billet

Quand Arno défend Bruxelles et attaque Trump

Le chanteur Arno, scandalisé par les propos de Donald Trump sur Bruxelles, lui a écrit une lettre dans laquelle il vante la beauté (parfois particulière) de notre capitale.

Vivre à Bruxelles serait "comme vivre dans un trou à rats" (ou "hellhole"). Donald Trump, candidat républicain à la Maison-Blanche, n'a pas besoin d'en dire plus pour faire monter la colère des Belges.

Les premières réactions se font directement ressentir sur Twitter où le hashtag #sendarat2donald s'est répandu comme une traînée de poudre. Réseaux sociaux et humour deviennent décidément une spécialité belge.


Ce jeudi, c'est au tour du chanteur Arno de dénoncer - avec humour et amour pour la ville - les propos de Donald Trump dans une lettre ouverte. "Monsieur Trump, hier sur CNN, tu as catalogué Bruxelles de 'hellhole'. À vrai dire, ça m’a fait rire, parce que je n’ai jamais fait l’expérience d’une telle fournaise."

Éloge de la mixité

"Nous sommes plus d’un million à habiter dans cette ville où l’on rencontre le monde entier et où toutes les nationalités se côtoient et s’entremêlent. Parfois, je rentre chez moi le soir sans me souvenir dans quelle langue s’est déroulée ma dernière conversation" explique le chanteur. "Pour moi, la rue appartient à tous ceux qui ont deux narines, qu’ils soient Juifs, Arabes, Eskimos ou Africains. Peut-être as-tu peur de tous ces gens, et est-ce pour cela que tu dis que Bruxelles est l’enfer?"

Bruxelles est une "sale beauté"

Notre capitale est également un vivier culturel, un "nouveau Berlin", estime Arno. "Bruxelles est une ville qui en inspire plus d’un: cela explique aussi pourquoi tant d’artistes atterrissent ici. Lemmy de Mötorhead y a habité. Quand Edith Piaf voulait sortir, elle venait à Bruxelles. Le chanteur de Joy Division y est tombé amoureux (...) Il m’est arrivé de voir passer Madonna en vélo rue Dansaert, et de remarquer David Bowie assis tout seul à une table en terrasse: personne ne le dérangeait."

Mais Arno se veut réaliste et, pour lui, "Bruxelles est probablement la ville la plus laide au monde. C’est un gros bordel, et ça pue la merde. Mais c’est l’odeur d’une bonne merde." Chômage, immigration, racisme, tout y passe. "Des gros cons, on en trouve partout" estime-t-il.

Un psychopathe avec une drôle de chevelure

©AFP

Après avoir défendu sa ville, avec tendresse et honnêteté, Arno tourne le miroir vers Donald Trump. "Beaucoup d’Américains ont assassiné des populations entières de villages vietnamiens, et qu’il y a eu plus d’attentats à Paris qu’à Bruxelles. Et aussi que dans n’importe quelle grande ville américaine, chaque jour, plus de personnes sont tuées que chez nous. Tout ça " grâce " à la loi sur la possession d’armes (...) S’il devait y avoir un "hellhole" sur cette Terre, il serait bien là, me semble-t-il."

Le chanteur flamand estime que Trump est "un bonhomme dangereux, un psychopathe. Un type qui se met à bander dès qu’on lui accorde un peu d’attention. Quelqu’un qui verrait bien un retour aux années 1930, (...) où s’est alors profilé un type moustachu en Allemagne, suivi d’un autre avec une moustache plus impressionnante encore, en Russie."

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés