interview

Saule, chanteur: "Je peux me rebeller si on ne me laisse pas rêver"

Le chanteur belge Saule. ©Simon Vanrie

Avant de mettre en boîte ce cinquième album, "Dare-Dare", Saule a balancé à la poubelle un autre disque dont il n’était pas satisfait. Aujourd’hui, il sait que son plus grand ennemi n’est autre que la routine. Et justement, il a réussi à vaincre cet adversaire.

Avec l’esprit positif qui le caractérise, Saule – de son vrai nom Baptiste Lalieu – a vu la période de la pandémie comme une possibilité de travailler davantage sur ce cinquième album qui marque ses quinze ans de carrière. «Au lieu d’avoir trois mois pour boucler un album, j’en ai eu neuf», lance-t-il. Et il s’est trouvé dans une bonne énergie. Avec aussi, il faut le souligner, un nouveau producteur, celui de Jacques Dutronc et un nouveau manager, celui d’Arno. La classe.

On trouve beaucoup d’influences sur cet album, Souchon, Bashung, Balthazar. S’agit-il d’influences assumées?

Complètement. Dès l’enfance, j’ai baigné dans les chansons de Souchon, surtout l’album «C’est déjà ça». J’ai toujours été un grand fan tant du personnage que de sa musique. Et ces trois noms que vous citez ont en commun d’appartenir à la classe des dandys. Ils flottent dans leur sphère propre. Je suis fasciné par ce côté ovni. Comme le dit souvent mon nouveau manager, Cyril Prieur: «Tu n’as pas vingt-cinq ans, tu n’es pas Black et tu ne fais pas du hip-hop, aujourd’hui, tu ne pars pas gagnant!» Mais il lance ça en rigolant. Il est clairvoyant.

Je ne peux pas concurrencer les mecs qui sont des stars actuellement et font du rap. Cependant, j’ai quinze ans de carrière et une fanbase qui me suit fidèlement. Mon but dans la musique a toujours été de voyager et de faire des rencontres. Ma maison de disques me suit et mon album sortira en France. Alors, j’ai la chance de pouvoir continuer à grandir dans ma bulle.

"Durant la pandémie, j’ai collaboré avec d’autres artistes comme Puggy, Antoine Wielemans des Girls in Hawaii et Jasper Maekelberg de Faces On TV."
Saule
Auteur-compositeur-interprète

"Dare-Dare", c’est le titre de l’album. Pourquoi ce choix?

J’ai toujours aimé les doubles-sens. Ici, la notion d’urgence me plaisait. Et il me semblait, ainsi qu’à mon label, qu’il ne fallait pas attendre pour sortir ce disque. Parce que, dans six mois, il y aura un embouteillage de sorties d’albums. Mais en France, il sortira plus tard. Et je commence les concerts, cet été. En anglais, «dare» signifie «oser». Et ici, j’ai osé revenir à un format chanson française. J’ai l’impression d’avoir pris des risques sur cet album. Durant la pandémie, j’ai collaboré avec d’autres artistes comme Puggy, Antoine Wielemans des Girls in Hawaii et Jasper Maekelberg de Faces On TV. Cela m’a permis de voir comment ils travaillaient. Et je me suis aperçu qu’ils avaient tous une manière de faire différente. Je me suis nourri de toutes ces énergies.

"Disons que je peux me rebeller si on ne me laisse pas rêver. Si on me laisse dans ma bulle, je me tiens tranquille."
Saule
Auteur-compositeur-interprète

SAULE - Rebelle Rêveur (clip officiel)

L’une de ces nouvelles chansons s’intitule "Rebelle rêveur". Êtes-vous 50% rebelle et 50% rêveur?

Non! Ce n’est pas aussi tranché. Disons que je peux me rebeller si on ne me laisse pas rêver. Si on me laisse dans ma bulle, je me tiens tranquille.

Vous remerciez énormément de gens sur cet album. Ce n’est pas si courant.

J’ai lu un bouquin génial, «La magie», qui traite de la gratitude. Tu te rends compte que plus tu remercies ce qui t’arrive dans la vie, plus les événements positifs se produisent. Et tu vas jusqu’à écrire «merci» sur les factures que tu reçois. Au début, on se marre un peu en lisant les exercices proposés dans cet ouvrage. Et puis, au fur et à mesure, on s’aperçoit que ça fonctionne. Sortir un nouvel album, c’est une occasion de remercier de nombreuses personnes qui comptent. Et cela fait du bien.

Comment se dérouleront les concerts, cet été?

Une partie des concerts se fera dans une camionnette qui se déploie comme une petite scène. Et qui me permettra de faire une quinzaine de dates. Il y aura aussi des concerts à La Semo et à Spa. En septembre, j’entamerai une tournée dans des salles plus classiques comme le 140 à Bruxelles.

Album pop

«Dare-Dare»
Saule

PIAS

Note de L'Echo: 4/5

En concert le 11 juillet à LaSemo, le 21 juillet aux "Belgofolies de Spa", 29 octobre au 140 à Bruxelles et le 26 novembre au Delta, à Namur.

Saule : L'interview déconfinée

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés