Publicité

Le chorégraphe de la différence

©Hugo Glendinning

La première monographie consacrée au chorégraphe flamand Sidi Larbi Cherkaoui explore la psychologie et la philosophie d'un créateur mû par le désir de découvrir l'autre.

Né à Anvers en 1976, d'une mère flamande catholique et d'un père marocain musulman, Sidi Larbi Cherkaoui allait à l'école laïque le jour et à l'école coranique le soir. Il a 15 ans quand ses parents divorcent. Cherkaoui, qui ne connaît de la danse que les clips de Michael Jackson ou de Prince, commence à danser et à monter de petits spectacles avec des amis, alors que selon son père "les hommes, les vrais, ne dansent pas". La même année, il tombe malade et devient végétarien, ce qui signifie qu'il décide de ne plus écouter les autres mais son instinct.

À 17 ans, Sidi Larbi Cherkaoui suit les cours de danse de Marie-Louise Widerijk. En 1995, il remporte le "concours du meilleur solo de danse belge" organisé par Alain Platel. "Sur le podium, il découvre cette pensée du geste, sa capacité à explorer l'inconscient et incarner des émotions secrètes", écrit Rosita Boisseau dans le très beau livre qu'elle consacre au danseur et chorégraphe. Il reçoit une bourse pour un stage de jazz à New York et un an d'apprentissage chez Parts (Performing arts research and training studios), d'Anne Teresa De Keersmaeker. Membre des Ballets C de la B (les Ballets Contemporains de la Belgique), compagnie de danse située à Gand, Cherkaoui est danseur mais également chorégraphe.

Son premier spectacle d'envergure, "rien de rien" (2000) - où l'on retrouve Marie-Louise Widerijk -, l'assoit sur la scène de la danse contemporaine. Ouvert à toutes les formes d'art scénique, le répertoire de Cherkaoui explore, avec humour, les différentes facettes de l'identité et donc de la différence. Il multiplie les danses, les musiques et les collaborations, avec des plasticiens, avec des moines d'un monastère Shaolin, avec des danseurs et des comédiens handicapés mentaux, toujours poussé par la découverte de l'autre.

Spécialiste de la danse au "Monde" et à "Télérama", Rosita Boisseau a déjà signé de superbes ouvrages de référence. Dans ce livre-parcours richement illustré et focalisé autour d'une quinzaine de ses créations, elle plonge dans la psychologie et la philosophie du chorégraphe, mais donne également la parole à ses principaux partenaires de jeu. Tous disent sa rage d'apprendre, son appétit pour l'autre, son plaisir à danser et à transmettre.

"Sidi Larbi Cherkaoui", Rosita Boisseau aux Éditions Textuel, 192 pages, 49 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés