interview

Roísín Murphy: "Il y a en moi une punk, une star du disco et une fashion queen"

La chanteuse irlandaise Roísín Murphy.

Avec "Roísín Machine", l'ancienne chanteuse de Moloko, Roísín Murphy, continue de mixer sa pop électronique à des genres référentiels du passé qui n'usent pas toujours de… machines.

Pour son 5e album solo, l’Irlandaise trouve son antidote à la crise et à la mélancolie de son pays natal en replongeant dans l’insouciance de la période disco qu’elle mélange à de la house dans son studio à domicile où elle n’arrête plus d’enregistrer. La machine Roísín est partie sur sa lancée!

Pourquoi ce titre de "Roísín Machine"?

Parce depuis "Hairless Toys", je suis constamment sur une machine, sur un train de création. Dorénavant, je possède mon propre studio à domicile, ce qui signifie qu'aujourd'hui je n'arrête plus: je sors un album, mais le suivant est déjà quasi prêt. Je suis donc une machine. Et une Roísín Machine parce que personne ne sait comment prononcer mon prénom irlandais. (Rires)

5e album

«Roísín Machine»
Par Roisin Murphy

>BMG

Note de L'Echo: 4/5

Les violons que l'on peut entendre au début de l'album sur "Simulation" seraient-ils, justement, une manière pour vous d'évoquer vos racines irlandaises?

Vous voulez dire gaéliques? Il s'agit en fait d'une référence aux violons de l'époque disco. C'est plutôt Norman Feels que Riverdance! (Rires) Depuis "Overpowered" en 2007, j'avais à l'esprit ce mélange de protohouse et de musique gothique – des groupes comme Cabaret Voltaire –, de disco et de house... que je souhaitais ensuite mixer.

Y aurait-il quelque chose d'irlandais dans votre musique?

Pendant l'enregistrement de son album "Knock Knock" auquel j'ai pris part en 2018, DJ Koze m'a confié, même si c'était un peu ironique, que j'avais une tristesse irlandaise dans la voix.

À voir les titres comme "Narcissus", "Something more", "Simulation", cet album parle de sexualité et d'amour… 

Elle n'a pas besoin de sexe cette machine, elle est auto-sexualisée: elle est sujette à des simulations et n'a jamais eu le cœur brisé. Le titre "Kingdom of ends" est une référence à Mark Fisher, un écrivain qui s'est malheureusement suicidé il y a quelques années. Il avait rédigé des comptes rendus de concerts de Moloko et écrit à mon propos que j'étais sexuelle pour moi-même. Que j'adorais mon interprétation, sans prêter attention au reste, en étant focalisée sur ma personne.

"L'écrivain Mark Fisher avait rédigé des comptes rendus de concerts de Moloko et écrit à mon propos que j'étais sexuelle pour moi-même."
Roísín Murphy
Chanteuse

Fisher était très branché sur les œuvres de J. G. Ballard, le glam-rock et a tenté de connecter mon personnage avec cet univers. Cela transparaît dans cet album d'auto-sexualité qui met en scène une minette glamour. J'y interprète une sorte de Ballard Sex Model.

Une Ballard Barbarella?

Une Ballarella! (Rires)

Roisin Murphy - Murphy's Law [Live on Graham Norton HD]

Chaka Khan vous a-t-elle inspirée au niveau de votre chant?

Complètement! Mais, récemment, j'ai surtout beaucoup écouté Van Morisson, ce qui transparaîtra sur le prochain album. En fait, je n'ai pas vraiment débuté comme chanteuse, plutôt comme concepteur-réarrangeur, conseillant Mark Brydon, mon partenaire musical, à l'époque de Moloko, de choisir tel type de musique en réaction à un autre: je jouais le rôle de catalyseur. Et j'ai trouvé mon âme, ma «soul music» à travers l'expérimentation. Ce n'est que graduellement que j'ai appris à chanter.

"DJ Koze m'a confié, même si c'était un peu ironique, que j'avais une tristesse irlandaise dans la voix."
Roísín Murphy
Chanteuse

Aujourd'hui, je me situe à un stade où j'écoute Van Morrison, qui est irlandais, en me demandant comme Van parvient à se laisser aller à ce point dans sa voix, comme si son chant devenait une sorte de mantra. Un niveau auquel je ne parviens pas, mais que j'espère un jour atteindre dans mes enregistrements. Je suis également admirative du fait qu'il puisse paraître brutal dans sa manière de chanter. C'est très beau: à la fois spontané et très virtuose. 

Mais vous êtes spontanée?

En tant que personne… mais moins en tant que chanteuse. C'est peu à peu que je me suis ouverte et que j'ai appris à chanter... et que je le ferais toute ma vie.

Vous évoqué deux fois votre "Story untold" en début et fin d'album...

Oui, parce que mon histoire galope toujours et n'est pas encre racontée: au niveau de ma vie privée bien sûr, mais aussi de ma carrière et de ce que je projette. Je suis attirée par des éléments contradictoires que j'essaie de conserver d'un point de vue musical et émotionnel à travers une sorte de connectivité: il y a en moi une punk, une star du disco, une pop-star, une réalisatrice, une rock-star et une fashion queen. Sur la vidéo de "Sing It Back", j'apparaissais en boule à  facettes disco; mais ce n'est qu'une facette justement de ma personnalité. Plus ça va, plus les différents aspects se mettent en place, et, peu à peu, mon histoire commence à faire sens.

Róisín Murphy - Simulation (Official Audio)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés