façon dont elles sont exécutées et traduites en sons survient bien plus tard. La guitare permet une certaine immédiateté parce que j'en joue tellement et depuis si longtemps, que c'est mon meilleur appareil de traduction. (Il rit)

Quel était votre guitariste de jazz favori lorsque vous étiez jeune?

Wes Montgomery et c'est toujours le cas.

Vous avez joué avec Steve Reich, David Bowie, Milton Nascimento et Herbie Hancock… lequel était le plus audacieux?

Je choisis toujours l'âme… que j'ai trouvée en abondance chez tous les artistes que vous citez.

Album jazz

«Road To The Sun”
Pat Metheny

BMG

Note de L'Echo: 5/5

Pat Metheny - Road to the Sun (About the Album)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés