Quentin Dujardin, guitariste: "Cette discrimination, ça suffit!"

Quentin Dujardin, lors de son fameux concert avorté du 14 février, à Crupet. ©BELGA

Pour beaucoup, il est le "héros de Crupet", celui qui a bravé l’interdiction faite aux artistes de se produire. Quentin Dujardin récidive et revient sur les faits qui ont lancé son combat pour la liberté d’expression artistique.

À l’heure d’écrire ces lignes, on apprend par la voix de son directeur, Michael De Cock, que le KVS braverait les autorités en ouvrant ses portes pour un spectacle en public à partir du 26 avril, «quoi qu’il advienne». Le théâtre flamand de Bruxelles emboîte ainsi le pas au guitariste condrusien Quentin Dujardin qui avait organisé, le 14 février, un concert en l’église de Crupet avant d’être stoppé net pas la police après un premier morceau… «Ave Maria».

Il récidive pourtant avec 16 prestations publiques dans sa commune ainsi qu'en streaming au Jardin musical, à Bruxelles, où nous avons entendu un artiste ivre de liberté, faire sonner son instrument comme un luth baroque, une guitare fretless turque ou une kora africaine, au gré de ses rencontres, et qui est encore étonné de la puissance de son engagement politique.

Quel était finalement le sens de votre concert du 14 février à l’église de Crupet où vous avez voulu jouer dans les mêmes conditions que le curé pour son office?

Constituer un recours au Conseil d’État et obtenir la même chose que ce que les cultes avaient gagné. Le Conseil d’État avait en effet donné gain de cause à la communauté juive qui a besoin de 14 témoins pour valider ses mariages. Les constitutionnalistes que j’ai consultés, Mes Englebert et Bourtembourg, m’ont averti que si je voulais m’embarquer dans cette procédure, cela relèverait d’une analyse de forme et que ce serait très long. Ils m’ont plutôt conseillé de donner le concert et de m’engager sur la voie de la verbalisation. Ils pensaient que cela allait faire beaucoup de bruit en pointant la discrimination et les absurdités d’un arrêté ministériel sans aucune proportionnalité et qui vaut aussi bien pour Tomorrowland que pour une salle de 15 personnes.

"Je suis reparti pour 16 concerts à Saint-Fontaine, toujours pour 15 personnes. La «légitime confiance» qui s’est installée à travers les concerts publics que j'ai donnés depuis le 14 février induit l’illégitimité d’être verbalisé."
Quentin Dujardin
Guitariste

Aviez-vous d’emblée l’idée d’une désobéissance civile, à savoir vous mettre sciemment en faute pour porter sur la place publique un manquement aux valeurs démocratiques?

Absolument. Je savais parfaitement où je mettais les pieds. Le procureur du Roi a d’ailleurs conclu le lendemain à un acte politique qui a ensuite suscité un questionnement jusqu’au Parlement. Cela a fait grincer tous les rouages du pouvoir. Mon intention, au départ, c’était de siffler la fin de l’obéissance. Il fallait dire stop! aux discriminations. Crupet a remis en place un contre-pouvoir direct à travers un acte politique qui a permis de faire émerger plusieurs idées et aussi, j’en viens à la condamnation de l’État belge, la semaine dernière, de porter l’action devant le juge des référés avec la Ligue des droits humains.

Quel est le lien entre votre concert et la condamnation, fin mars, de l’État belge à revoir le cadre légal de ses mesures anti-covid?

À la Ligue des droits humains (LDH), ils avaient eu vent du 14 février et m’ont demandé de les rejoindre tout de suite car, le 20 février, ils introduisaient cette action en référé contre l’État belge. Pour eux, ce concert était l’action la plus évidente et il leur fallait un appui citoyen pour dénoncer l’illégalité de cet état de non-droit dans lequel nous sommes tombés. La semaine dernière, nous avons eu gain de cause.

La Police arrête le concert de Quentin Dujardin - 14 février 2021

Quelle a été la réaction de la ministre de l’Intérieur, la CD&V Annelies Verlinden?

Elle a été alpaguée par une série de parlementaires sur sa défense par rapport à cette disproportionnalité entre liberté de culte et liberté d’expression. Pour elle, dans la lecture que le Conseil d’État a pu en faire, la liberté de culte est supérieure à la liberté d’expression, alors que l’Article 19 de la Constitution les place sur un pied d’égalité. Quant à la liberté d’expression, elle n’engloberait pas la liberté d’expression artistique… Ce sont pour moi des déviances autoritaires.

Quel argument juridique justifierait que la liberté d’expression artistique ne ressort pas de la liberté d’expression?

Après 4 heures de plaidoiries, la juge a demandé aux avocats de la partie adverse s’ils pouvaient fournir une étude qui prouve que j’étais plus contaminant qu’un prêtre dans des conditions identiques. Ils n’ont pas été en mesure de les produire. Il n’existe aucune étude en ce sens. Au contraire, plusieurs études concluent que, dans ces conditions, les concerts seraient sans risque. Mais ces études sont balayées par le GEMS et Sciensano qui ne sortent pas d’un cadre sanitaire et politique strict. Avec les experts, il est impossible de dialoguer. C’est la loi du chiffre.

"La juge a demandé aux avocats de la partie adverse s’ils pouvaient fournir une étude qui prouve que j’étais plus contaminant qu’un prêtre dans des conditions identiques. Ils n’ont pas été en mesure de les produire."
Quentin Dujardin
Guitariste

Vous reprenez vos concerts à la chapelle de Saint-Fontaine, dans le Condroz où vous habitez, ou au Jardin musical, à Bruxelles. C’est une provocation?

Dans la foulée du 14 février, j’ai réitéré l’acte, début mars, à la Vénerie, le centre culturel de Watermael-Boitsfort. C’était important de le faire dans une institution pour montrer la solidarité du secteur. Et je n’ai pas été arrêté. Le procureur du Roi de Bruxelles et la commune ne sont pas intervenus et ont toléré ces trois concerts. Je me suis retrouvé juridiquement en état de «légitime confiance». J’ai recommencé à l’église de Wierde, sur les terres du procureur du Roi de Namur, Vincent Macq, qui avait classé sans suite mon dossier du 14 février. Cela a fonctionné également. À présent, je suis reparti pour 16 concerts à Saint-Fontaine, toujours pour 15 personnes. La «légitime confiance» qui s’est installée à travers ces concerts induit l’illégitimité d’être verbalisé.

Faites-vous jurisprudence auprès du secteur? On ne voit pas beaucoup d’artistes vous emboîter le pas, en tout cas publiquement…

Très peu en effet: le traumatisme est là. J’ai de la chance que mon père ait été avocat puis magistrat. Lors de la préparation du 14 février, j’ai bénéficié à la fois de la vision de celui qui défend le citoyen et de sa perception de l’autorité. C’est la compréhension de cet aller-retour entre ces deux positions que je veux maintenant mettre au service de la Culture et aider les artistes à reprendre confiance. Mais pour la majorité, le chemin est difficile. À Crupet, nous risquions 11.750 euros d’amende. Une prise de risque effrayante pour n’importe quel artiste, mais, cette discrimination, ça suffit!

Les concerts de Quentin Dujardin

16 concerts publics
Du 8 au 11/4 et du 15 au 18/4, chapelle de Saint-Fontaine en Condroz:
Infos: www.quentindujardin.be

Concert en streaming
Ce dimanche 11/4, à 18h, puis à la demande:
Infos: www.jardinmusical.org

Ses nouveaux disques

"Ave Maria" (une plage)
Quentin Dujardin, guitare

"Water & Fire"
Quentin Dujardin, guitare, Didier Laloy, accordéon

Agua music


BAROQUE - Quentin Dujardin & Didier Laloy

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés