Hommage à Béjart dans le centre de Bruxelles

©Henri-Louis Weichselbaum

Pour célébrer le 10e anniversaire de la disparition du célèbre chorégraphe français Maurice Béjart, le Parlement francophone bruxellois lui rend hommage à travers une exposition.

Photographie

"Maurice Béjart – Hommage à travers le regard du photographe"

Note: 4/5.

Jusqu’au 23 mai, de 10 à 17h, rue du Lombard 69, à 1000 Bruxelles. Entrée gratuite.

Intitulée "Maurice Béjart – Hommage à travers le regard du photographe", l’exposition est constituée d’une série de photographies réalisées par le journaliste et photographe belge Henri-Louis Weichselbaum. Elle se présente comme une rétrospective du travail de Maurice Béjart de 1959 à la fin des années 80.

Sur trois grands murs, soit une trentaine de photos, le chorégraphe est présent partout, directement ou indirectement. Une série de clichés est uniquement consacrée au travail de répétition des spectacles; Béjart qui montre, qui joue, qui danse, qui réconforte et conseille ses danseurs. Un Béjart impérieux, gracieux et très attentif.

Les deux autres séries sont constituées de photos de moments clés de différents spectacles, dont certains créés à Bruxelles tels "Le sacre du printemps" (1959), "Notre Faust" (1975) ou "Malraux ou la Métamorphose des Dieux" (1986). Henri-Louis Weichselbaum est parvenu à rendre à travers sa photographie l’essence incroyable de ces œuvres en mouvement. On y retrouve aussi, entre autres, des extraits du "Bolero" (Paris, 1960) et de "Dionysos" (Milan, 1984). Les séries sont ponctuées de portraits de Béjart et de citations manuscrites. Un portrait ressort parmi les images, celui de Maurice Huisman, directeur du Théâtre Royal de la Monnaie de 1959 à 1981. Un personnage crucial pour la carrière de Maurice Béjart, car c’est lui qui à la fin des années 50 remarque le jeune chorégraphe à Paris et qui, impressionné, décide en 1959 de l’associer à l’Opéra et de créer avec lui le Ballet du XXe Siècle.

"Un jour, par hasard, j’ai découvert une chorégraphie de Maurice Béjart. Le déclic fut immédiat."
Henri-Louis Weichselbaum
Photographe

Quant à Henri-Louis Weichselbaum, il est connu pour avoir parcouru et immortalisé le monde en long et en large; de la Coupe du Monde de Football au Japon aux Papous en Nouvelle-Guinée, de l’éruption du volcan Irazu au Costa Rica à la visite de Jean-Paul II à Jérusalem… La rencontre avec Maurice Béjart dans les années 50 est déterminante: "Un jour, par hasard, j’ai découvert une chorégraphie de Maurice Béjart. Le déclic fut immédiat. J’ai vu des ensembles ressemblant à une architecture humaine, des couleurs et une géométrie des corps merveilleusement mise en valeur. Mon regard détaillait le moindre mouvement des danseurs. J’étais émerveillé. En accord avec lui, j’ai photographié d’après mon inspiration, les créations, les répétitions et les ballets. J’ai innové, en publiant en couleur des reportages sur la danse." En 1987, Henri-Louis Weichselbaum a reçu le Prix de la Ville de Bruxelles pour la photo "Malraux ou la Métamorphose des Dieux" présente au centre de l’exposition.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content