Le problème avec les enfants, c'est qu'ils grandissent

Thierry Hellin ©©Zvonock

Pour ce père de 40 ans, la guerre est déclarée. Contre son fils ado, l’usure de son couple, l’innocence de l’enfance qui s’envole, l’inadéquation de notre enseignement. Le champ de bataille, à voir au Théâtre de Poche. Mieux qu'une thérapie familiale.

"Un enfant, on ne devrait jamais lui permettre de dépasser douze ans. C’est, à mon humble avis, le grand maximum. Après, les emmerdes commencent." Il parait que les ados n’y sont pour rien s’ils deviennent subitement paresseux, qu’ils ne parlent plus qu’avec des phrases de moins de six mots. Qu’ils écoutent de la musique de merde et claquent les portes. C’est la faute de la science. N’empêche, il faut l’encaisser.

Assis sur la cuvette des toilettes – "Laisser les gens déféquer en paix est l’une des dernières règles que l’on respecte encore dans cette maison" –, un père, la quarantaine, fourbit ses armes. Car la guerre est déclarée. Contre son fils ado, l’usure de son couple, l’innocence de l’enfance qui s’envole, l’inadéquation de notre enseignement.

Ce père, c’est Thierry Hellin qui l’incarne sur la scène du Théâtre de Poche, dans "Le Champ de bataille", un monologue tiré du livre du même nom de Jérôme Colin ("Entrez sans frapper", "Hep taxi", sur la RTBF) et mis en scène par Denis Laujol. Car oui, il s’agit d’un seul en scène même si Thierry Hellin dialogue en permanence avec Paul, son ado de 15 ans, Léa sa compagne depuis 20 ans et Élise, sa fille en passe de quitter l’enfance. Avec le proviseur de l’école aussi, à qui il adresse LA lettre qu’en tant que parent, on aurait tous eu envie d’écrire. Pour dire combien on comprend que nos gosses s’en foutent des triangles isocèles et du schéma électrique du cours de techno.

Outre la performance bourrée d’énergie et d’humanité de Thierry Hellin, "Le champ de bataille", c’est aussi un texte drôle d’abord, mais aussi émouvant aux larmes. Juste surtout. Avec une mise en scène qui soutient admirablement l’ensemble.

Bref, allez voir "Le Champ de bataille", c’est moins cher et plus efficace qu’une thérapie familiale. Car en sortant, on se dit que l’amour familial, c’est vraiment puissant.

"Le Champ de bataille" de Jérôme Colin, au Théâtre de Poche, à Bruxelles, jusqu’au 23 novembre.

Le Champ de Bataille de Jérôme Colin


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect