À la poursuite du bonheur cathodique

©Charlotte Sampermans

Les chorégraphies nous entraînent vers quelques questionnements quant à notre statut de consommateurs cathodiques.

Lorsqu’il est désigné "au hasard" dans le public du Théâtre Marni pour être la star de l’émission de téléréalité "Mr Follower", le jeune homme n’en peut plus de joie. Euphorie embrigadée, formatage… la vie de ce nouveau Mr Follower se déroule sous les regards concupiscents des spectateurs. Sur une scène qui se transforme le temps d’une soirée en plateau télé, les protagonistes de "Mr Follower" évoluent dans une intrigue à la "Truman Show".

Sur fond d’un glamour esthétisant très années 50 jusqu’à l’utilisation des dernières technologies, les cinq danseurs de la Compagnie Opinion Public nous content les aventures de ce candidat un tantinet naïf. C’est bien entendu ici la danse, bien au-delà des rares dialogues, qui construit la trame et rapporte l’histoire tragicomique de cet élu cathodique et de ses comparses. Les références télévisuelles et populaires sont nombreuses, présentes dans chaque tableau. Nostalgiques, un peu gênés aussi peut-être, les spectateurs retrouvent mis en scène et chorégraphiés les jeux télévisés d’hier et d’aujourd’hui. Johann Clapson, Sidonie Fossé, Victor Launay, Arthur Louarti et Étienne Béchard (qui signe la mise en scène) alternent différents types de danses (classique, contemporaine, tango, hip-hop, claquettes…), seuls, en duo, en trio…

Les chorégraphies nous entraînent vers quelques questionnements quant à notre statut de consommateurs médiatiques.

Ce sont leurs mouvements rythmés par le live du groupe Paper Ship – un trio guitare-batterie-violon dont il est nécessaire de souligner l’excellente prestation – qui enveloppent complètement le récit. Celui-ci est à la fois très simple, voire basique dans son évolution, mais néanmoins très significatif. Si le discours produit ici n’est pas neuf – la recherche d’audimat jusqu’à l’absurde, la quête de la lumière artificielle des spotlights, la surconsommation, la manipulation psychologique, le formatage des désirs… – les chorégraphies complétées par la vidéo nous entraînent vers quelques questionnements quant à notre statut de consommateurs médiatiques. Le message est limpide autant que l’alternance de ces passages humoristiques et d’autres, plus dramatiques. Un spectacle construit avec des touches de burlesque, de romantisme, d’un doux érotisme, d’une certaine violence aussi, imprégné d’une belle tension dramatique de plus en plus présente au fil des scènes. "Mr Follower" présente un thème connu, banalisé, certes, étudié ici en surface seulement, mais en tout cas, avec beaucoup de poésie et d’humour et de réelles prouesses chorégraphiques.

"Mr Follower" par la Cie Opinion Public, au Théâtre Marni, jusqu’au 12 décembre, 02 639 09 82, www.theatremarni.com.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés